Camelot
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

La Bretagne au VIe siècle, terre de mythes et de légendes. Arthur règne sur Camelot, entouré de ses Chevaliers...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 

 Une ruelle proche du chateau

Aller en bas 
AuteurMessage
Sir Tristan_old
Chevalier
Sir Tristan_old

Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 02/03/2007

Une ruelle proche du chateau Empty
MessageSujet: Une ruelle proche du chateau   Une ruelle proche du chateau EmptyMer 7 Mar à 20:00

[Et voila Guenievre,le sujet est pour toi,pas trés loquace mais c'est pas à son age qu'on le changera Laughing ]

Une journée de plus venait de se terminer , les rayons du soleil quittaient peu à peu Camelot à présent. Les rues et les places commençaient à être dans la pénombre. Seuls quelques rayons de soleil parvenaient encore à passer par-dessus le mur d’enceinte, éclairant les hauteurs des chaumières. Les villageois rentraient chez eux et les marchands itinérants quittaient les lieux pour retourner dans leurs contrées ou trouver un toit pour la nuit.

Tristan venait de retourner d’un long voyage sur les cotes .Il avait essuyé tempêtes, orages, pluies glaciales et à son retour on lui avait tout de suite donné une excellente chambre afin qu’il puisse se reposer et donc notre maraudeur national était…partis faire un tour^^.
En évoluant dans le château, il avait bien vu les nombreux regards et les murmures sur son passage ; la nouvelle génération ne le connaissait que très peu, pour les quelques étapes qu’il avait faite à Camelot ses 7 dernières années. Il avait été quérir des nouvelles d’Arthur bien entendu et de Lancelot également qui était un vieux compagnon de bataille mais aucuns de ses deux repères n’étaient disponibles ou présents. Alors il leur avait fait laisser un message et était partis prendre l’air à nouveau dehors.
Le cœur lourd sans raisons et comme à son habitude, Tristan marchait d’un pas lent dans une rue près du château. Même si son allure laissait à désirer,sa démarche n’en était pas plus noble :Des épaules larges,le regard fixé au loin, il évoluait avec calme et grâce,cachant maintenant habillement la peine installée à lui. Le vide qui l’habitait lui était maintenant familier et habituel mais ce retour à camelot réveillait en lui de vieilles blessures.

Tristan n’avait aucunes envies de rentrer au château pour le souper, les conversations bruyantes, les boissons coulantes à flots, rien de bien attrayant. En marchant il aperçu un arbre rescapé dans ses rues .Il semblait vieux et à présent il avait le souvenir de s’y être un jour accoté alors qu’il était bien plus jeune. Levant les yeux vers les branchages , sa main fourmilla automatiquement jusqu'à sa besace pour y sortir son petit instrument. Il allait y grimper quand une dame à l’allure noble s’approchait sans doute devait elle retourner au château.
Alors en chevalier exemplaire, il la salua d’un signe de tête mais en personne réservée qu’il était,il ne prononça pas un mot.
Revenir en haut Aller en bas
Guinevere_old
Admin
Guinevere_old

Nombre de messages : 699
Date d'inscription : 01/04/2006

Une ruelle proche du chateau Empty
MessageSujet: Re: Une ruelle proche du chateau   Une ruelle proche du chateau EmptyVen 9 Mar à 0:21

Blablablabla... Blablablabla... cotcotcotcot... ça se ressemblait tellement...
Guenièvre avait eu un besoin express de prendre l'air. Besoin. Oui. Rien de fantasque dans cette attitude, bien que la Reine soit quelqu'un de fantasqtique, tout le monde le sait (sic).
Mais enfin, on venait de lui apporter une nouvelle qui la laissait partagée. Et en personne tirée de tous côtés, elle avait trouvé la nécessité de sortir se balader dans les rues, incognito. Son grand mantel noir recouvrant entièrement sa robe bleu nuit, son capuchon dissimulant jusqu'à son nez, la reine avait marché toute la soirée sans trouver de réponses. Alors, elle s'était souvenue que sa dernière sortie la nuit s'était soldée d'une étrange rencontre... espérait-elle secrètement la renouveler?

Il était temps de rentrer, à présent. Arrivant à la hauteur d'un arbre, elle soupira.
Lancelot... Lancelot... elle ne doutait pas une seconde de sa culpabilité. Et pourtant, elle n'arrivait pas à lui en vouloir (à dire vrai, il augmentait même dans son estime), elle avait encore moins l'envie de demander au Roi son jugement. La princesse était cependant dans son bon droit. Peut-être arriverait-elle à dissuader celle-ci de demander des représailles...

La Reine torturée écarta les bras pour offrir plus de prises au vent et leva les yeux au ciel, ce qui eut pour effet de faire tomber sa capuche.
La tignasse libérée fouetta l'air, tandis que dans son champs de vision élargi elle aperçut un homme incliné.

Le rouge lui monta aux joues; elle stoppa immédiatement ses mimiques pour reprendre une attitude digne.
Cet homme... elle ne l'avait jamais vu. Il avait l'air d'un barbare, mais avait les manières d'un homme bien éduqué. Guenièvre aimait bien les barbares. C'était un peu comme les chiens galeux, elle s'y attachait sans trop s'en rendre compte. Ou comme les ours mal léchés. Mais... pourquoi elle pensait à ça?
Non, pas du tout! Les barbares n'avaient rien à voir avec des chiens, ils lui inspiraient beaucoup plus de crainte et de fascination.

-Bonsoir... monsieur.


Elle s'approcha à pas timides, mais préféra s'arrêter à distance respectable.

-Je ne vous ai jamais vu à Camelot auparavant...


Et c'est là qu'elle remarqua la flûte qu'il tenait dans sa main. Ses yeux se mirent à briller, et elle battit des mains :

-Oh! Seriez-vous un trouvère venu nous chanter les nouvelles des contrées lointaines?

_________________
A passé le flambeau


Dernière édition par le Lun 12 Mar à 8:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sir Tristan_old
Chevalier
Sir Tristan_old

Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 02/03/2007

Une ruelle proche du chateau Empty
MessageSujet: Re: Une ruelle proche du chateau   Une ruelle proche du chateau EmptyVen 9 Mar à 0:45


Tristan allait attendre qu'elle passe son chemin en général les gens ne s’attardait pas surtout les femmes. (Allez savoir pourquoi^^)
Il l’observa un instant et alors qu’il allait se présenter pour étancher sa soif de curiosité ouvrant la bouche pour parler il se stoppa, il se sentit quelques part étonné se cette méprise mais après tout il l’avait cherché vu sa tenue,si son apparence était propre comme celle des autres chevaliers alors il n’y aurait pas eu de mal entendus.


"Je me prénomme Tristan " répondit il tout simplement.

Pas la peine d’étaler son pedigree, autant faire simple et pour ne fois faire table rase des devoirs et de l’honneur, ses préceptes l’avaient assez hanté toute sa vie. Apres tout sans doute n’échangerait il avec elle que quelques paroles.


"Je ne joue que pour mon contentement et selon mes humeurs. "

Tristan s’avança un peu pour mieux apercevoir la jeune femme qui lui parlait,et tendit l’instrument afin de l’amadouer, même si elle n’avait pas manifester de peurs ou de méfiance,l’homme se doutait bien qu’elle ne devait pas être rassurée.
D'ailleurs elle semblait bien jeune pour etre seule dans les rues à la tombée de la nuit
Revenir en haut Aller en bas
Guinevere_old
Admin
Guinevere_old

Nombre de messages : 699
Date d'inscription : 01/04/2006

Une ruelle proche du chateau Empty
MessageSujet: Re: Une ruelle proche du chateau   Une ruelle proche du chateau EmptyVen 9 Mar à 22:08

Guenièvre avait le chic pour tomber sur des animaux sauvages quand elle allait se promener incognito. On pourrait se demander la proportion de mecs bizarres dans Camelot... 3% de la populace? Et bah apparemment les 97 autres se faisaient soudain rares lors de ses promenades. C'est vrai, quoi! Après un ours, un loup! C'est presque pareil : ça pue, c'est mal rasé, c'est peu loquace (très peu), ça a des yeux remplis d'histoires malheureuses et d'un passé douloureux. La seule différence, c'est que le loup à plus tendance à s'enfuir la queue entre les jambes que de vous attaquer à coup de pattes Razz

Bref, il était donc muet, ou presque. Tant pis, on ferait avec. Après tout, elle avait toujours été plus ou moins douée avec les animaux...

C'est à se demander pourquoi elle ne rentrait pas tout simplement à Camelot. Parce qu'elle aimait les embêtements? Sûrement. Parce qu'elle aurait été frustrée de terminer une conversation si bien commencée (sic) ? Sans doute. Parce qu'elle profitait d'être incognito pour parler à des gens de peu sans protocole et sans complexe? C'était sans doute là la vraie raison. Approcher des gens pittoresques, qu'elle n'aurait jamais -ô grand jamais- l'occasion de croiser, cloisonnée dans le grand palais froid de pierres blanches.
C'est qu'elle était à cent lieux de se douter que "Tristan" serait sans doute à même de la revoir... mais lui en tant que chevalier, et elle en tant que Reine.

Bon, ce qui se passa dans la tête de mamzelle, qui fumait comme un train vapeur, c'est que le seul lien qui les rapprochait était ce petit tube en bois ouvragé percé de trous, appelé communément "flûte".

Elle effectua une petite révérence joyeuse et légère, comme le font généralement les gens de peu.

-Eh bien Tristan, enchantée! Je suis Guinevere.


Elle donnait une variante de son nom, sachant que le petit peuple, instruit sans l'être, n'était souvent pas capable de faire la relation... ainsi, elle ne mentait pas.

-Excusez mon manque de savoir-vivre. Je me suis réjouie trop vite à l'idée de rencontrer un de ces musiciens baroudeurs que j'apprécie tant.
Vous ne m'en semblez pas moins venir de loin, et vous me dites jouer de l'instrument. Permettez que je vous appelle Tristan le Trouvère.


Elle demandait cela un peu comme une faveur enfantine, de grands yeux papillonnants.

_________________
A passé le flambeau
Revenir en haut Aller en bas
Sir Tristan_old
Chevalier
Sir Tristan_old

Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 02/03/2007

Une ruelle proche du chateau Empty
MessageSujet: Re: Une ruelle proche du chateau   Une ruelle proche du chateau EmptyVen 9 Mar à 23:17

[Que de belles comparaisons Laughing j 'en ai fais une signature:P]

Une esquisse de sourire se dessina sur les lèvres de Tristan. Il fallait dire que la jeune femme apportait une pointe de fraîcheur et un lac de joie de vivre contrairement à Tristan qui semblait être une statue de pierre sans sentiments. Pourtant en quelques secondes, la reine avait réussi un exploit.

Guinevere? Cela ressemblait beaucoup au nom de la femme D’Arthur. Il ne s’attarda pas faire une remarque aussi plate. Autant échapper aux formabilités qui régissent la vie et profiter de cette rencontre insolite.


" J’avoue être étonné de voir quelqu’un se réjouir de ma présence les gens la plus part du temps me fuient, je suis peut être comme un loup,[Rolling Eyes]j’ai mauvaise réputation à cause de l’ignorance et ils sont loin de penser que je préfère me fondre dans la nature que de les dévorer. Je ne suis pas l’objet d’un druide qui me dirige, je suis juste une créature de la nature.Je n'ai qu'un seul maitre mon instinct..."

Tristan s’inclina à nouveau pour lui montrer sa reconnaissance et son respect et contrairement à un loup il ne se mit pas à detaler la queue entre les jambes pour les mauvaises langues^^. Il y bien longtemps qu’il n’avait pas vu une si jolie fleur qui s’ouvrait au crépuscule.Voila qui lui donnait l'envie de s'ouvrir un peu.
Au surnom que lui donna Guenièvre,il laissa échapper un rire . Voila qu’il avait devant lui une personne bien singuliere,le chevalier triste était devenu Tristan le Trouvère. Finalement avec le temps peut être que Camelot avait changée.


" Puisque vous m’avez donnez un nom, je me dois de jouer pour vous. "
Revenir en haut Aller en bas
Guinevere_old
Admin
Guinevere_old

Nombre de messages : 699
Date d'inscription : 01/04/2006

Une ruelle proche du chateau Empty
MessageSujet: Re: Une ruelle proche du chateau   Une ruelle proche du chateau EmptySam 10 Mar à 13:18

[Comme quoi une petite blague peut engendrer un chef d'oeuvre Cool Ca me fait légèrement penser à la twingo de Dany Boon lol! ]

Il sembla à Guenièvre qu'une légère fossette se creusa sur la joue droite de Tristan le Trouvère. Seulement, elle n'en était pas sûre, il faisait déjà sombre, et puis c'était si fugace... Cela lui donna quand même espoir. L'espoir d'une victoire vers l'apprivoisement. On sait que les plaisirs simples et enfantins sont l'apanage de notre Reine, et le fait d'avoir fait un petit pas vers une victoire tout aussi dérisoire que le pas la remplissait de joie.
Tristan le Trouvère, ou Treutreu le Loup des Bois, comme elle le surnommait désormais intérieurement geek , prit la parole et nous fit un des discours les plus longs qui ne sortit jamais de sa bouche. Faut dire qu'elle le supposait, tout ça, vu qu'elle ne connaissait pas le moins du monde Treutreu. Après tout, peut-être qu'au moment de sa naissance il poussa un cri qui dura deux fois le laps de temps nécessaire à sa harangue ...

Discours donc, qui porta
1/ sur son étonnement (faut avouer que Guenièvre était quelqu'un de particulièrement étonnant tongue ) de trouver quelqu'un de pas farouche à son approche (un comble... )
2/sur les moeurs et coutumes, ainsi que sur l'alimentation journalière du loup. La Reine fut impressionnée de trouver en cet homme un reportage animalier à lui tout seul.
3/ sur une histoire de droïde qu'elle ne comprit pas bien...
4/ l'instinc animal lui servit de conclusion.

Son laïus fini, la reine resta un moment coite sans oser le moindre mouvement de peur de faire trembler le vent, semblant s'être lui aussi immobilisé.
Elle se demanda si elle devait applaudir. Elle ne le fit pas, cependant.

" Puisque vous m’avez donnez un nom, je me dois de jouer pour vous. "

Ces paroles furent le déclic : Guenièvre, hypnotisée, s'approcha un peu plus et s'assit gracieusement à même le sol, tout prêt de l'arbre.

-Oh, oui! Je vous écouterai avec plaisir! Ensuite, vous me direz d'où vous venez...


Elle restait quelque peu maîtresse d'elle-même mais c'était surtout maintenant la curiosité qui guidait sa langue, et non plus une sorte de plan machiavélique pour faire du loup un agneau.
Finalement, c'était peut-être la Reine qui se laissait apprivoiser...

_________________
A passé le flambeau
Revenir en haut Aller en bas
Sir Tristan_old
Chevalier
Sir Tristan_old

Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 02/03/2007

Une ruelle proche du chateau Empty
MessageSujet: Re: Une ruelle proche du chateau   Une ruelle proche du chateau EmptySam 10 Mar à 14:02

{C'est beau de ce moquer de ces sujets....Qu'elle reigne indigne tongue }

Ouwaaa le public était vite conquis et surtout très attentif. Il faut dire que cela faisait longtemps qu’il n’avait pas joué pour quelqu’un mais qu’importe, il méditait déjà sur la mélodie qui pourrait plaire le plus à « Guinevere ». Installée par terre ,il s’accroupie lui aussi s’appuyant sur une cuisse, il se mit à parler à voix basse comme ci il lui confiait un secret.

"Je dois vous avouez quelque chose…en plus d’être un loup je suis un oiseau migrateur, l’endroit ou j’ai éclot importe peu, le principal et que je me rappelle toujours de mon voyage. "

Tristan se releva en levant la tête pour observer l’arbre une idée lui venant en tete et la baissa à nouveau pour parler à la reine.

" Et comme lui je ne fais ma mélodie que caché dans les arbres… " Répondit il une lueur espiègle dans les yeux.

Oui il ne fallait pas pousser non plus exagérer, Tristan lui avait fait d’après elle..le plus long discours qu’il avait fait .Et surtout il allait jouer pour elle alors il ne démentirait pas de son habitude de jouer dans un arbre. L’homme calla sa flûte sous sa ceinture et agilement il grimpa à l’arbre,se trouvant à présent à 1m50 du sol,il se baissa et lui tendit une main pour l’aider à monter. Ce solide chêne avait un tronc à quelques endroits endommagés qui permettaient de monter facilement dedans, les grosses branches et ses feuilles douces assuraient une escalade facile pour le jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Guinevere_old
Admin
Guinevere_old

Nombre de messages : 699
Date d'inscription : 01/04/2006

Une ruelle proche du chateau Empty
MessageSujet: Re: Une ruelle proche du chateau   Une ruelle proche du chateau EmptySam 10 Mar à 16:54

[Mais oui mais oui, c'est mon devoir de Reine de dérider mes sujets :queen queen ]

Treutreu se mit à sa hauteur en s'agenouillant, signe, peut-être inconscient, qu'il ne voulait point l'écraser, l'impressionner, ni jouer le supérieur. Il était donc galant sans le savoir... hum... meugnon...!

Il s'approcha doucement d'elle et Guenièvre se sentit trembler. Quelle était donc cette voix soudain susurrée et intimiste? La reine ne pouvait détacher ses yeux de ceux de l'inconnu... Ils prenaient soudain une teinte fascinante, semblant des yeux d'animaux sauvages.

Le loup se redressa subitement et redevint homme, le regard perdu dans le vague de la voute céleste, semblait-il...

" Et comme lui je ne fais ma mélodie que caché dans les arbres…"

Guenièvre ne comprit pas bien tout d'abord... jusqu'au moment, où, à sa grande surprise, il sauta et s'agrippa aux branches! Elle ouvrit alors grand ses mirettes et sa bouche, ne le quittant pas une seconde du regard...
Mais il s'était déjà envolé et dans la pénombre elle ne le distinguait plus.
Brusquement, une main surgit vers elle en faisant voltiger quelques feuilles. La reine poussa un léger cri, effrayée et prise de cours, avant de sourire... Ce sourire un peu effronté d'une fille qui n'a peur de rien et qui aime les défis, accompagné d'un "hum..." sceptique et amusé.
Ainsi donc, il nous refaisait Pocahontas ? (entennnds tu le chant du loup qui se meurrrt d'amooour?) Version moins proprette et moins je-cours-dans-les-bois-les-fesses-à-l'air...
D'un autre côté, cette main d'un homme perché tendue vers une jeune princesse brune afin de lui faire découvrir l'inconnu, doublé d'un "vous avez confiance en moi?" muet mais culotté, pourrait aussi faire référence à ... Aladdin.. Allliiii ouiii c'est bien luiiii Alliii Aba Boua...
Oui, Tarzan aussi, oui. Le côté sauvage et Oubaouba s'y prêtait également. Razz

Bref, toute sorte de Walt Disneys réunis en un, et remarquez qu'à chaque fois ce sont des héros super malins super sexys super virils (on oublie Pocahontas pour le côté viril... ) c'est que Guenièvre ne pouvait, sous le charme comme elle l'était, décemment comparer Treutreu à un pouilleux de basse zone, comme Quasimodo (qui cependant était aussi un incompris de la société, et qui fit découvrir à Esméralda les recoins cachés et surélevés de Notre Dame...). C'est bien entendu anachronique, on est d'accord. Mais imaginez seulement une seconde que Guenièvre soit à ma place... Oui, elle aurait pensé tout ça!

Ainsi donc la blanche main de la Reine se glissa dans la patte rugueuse de Tristan, qui referma aussitôt ses doigts sur elle comme un étau. Guenièvre se sentit irrémédiablement attirée, aspirée, ne pouvant lutter contre cette force brute et mâle qui la faisait s'envoler quelques secondes. Elle battit des pieds en cherchant à s'aider aux aspérités du bois, comme pour rendre rationnel le fait de s'élever.

Finalement, elle trouva appui là où le Trouvère la déposa : sur une grosse branche capable de soutenir le poids de deux hommes et plus, et qui de par son feuillage encore fourni de l'automne moribond les dissimulait des passants.

La Reine se prit à rire. Elle était grisée de cette petite aventure où l'emmenait Treutreu le loup de bois. Elle était là, dans un arbre, incognito, à se faire passer pour une fille de rien à un baroudeur inconnu ! Voilà bien des choses qu'elle ne pourrait jamais faire en tant que Reine! Voilà bien des choses amusantes que sa fonction lui interdisait... Elle était muselée, en vérité.

Guenièvre, à quatre pattes pour ne point tomber (elle avait du mal à garder son équilibre ... c'est que dans son éducation de jeune fille on avait omis de lui apprendre à singer!), se pencha en avant afin de sortir sa tête de l'arbre.
Elle replaça d'une main habile ses cheveux qui lui obstruaient la vue, manqua tomber une fois, puis se redressa, rassurée. Personne. Personne n'avait vu la Reine faire de l'accrobranche. Sinon, scandale assuré!

Puis, amusée à un point tel qu'on ne pourrait le décrire, elle osa se mettre debout. D'une façon timide, certes, mais elle prouvait bien là qu'elle n'était point fillette craintive!
Riante, elle monta même plus haut dans l'arbre, goûtant avec délice ce plaisir enfantin qu'elle ne connaissait point.
Libre de tous regards, elle se sentait oiseau ou papillon.


-Alors Tristan, jouez donc, à présent que vous êtes dans votre élément!

_________________
A passé le flambeau


Dernière édition par le Sam 10 Mar à 18:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sir Tristan_old
Chevalier
Sir Tristan_old

Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 02/03/2007

Une ruelle proche du chateau Empty
MessageSujet: Re: Une ruelle proche du chateau   Une ruelle proche du chateau EmptySam 10 Mar à 17:36

[on peut te rajouter le titre de consultante pour Disney Razz ]

Lorsque la main douce de Guenièvre se glissa dans la sienne, il la referma délicatement et la tira comme si elle n’était qu’un petit panier en osier et le posa sur une branche à coté de la sienne. Tristan se surpris à sourire naturellement, c’était tellement grisant pour lui aussi d’être en compagnie d’une personne altruiste et qui de plus semblait être une seconde lune dans cette douce nuit, une bouffée d’air, une nouvelle contrée pour un maraudeur solitaire.

Il l’observa évoluer dans l’arbre, s’amuser, il eu cependant un mouvement de sursaut et un air inquiet en la voyant tanguer dangereusement, il ne manquerait plus que son unique spectatrice perde l’équilibre et ne tombe.(c’est tuture qui serait content^^)
Il se calla sur une branche posant son menton sur son bras en la voyant rire et s’amuser, à croire que la chenille venait de devenir un papillon. Sous ses airs d’animal sauvage, il restait cependant un petit louveteau caché quelques part derrière ce regard bleu gris comme les nombreuses tuiles d’ardoise qui donnaient cette allure de diamant à Camelot vu du ciel.
Un petit louveteau qui semblait avoir trouvé un compagnon de jeux. Alors pour la taquiner Tristan agita une branche à sa portée pour la secouer au dessus de la jeune femme et faire neiger des feuilles au dessus d’elle.
Il grimpa à son tour pour la retrouver la haut et s’accroupit en posant son dos contre le tronc se saisit de son instrument sans un mot. Pas besoin de parler, le regard suffisait.

Alors le chevalier exécuta sans le savoir les ordres de sa reine. Sans la quitter du regard il se mit à souffler doucement dans son instrument. Il était difficile de croire qu’un homme avec de grande main pouvait être aussi habile avec un aussi petit instrument. Cela faisait maintenant 20 ans que Tristan jouait de cet instrument, il le connaissait les moindres petites aspérités minuscules de sa flûte.
Une douce mélodie se fit entendre, un air léger et à la fois mélancolique que l’on pouvait facilement fredonner. Tristan joua pendant de longues minutes, sous les yeux de sa muse ou plutôt dans les yeux de sa muse. Et finalement se stoppa reculant son instrument à quelques centimètres de sa bouches sans prononcer une paroles, attendant de voir la réaction de la jeune femme, cela lui avait elle plut ?
Revenir en haut Aller en bas
Guinevere_old
Admin
Guinevere_old

Nombre de messages : 699
Date d'inscription : 01/04/2006

Une ruelle proche du chateau Empty
MessageSujet: Re: Une ruelle proche du chateau   Une ruelle proche du chateau EmptySam 10 Mar à 19:47

[t'es un marrant toi Razz j't'engage comme apprenti-bouffon, ça te va? Pour plus de renseignements adresses-toi à ton maître de stage :
Lancelot duLac
69, rue jefaidéblaguecochonnes,
66600 Tours lol! ]

Au fur et à mesure que les minutes passaient, Guenièvre devenait de plus en plus audacieuse, jusqu'à parfois frôler l'inconscience (inconscience : manque de jugement. A ne pas confondre avec l'inconscient : état psychique hors de la conscience [NOOOONNN FREUD NE VOUS APPROCHEZ PAS ! NE VOUS APPROCHEZ PAS OU JE TIRE!] ).
C'est que la petite Reine n'avait pas beaucoup vécu, et que ces petites années d'expérience elle ne les avait passées que dans un cocon (sic) doré, surprotégée par tous, au point qu'elle se demandait quand est-ce qu'on en viendrait à capitonner les coins de table. Eh bah par conséquent, la petite Reine avait tendance à se croire invincible.
En l'occurrence, elle se croyait presque avoir des ailes.

Alors, lorsque Tristan fit pleuvoir sur elle des dizaines de gouttes aux pieds si légers qu'elles dansaient dans les airs, de couleurs or et rouges qui dans la nuit prenaient une teinte brune, elle écarta les bras et leva la tête.
Elle s'imaginait dans un conte de fée avec ces feuilles mortes qui lui tapissaient la chevelure d'une couronne tout autre à celle qu'elle portait d'ordinaire. Le conte de fée prit cependant une drôle de tournure lorsqu'elle fit un mauvais mouvement du pied.
Sans qu'elle puisse rien y faire, elle chuta.
Chute magistrale et plus rapide que les connexions nerveuses de la jeune femme, qui ne put donc crier que de douleur et non de peur...lorsqu'elle tomba assise à califourchon sur la branche qui lui servait d'appui à l'instant. Que les hommes ne fassent point la méprise de croire que leur seul attribut masculin rend ce genre d'atterrissage particulièrement délicat. Si les femmes ont le malheur d'être privées du membre puissant qui fut le prétexte de milliers d'années de ségrégation, la douleur, elle, ne fut pas amputée par le Seigneur lorsqu'il modela Eve. ( Comme quoi, on a hérité de tous les inconvénients...) Bien sûr, dans sa grande vivacité d'esprit, la femelle de l'homo sapiens sapiens apprit à protéger cette partie sensible de son anatomie grâce à la position assise du croisement de jambes. Tandis que le fier mâle s'obstinait (tout comme le font les fiers mulets..!) à adopter une virile position, campés sur ses pieds bien écartés, son attribut à la merci de tout coup de pied bien visé Razz

Bref, tout ça pour dire que si la dégringolade ne fut pas haute, elle fut par contre cause de bien des souffrances, en plus de la mettre dans une posture particulièrement ridicule...
C'est que les longues robes du moyen-âge ne sont pas conçues pour ce genre d'exercice; aussi la jeune dame se retrouva la jambe droite à l'air, ce qui n'était pas convenable pour une dame, qu'elle soit la reine ou la plus sale des souillons.

Cependant à cet instant précis, les conventions elle s'en souciait comme de son avant-dernière babouche. Ce qu'elle cherchait surtout à faire, c'était se relever en évitant tout mouvement brusque, afin de ne pas rendre pire l'épreuve digne d'être classée comme le 13ème travail d'Hercule.
Elle ne pouvait en toute honnêteté penser se masser pour apaiser la douleur...!
Elle se résolut donc à lever... doucement... la jambe droite puis à la rabaisser... doucement... afin de lui faire retrouver sa sœur. Elle se mettait là dans l'attitude d'une fière (hum) amazone sur sa fougueuse branche.
A la seule différence qu'elle se retrouvait cul nu sur son destrier végétal et que l'écorce... ça gratte. Heureusement que ça, personne, ni même Tristan aux yeux de canidé, ne pouvait le voir!

C'est alors que celui-là même vint la rejoindre, s'installant avec grâce (un comble...!) à ses côtés et porta la flûte à ses lèvres.
Guenièvre cessa tout mouvement ou toute idée de se mouvoir, oubliant l'urticaire qui guettait, pour suivre la mélodie valsant dans la nuit avec toute son âme comme les cobras le feraient avec leur fakir. En vérité, elle ne serait point étonnée que le simple Treutreu, le Treutreu vagabond, lui avoue être un mage d'Orient (bien qu'il n'en ait pas l'aspect), car il réussissait avec elle ce qu'ils réussissent avec leur serpent : les charmer.

Les notes sifflées en harmonie avec les étoiles, la lune et le vent, n'avaient cependant point la chaleur suave des nuits d'Orient (Ooooh nuits d'araaabiiiiiiie mille et une foliiiiies....), mais bien l’émotion profonde, mystique et nostalgique que seuls les celtes sont capables de rendre, si bien que l’on ne savait plus vraiment si c’était bien de la flûte que s’évadait la mélodie tant elle paraissait irréelle.

Lorsque Tristan cessa, les yeux de la reine s’étaient embués sans qu’elle ne s’en rende compte. Elle ne parvenait pas à s’extirper de ce monde parallèle, magique et féérique, où l’avait guidée la flûte de ce loup solitaire.

Elle se releva, et son derrière irrité fit ce que sa volonté était incapable de faire : la rappeler à la réalité. Guenièvre grimaça mais retint sa main de commettre l’irréparable. Serre les dents et les fesses, ma fille.
S’apercevant soudain que ce rictus pouvait être pris comme une critique à la musique qu’elle venait d’entendre, la reine se força de suite à prendre une attitude tout à fait joviale.
Elle agrippa alors une branche pour son équilibre d’une main, et appuya l'autre sur sa hanche, comme si elle le défiait, ou mimait grossièrement quelqu’un de mécontent.

-Comment ? Et vous dites ne pas être ménestrel ? Je n’en crois pas un mot, Tristan le Trouvère ! Et je n’aime pas les menteurs !

Elle se retourna vivement, poussant la comédie jusqu’au bout, même si le fait qu’elle dut se raccrocher aux branches (c’est le cas de le dire) de justesse décrédibilisa un peu sa mise en scène.

-Bien…
Reprit-elle lorsqu’elle retrouva un semblant de stabilité, toujours dos au loup qui siffle et qui ne hurle pas.
-… Je vous dis donc au revoir. Au revoir, menteur !

Elle se baissa (ce qui soulagea, soit dit en passant, son postérieur enflammé), embrassa fortement la branche qui la soutenait, puis se mit à genoux… et enfin se laissa tomber, suspendue par les bras, cherchant en brassant l’air de ses menus pieds une autre branche où prendre appui…
C’est que, autant sur terre elle surpassait de loin Treutreu le Loup des Bois en majesté (une vieille habitude…. Razz) et en grâce, autant ce genre de refuge la transformait en phoque et muait soudain Treutreu en Tristan le Trouvère (et le Charmeur de phoque).

[Pardon pour tous ces délires je n'arrive pas à me retenir... comme quoi tu m'inspires lol! ]

_________________
A passé le flambeau


Dernière édition par le Lun 12 Mar à 8:53, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sir Tristan_old
Chevalier
Sir Tristan_old

Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 02/03/2007

Une ruelle proche du chateau Empty
MessageSujet: Re: Une ruelle proche du chateau   Une ruelle proche du chateau EmptySam 10 Mar à 20:17

[ Je me disais bien que j'avais vu ton nom comme chef de l'entreprise dans une doc Razz .Sinon pour les coms j'etais mdr tout le long...peut etre que je t'inspire mais toi tu me mets la pression pour repondre]

Tristan leva un sourcil d’incompréhension ;On le traitait de menteur ?Lui qui était si droit , fier (complément renfermé sur lui le faisant donc devenir un casos social.) heureusement que le contexte était particulier que c’était une femme qui venait de le traiter de la sorte et qu’il n’avait en sa possession qu’une flûte car si un malotru avait osé lui dire ça il l’aurait embroché sur place sans autre forme de procès (cf l’agneau et le loup sauf que lui il a des arguments enfin pour l’époque^^).

Pour la peine,il la laissa dans la difficulté pour descendre qu’importe qu’elle fasse une fois de plus une cascade… La regardant perché sur sa branche lui laçant un regard neutre, Tristan était vexé, il s’était refermé et il l’aurait sans doute laissé partir en temps normal mais la non,il ne pouvait s’y résoudre cette petite culottée aux fesses abîmées n’aurait pas le dernier mot.

Sautant du haut de sa branche pour atterrir devant la reine lui barrant de ce fait le passage. Il croisa les bras sur son torse.


" Je joue pour vous et vous ne trouvez qu’a me traiter de menteur voila bien une belle récompense. Porter des offenses est la nouvelle monnaie de Camelot ? Est il interdit de jouer pour le simple plaisir d’épargner son âme dans ce monde sombre, n’avez-vous jamais souhaitez vous-même échapper à votre réalité. "

Zut ! Quoi ! De nos jours n’a t on pas le droit d’être une âme tourmentée se complaisant dans la musique sans être traité d’Aladin de quasimodo ou autre zigoto sortis du rêve américain.

Le loup montrait les dents non ?il partait la queue entre les jambes non ? il protége simplement son territoire. L’air suffisant et fier de Tristan disparu pour laisser place à un rictus.


"Ah moins que vous ne vouliez admettre que je vous ai touché. "

Emotivement hein ? Je ne veux pas que l’on accuse mon tructruc coincé des sentiments d’avoir fait un détournement de reine mythomane aux fesses écorchées qui elle-même détourne les chevaliers.

(voila tu pars en live,je pars en live c'est toi qui a commencé!!(arguments infaillible je precise.) Razz jocolor
Revenir en haut Aller en bas
Guinevere_old
Admin
Guinevere_old

Nombre de messages : 699
Date d'inscription : 01/04/2006

Une ruelle proche du chateau Empty
MessageSujet: Re: Une ruelle proche du chateau   Une ruelle proche du chateau EmptyDim 11 Mar à 11:21

[ton trutruc coincé? Toucher les fesses de la Reine? Et c'est moi qui vais diffamer, après?! lol! lol! ]

Humpf, encore un essai... Ho! hisse! Allez, un petit balancement du bassin de plus... j'y suis presque... yooo!
La reine venait de poser son pied sur la branche la plus basse, celle où l'avait initialement déposée Tristan.
Ce mufle!
Lorsqu'elle eut la possibilité de lever la tête et les yeux (que la tension au niveau des bras devenait supportable et que sa respiration n'était plus aussi laborieuse), et qu'elle le fit, elle le surprit en train d'admirer sa pénible décente d'un air totalement indifférent. Nonchalant. Hautain, même. Méprisant. Quel manque de savoir vivre! Et où était passée sa galanterie inconsciente des débuts de leur rencontre?
C'était tout elle, ça. Elle rencontre une bête, elle commence son éducation avec succès, et lorsqu'elle se laisse aller un peu au naturel, paf, on la traite comme une puce.
Tous des barbares!!

Mon ptit père, tu perds rien pour attendre. Se promit-elle avec une conviction tout aussi ridicule qu'elle n'était pas en position de faire la plus petite menace, prononcée ou pensée.
En effet, à peine eut-elle terminé ses déhanchements dignes d'un marin d'eau douce (bachi-bouzouk!) en pleine tempête, qu'elle se retrouva nez à nez avec un Tristan hermétique qui venait de la rejoindre en deux temps trois mouvements.
Elle poussa un cri d'effroi (et manqua tomber plus bas). Comment osait-il lui faire une frayeur pareille? Wilson, notez dans votre carnet cet affront supplémentaire. La liste s'allonge...
Respirant comme un boeuf après l'effort (le réconfort) et la peur de sa vie, elle posa sa main sur sa poitrine et l'écouta sans pouvoir répondre durant quelques secondes.

Elle était vexée qu'il puisse être vexé d'une petite scenette pas vexante pour un sou. Du coup, elle prit une attitude fière et indignée, le torse bombé, les mains sur les hanches, le nez levé.

-Quoi, monsieur? Touchée, moi, par la musique d'un menteur?


Elle croisa les bras et poussa un soupir sec et outré, ce genre de petit cri aiguë dont seules les femmes ont le secret et qui s'apparenterait vaguement au "na!" de Cléopatre version Astérix BDifié.
Guenièvre s'enfonçait, elle s'en doutait confusément... son pif lui signifiait qu'au loin la cuisine cramait et que l'extincteur était dans la direction opposée... et que là elle se dirigeait plutôt vers la remise où sont entreposés les bidons d'essence What a Face
(et le flair canin de Treutreu, il lui disait quoi?)

Aussi, elle entama un rapide et spectaculaire volte-face : toujours pleine de morgue dans son immobilité statuesque, un sourire en coin se dessina imperceptiblement sous le marbre, craquelant le chef d'oeuvre sculpté... mais si c'était un pas en arrière pour l'avenir de l'art, c'était sans doute un grand pas pour l'humanitsation des relations Gueny-Treutry... non?

Elle décroisa les bras, se rendant ainsi accessible et ouverte à la discussion. Elle ne le laissa pourtant pas prendre la parole, le pointant d'un doigt accusateur, qui contrastait avec son visage rieur.

-Ah! Il est beau, le baroudeur! Voilà donc un oiseau migrateur qui se permet de lever haut la patte comme une cigogne!
Alors on est aussi fier et susceptible qu'un chevalier, Tristan le Trouvère? Si vous vous trouvez trop noble pour les plaisanteries des gens d'ici lorsque vous annoncez d'un air suffisant "portez des offenses est la nouvelle monnaie de Camelot?" (elle le singea d'une voix snob et outrancière) moi je vous réponds : "Eh bien passez votre chemin!".


Se rendant compte qu'elle s'était laissée aller à la passion, s'enflammant au point de dépasser les bornes malgré son air peu sérieux, Guenièvre se rétracta.

-Non, décidément, je m'excuse bien bas de vous avoir traité de menteur : vous ne pouvez être un ménestrel, car je ne peux me résoudre à croire que ceux-ci sont devenus des êtres fats, austères et dépourvus d'humour.


Mais se rétracta d'une drôle de manière. Elle aussi possédait une petite pointe d'orgueil, et malgré toutes les concessions et la dérision dont elle était capable, elle n'arrivait point à partir la queue entre les jambes, elle. Elle appréciait trop le panache, elle.

_________________
A passé le flambeau


Dernière édition par le Dim 11 Mar à 14:02, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sir Tristan_old
Chevalier
Sir Tristan_old

Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 02/03/2007

Une ruelle proche du chateau Empty
MessageSujet: Re: Une ruelle proche du chateau   Une ruelle proche du chateau EmptyDim 11 Mar à 12:22

{loooool ralala j'adore tes posts la prochaine fois j'eviterai de boire en lisant ta réponse,ça m'evitera de salir mon jean Laughing tu devrais mettre en debut de post"Warning humour décoiffant...}

Et bien il semblait que la jeune femme avait un ego de reine…Elle venait de le traiter de menteur alors pourquoi n’aurait il pas le droit de porter réclamation ! Non d’un druide catholique! Il fallait croire qu’avoir un jolie minois donné tous les droits (waaa j’fais des rimes maintenant tructruc ou treutreu pour les intimes devenait GCM)

Tristan l’observa en silence le sermon qu’elle était en train de lui faire….qu’elle caractère alors !!! Oui il était chevalier et en plus du droit de tuer on lui accorder le droit être fier et susceptible alors pourquoi s’en priver,la fierté était tout ce qui lui resté en plus de son flair canin. Il allait lui répondre que justement il était chevalier qu’elle le croit ou non et si elle lui disait une fois de plus que ce qu’il disait n’était que pure calomnie ça allait barder mais voila madame lui coupait la parole. Heureusement qu’avec le temps il avait apprit la patience ce qui ne semblait pas être le cas de la reine le loup allait peut être montrer ses crocs. Mais voila au lieu de calmer le jeu elle s’amusait à faire une danse du feu en jetant des litres de white-spirit à tout va…Comment une jeune femme si charmante pouvait se transformer en quelques instant en une mégère aussi culottée. Guenièvre s’y prit carrément au lance flamme quand d’un signe de main rageur elle lui dit de passer son chemin. Très bien….

Tristan baissa les yeux pour voir ou atterrir…Cela lui apprendra à s’ouvrir aux gens….autant rester un loup mal léché…Il se coupa dans son mouvement quand elle semblait lui faire des excuses. Avait elle trouvé l’extincteur ?Oui enfin à moitié…Elle avait fait une part des choses…Mais un tout petit pas en avant…


" j’ai du mal avec l’humour…cela n’empêche que l’on doive me traiter de menteur…Il semblerait que vous ayez trouvé un pint sensible…On ne marche pas sur la queue d’un loup,il pourrait bien vous mordre.. "

Et Tristan bien bête qu’il est fit un effort pour lui adresser un sourire…Mais mon vieux détale à toute vitesse de cette reine pyromane !!!
Revenir en haut Aller en bas
Guinevere_old
Admin
Guinevere_old

Nombre de messages : 699
Date d'inscription : 01/04/2006

Une ruelle proche du chateau Empty
MessageSujet: Re: Une ruelle proche du chateau   Une ruelle proche du chateau EmptyDim 11 Mar à 21:19

[ d'habitude c'est pas quand il rit qu'un homme se salit le pantalon... Razz ]

Guenièvre ne comprit pas bien ce ton suppliant adopté par Tristan soudain qui sonnait à ses oreilles comme les glapissements larmoyants d'un jeune chiot à qui l'on propose un os... hors de son atteinte.

Cependant, il avait essayé de passer des menaces derrière, mais le coeur n'y étant pas, les mots ne firent aucun effet à la reine. Marcher sur la queue d'un loup... Ahahaha! Laissez moi rire!
Tu parles!

Elle le vit cependant sourire, faire un effort remarquable pour se donner un semblant de naturel. Guenièvre à son tour étira ses lèvres, sans besoin de se forcer, elle, mais en un sourire totalement caustique :

-Un loup? Où ça?

Comme si elle avait déjà oublié le petit surnom qu'elle lui avait attribué, elle regarda de droit et de gauche.
Un loup à Camelot, ça se saurait! Et puis surtout, ça se verrait d'assez loin pour qu'on évite sa queue...
En plus, ces bêtes là, c'est pas le genre de fruit qu'on cueille dans ce genre d'arbre!

-Ahh! Vous voulez parler de vous!

En jouant l'idiote qui venait tout juste de comprendre, elle cassait tout l'effet mystérieux et menaçant que Tristan avait voulu donner à son discours.

Connaissant à présent sa susceptibilité prononcée, elle se mit à rire franchement, joignant les mains en un unique applaudissement à sa propre bêtise.

-Si vous le désirez, je vous apprendrais à rire de vous-même, Tristan l'Ombrageux.
Je vous aurais bien donné le surnom de l'Orgueilleux, mais je l'ai malheureusement déjà attribué au Sir Lancelot...


Mince, elle était sur la bonne voie romaine pour révéler son identité. Afin d'être sûre de ne pas se faire repérer, elle cessa là les confidences, mine de rien, et changea de sujet ...

-Je ne vous traiterai donc plus de menteur, je le jure sur le Très Haut!

Elle ferma alors les yeux, se mit la main droite sur le coeur, la main gauche tenue au niveau de son épaule à la verticale, une façon emphatique de mimer un serment solennel.
Elle hésita à cracher pour sceller jusqu'au bout sa promesse, mais ce n'était pas convenable.

Elle descendit alors de l'arbre, pensant qu'il les avait supportés assez longtemps comme cela. Et dans sa descente -oh miracle!- elle put secouer sa robe et plus particulièrement l'étoffe de son séant... ce qui la libéra de débris d'écorce. Elle laissa échapper un soupir de soulagement. Jamais elle n'aurait cru que de si petites choses en apparence innofensives puissent ainsi concentrer toute son attention d'une bien mauvaise manière!

_________________
A passé le flambeau
Revenir en haut Aller en bas
Sir Tristan_old
Chevalier
Sir Tristan_old

Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 02/03/2007

Une ruelle proche du chateau Empty
MessageSujet: Re: Une ruelle proche du chateau   Une ruelle proche du chateau EmptyJeu 15 Mar à 13:22

(pfff quel esprit tordu^^)

Qu’elle petite insolente la voila maintenant qu’elle continuait à se moquer de lui. Si la courtoisie et la politesse que l’on devait aux dames n’était pas resté une règle à laquelle Tristan en tant que chevalier devait respecter, il l’aurait volontiers répliquer …Une bonne réplique cinglante pour la jeune insolente qui se moquait du loup. Restant de marbre devant ses remarque,il encaissait sans broncher,ce ne fut que l’évocation du nom de lancelot qui l’interpella. Ainsi cette jeune femme connaissait Lancelot…Son surnom lui arracha un sourire surtout que ce n’était pas faux, Lancelot n’avait jamais apprit la modestie cela ne commencerait pas aujourd’hui mais Tristan ne médirait pas plus sur son compagnon d’arme.

Une fois de plus elle se moqua de lui, Tristan prenait les serments très au sérieux…contrairement à Guenièvre .Décidé à faire perdre la trop forte confiance en soi de la jeune femme Tristan descendit un peu de son arbre et s’asseyant sur une branche.


" Comment connaissez vous Sir lancelot ? lui aussi vous l’avez traité de menteur ? "Rolling Eyes

[sorry j'ai pas le temps de faire plus long je viens de voir que je suis à la bourre pour mes cours]
Revenir en haut Aller en bas
Guinevere_old
Admin
Guinevere_old

Nombre de messages : 699
Date d'inscription : 01/04/2006

Une ruelle proche du chateau Empty
MessageSujet: Re: Une ruelle proche du chateau   Une ruelle proche du chateau EmptySam 17 Mar à 13:49

[c'est que j'ai eu un maître en la matière... CF ton maître de stage Razz
Pour la longueur du message, ça n'a pas d'importance... moi-même je suis sensée être absente pour cause de boulot ^^]

Mais quel homme austère!
Pas une fois il n'esquissa un sourire à la pantomime de Guenièvre, pas une fois il ne desserra la mâchoire semblant cimentée pour l'éternité et même après. Si ce n'était pour le respect de l'homme qui fit une si belle musique, la dame amoureuse de l'humour aurait tourné le dos à ce sans-rire!

Elle même, la Chaleur humaine incarnée, la Reine Incandescente, se refroidissait à vue d'oeil face à cet igloo, ce loup des neige, dont même l'aura qui l'accompagnait dégageait soudain de cette dépression anticyclonique, contre laquelle une torche, aussi Reine soit-elle, ne pouvait resister.

" Comment connaissez vous Sir lancelot ? lui aussi vous l’avez traité de menteur ? "

Uh? Quoi? Il avait parlé l'autre vaporeux là? [à ceux qui comprendront lol! ]
Mais oui ma parole! Et en plus, il était caustique! Wow!
Impressionnée, piquée au vif, Guenièvre leva des yeux fiers vers Tristan le Trouvère.

-Ah non, sir Lancelot ne saurait être un menteur! C'est un chevalier, lui.

Et... toc!

-Eh... nous sommes amenés à nous rencontrer quelques fois. En quoi cela vous intéresse-t-il? Vous voulez que je lui fasse passer un message tout à fait admiratif de votre part?


Ces questions n'avaient rien de banales et continuaient tout à fait dans le lent retour des huitres vers leur position hermétiques. Cela avait donc quelque chose de moqueur et de fermé à la fois : Guenièvre ne voulait en aucun cas donner des indices sur sa véritable identité. D'autant plus que le vin tournait vinaigre.

_________________
A passé le flambeau
Revenir en haut Aller en bas
Sir Tristan_old
Chevalier
Sir Tristan_old

Nombre de messages : 19
Date d'inscription : 02/03/2007

Une ruelle proche du chateau Empty
MessageSujet: Re: Une ruelle proche du chateau   Une ruelle proche du chateau EmptyMer 28 Mar à 7:28

Ce devait être la première fois qu’une vérité lui démangeait autant. Lui qui s’etait décidé à errer dans la ville en inconnu pour la ville, en simple voyageur étranger. Ses résolutions venaient de tomber au puit.

Tristan lui confiait qu’il était quelqu’un qui n’était pas très jovial bourré de bonne humeur et voila que la reine voulait le transformer en bouffon…peine perdue .


"Parce que c’est le seul chevalier de la table ronde peut être? " lâcha t il avant de descendre de son arbre.

Le loup la fixa un instant, se demandant une dernière fois s’il devait lui révéler son identité. Il y etait forcé s’il voulait avoir du respecte que ces suppositions de mythomane disparaissent^^


" Si vous le voyez avant moi, alors dites lui que son viel ami Sir Tristan est de passage à Camelot. "

Et…toc !

Il resta impassible devant elle, levant un instant le menton d’un air neutre pour l’observer, le jeune homme malin qu’il avait été avait disparu il y a bien longtemps et sans doute peu de choses en ce monde pourraient le ramener ,même pas les railleries ou les sourires d’une demoiselles.. Il n’avait peut être pas les caractéristiques premières d’un chevalier mais par moment certains traits de caractères.
Revenir en haut Aller en bas
Guinevere_old
Admin
Guinevere_old

Nombre de messages : 699
Date d'inscription : 01/04/2006

Une ruelle proche du chateau Empty
MessageSujet: Re: Une ruelle proche du chateau   Une ruelle proche du chateau EmptyMer 28 Mar à 14:57

"Parce que c’est le seul chevalier de la table ronde peut être? "

Gueny suivit des yeux le saut silencieux de Tristan, arquant un sourcil sceptique. Quéqué qu'il voulait dire par là? Il avait l'air si triomphant... si sûr de lui...
La Reine ne bougea pas ni ne desserra les dents,les bras toujours croisés sur sa poitrine, le visage interrogateur, prête à tout entendre sauf ce qui suivit.

" Si vous le voyez avant moi, alors dites lui que son viel ami Sir Tristan est de passage à Camelot. "

La pièce de Tristan glissée dans le distributeur, ça fait cling clang clung dans la tête, on fume des oreilles, la canette de fanta tombe enfin dans un boum métallique. A+B=AB que diable! (c)
Trois fois, elle ouvrit la bouche et la ferma, petit poisson noyé dans son propre bocal.
Les bras soudain ballant, elle avait pris l'attitude légèrement prostrée et ahurie d'un foudroyé malheureux.

Elle mit quelques secondes avant de s'apercevoir du ridicule de sa mimique, et se reprit vite, bizarrement l'air à la fois sec, déterminé, et totalement effrayé.

Elle s'approcha d'un pas, pointa un doigt tremblant vers son visage et ouvrit la bouche, mais aucun son n'en sortit.
Enfin, déglutissant, elle déballa en vitesse des paroles sans doute surprenantes pour son interlocuteur :

-Je ne suis jamais venue ici, vous ne m'avez jamais vue, je n'existe même pas !


Sa voix était étrangement grave, précipitée mais presque menaçante; elle accentuait chaque nouvelle proposition d'un bref mouvement de son doigt levé et accompagnait le tout d'un magnifique regard exorbité et effrayé... comme celui d'un lièvre dans la nuit qui vient d'apercevoir les phares d'une voiture.

Et le lièvre détala comme un lapin, s'enfuyant à la bretonne, comme on dirait. Quoique, c'était bien plus romanesque qu'une modique fuite de voleur, là, tout de même, c'était une femme inconnue qui se carapatait à toute vitesse, tentant de mettre le plus de distance entre elle et un homme à qui elle parlait tres bien (sic) jusqu'au moment où elle a compris qu'il s'agissait d'un chevalier...

Un chevalier...
Ce type, dont elle se foutait de la gueule -royalement- n'était autre qu'un des chevaliers de son mari...
Aïe Aïe...

Où se cacher? Où s'enfuir? Pouvait-on espérer qu'il oublie son visage, sa voix et ses manières?
Ne pas prendre le chemin le plus court pour le château, il fallait essayer de minimaliser les dégâts...

_________________
A passé le flambeau
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Une ruelle proche du chateau Empty
MessageSujet: Re: Une ruelle proche du chateau   Une ruelle proche du chateau Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Une ruelle proche du chateau
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une nuit avec une déesse [PV Yuko][Hentaï]
» [UPTOBOX] Le Jeu de la mort [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Camelot :: Archives :: Bourg-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser