Camelot
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

La Bretagne au VIe siècle, terre de mythes et de légendes. Arthur règne sur Camelot, entouré de ses Chevaliers...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 

 Une Entrée Discrète... Ou Presque !

Aller en bas 
AuteurMessage
Loagan_old
Admin
Loagan_old

Nombre de messages : 331
Localisation : Dans la forêt forêt forêt (Siegfried ?)
Date d'inscription : 05/06/2006

Une Entrée Discrète... Ou Presque ! Empty
MessageSujet: Une Entrée Discrète... Ou Presque !   Une Entrée Discrète... Ou Presque ! EmptyDim 16 Juil à 12:56

Il avait fait en sorte de prendre le chemin le plus détourné possible. Il souhaitait surtout que personne ne le remarque et avait donc décidé d'éviter l'allée principale qu'il avait emprunté en arrivant la première fois à Camelot.
Cela faisait quelques jours maintenant... Il s'était donc sûrement fait oublié. Tout du moins il l'espérait.

Quelque chose lui disait qu'il ne tarderait pas à rencontrer inopinément la femme de l'autre soir, celle qui avait joué avec ses nerfs (mais qui ne jouait pas avec ? Sanguin comme il était, c'était bien impossible de ne pas le mettre en rogne !)... Mais il n'avait plus trop le choix maintenant que de regagner la Ville. La chasse l'impatientait, bien qu'il fut toujours doué dans cet art. Pour être plus honnête, c'était plutôt la rapine qui lui manquait. Voler par-ci par-là, jouer d'impertinence à la barbe des villageois, ou simplement observer, d'une ruelle sombre, le quotidien. Il faisait toujours en sorte de couper un peu sa sollitude, même s'il ne se mêlait jamais vraiment au monde. S'il n'avait pas veillé à toujours traverser des zones habitées, il serait devenu complètement fou le long de ces dix années d'errance.

Donc, pour moults petites raisons, il revenait à Camelot. L'après-midi touchait à sa fin.
Lorsque Loagan fut à quelques mètres du pont-levis, il put constater avec étonnement que celui-ci était férocement gardé. Visiblement, personne n'entrait, sauf les chariots de vivres ou de produits divers. Et malheureusement pour l'Ecossais, pas un seul chariot en vue !

Preuve que l'esprit de Jamien est légèrement tordu, il trouva cette perpective fort alléchante. Un peu de danger ne faisait jamais de mal. L'adrénaline revenait en vague, les muscles se réhabituaient à fonctionner très rapidement et de manière coordonnée. C'était très amusant de surcroit. Enfin, selon lui...
Toujours était-il que, bien qu'homme d'action, il n'en était pas pour autant complètement kamikaze. Et défaire tout un peloton armé jusqu'aux dents n'était vraiment pas dans ses cordes.
Donc, monsieur décida de contourner le problème et les murailles par la même occasion. Comme il s'y attendait, les entrées annexes étaient beaucoup moins surveillées. Un homme pour chaque porte certainement. Après tout, Camelot était en paix depuis fort longtemps... (Ce qui fit que le Vagabond se demanda un instant pourquoi le pont levis était gardé tout à coup !)

Il s'avança vers l'une des ouvertures et se plaça devant le garde. Bien entendu, ce-dernier marmonna :


- On ne passe pas !

Ca avait le mérite d'être court et clair. Loagan feignit la surprise et montra un visage tout à fait innocent, légèrement souriant. (Ces deux attitudes ensemble sont aussi rares que les eclipses, nous tenons à le signaler...) Et il répondit :

- Ah bon ? On ne passe pas ?

La vigilance... On leur apprenait pas ça à l'école ? Il était bien jeune ce garde et il n'avait certainement jamais été sur un champ de bataille. Il ne vit donc pas arriver le coup qui l'assomma.
Jamien lâcha un :


- Bah si, finalement, on passe...

Avant de s'engouffrer dans l'enceinte de Camelot et de gagner l'arrière d'une cabane paysanne. Personne ne l'avait vu, c'était déjà ça. Mais un garde à terre... Ca allait peut-être faire un peu de bruit ! Surtout dans la situation actuelle !

_________________
Une Entrée Discrète... Ou Presque ! Signjamien29ex
Revenir en haut Aller en bas
Loagan_old
Admin
Loagan_old

Nombre de messages : 331
Localisation : Dans la forêt forêt forêt (Siegfried ?)
Date d'inscription : 05/06/2006

Une Entrée Discrète... Ou Presque ! Empty
MessageSujet: Re: Une Entrée Discrète... Ou Presque !   Une Entrée Discrète... Ou Presque ! EmptySam 22 Juil à 14:40

Il ne s'était pas trompé en pensant que ça allait faire "un peu" de bruit... Car quelques minutes plus tard, ça en faisait même beaucoup ! Un groupe armé passa tout près de Loagan, toujours tapis dans l'ombre, et il put surprendre, entre autres, diverses exclamations : "Un homme à terre !", "Sonnez l'alarme...", "Une intrusion dans Camelot !"
De son côté, l'Ecossais pestait mais, au moins, le faisait-il silencieusement.

Que signifiait tout ce remue-ménage ? Deux ou trois jours auparavant, la place du Village était aussi vide que le verre d'un alcoolique sans le sou et maintenant, on ne pouvait plus y pénétrer sans qu'on vous demande d'où vous veniez !
Enfin, c'était ce qu'il avait pu remarquer en jetant un coup d'oeil dans la ruelle qui longeait la maisonnette, où un pauvre paysan avait du justifier son statut de propriétaire avant qu'on le laisse tranquille.

Cela n'arrangeait vraiment pas le Vagabond. Lui qui avait avec confiance regagné la Ville, croyant qu'on avait oublié sa petite altercation avec Lancelot et qu'il pourrait passer complètement inaperçu !
Malheureusement, il ne pouvait même plus faire marche arrière, car le garde assommé devant la petite porte avait déclenché une véritable vague de panique. Alors que les "Allons prévenir le Roy" avaient remplacé les "Sonnez l'alarme", trois hommes étaient à présent postés devant ce passage annexe.

Il ne pouvait quand même pas rester plaqué contre ce mur d'argile et de paille jusqu'à la nuit ! Et rien ne laissait présager que le crepuscule apporterait le calme dans le Bourg !
Laissant de côté la cause de tout ceci, Jamien pensa plutôt à la façon de se sortir de là sans y laisser sa tête.
Habillé comme il l'était, on le repérerait instantanément. Il aurait fallu qu'il laisse choir son armure et son épée mais si jamais il se retrouvait dans une situation périlleuse, il n'aurait aucun moyen de se défendre.

Il faisait face à un dilemme... Et il n'en avait vraiment plus l'habitude. Certes, on l'avait souvent accusé de vol dans les contrées qu'il traversait mais il s'en était toujours sorti avec une pirouette.
L'agitation qui régnait ici laissait entrevoir quelque chose de bien plus grâve que le kidnapping d'un poulet ! De plus, s'il était pris, il serait arrêté pour avoir porté la main sur un garde et non pour un menu larcin.

Il se décida enfin à bouger et, conservant toutes ses affaires, il marcha doucement et continua à longer la cabane.
Un coup d'oeil dans la ruelle, plus personne. Maintenant, il fallait courir pour s'éloigner le plus possible de cette porte. Retourner vers le pont levis n'était pas vraiment judicieux. Le seul autre point de repère était le château. Et Loagan se dit que ce n'était sûrement pas le bon chemin. Toujours était-il que c'était aussi le moyen de se fondre dans une foule plus chamarée. Il finit par se décider et emprunta cette direction, passant de maisons en maisons, prenant soin de ne faire aucun bruit et d'emprunter les allées les plus sombres.

Il arriva bientôt en périphérie du bourg et faillit rencontrer un soldat ! Ni une ni deux, il poussa la porte de la cabane qui se trouvait sur sa gauche et la referma derrière lui...

_________________
Une Entrée Discrète... Ou Presque ! Signjamien29ex
Revenir en haut Aller en bas
Loagan_old
Admin
Loagan_old

Nombre de messages : 331
Localisation : Dans la forêt forêt forêt (Siegfried ?)
Date d'inscription : 05/06/2006

Une Entrée Discrète... Ou Presque ! Empty
MessageSujet: Re: Une Entrée Discrète... Ou Presque !   Une Entrée Discrète... Ou Presque ! EmptyMar 1 Aoû à 2:32

Il avait à présent la main devant la bouche de cette fille. Fluette, brune, de grands yeux apeurés qui le dévisageaient. Il répéta pour la deuxième fois qu'il n'allait pas lui faire de mal et ajouta :

- Maintenant, je vais te lâcher, et tu vas rester tranquille...

Il aurait voulu lui dire ces paroles doucement afin qu'elle ne soit plus terrorisée. Seulement, la douceur n'était plus vraiment dans ses cordes... si tenté qu'elle y fut un jour !
Non, sa voix était restée dure et rauque, tétanisant encore plus la jeune femme. Enfin, elle était tellement morte de peur qu'au moins, elle allait se taire une bonne fois pour toute ! Tout du moins, il l'espérait !

Elle avait commencé à paniquer dès lors qu'il était entré. D'un côté, on n'est rarement habituée à voir débarquer un inconnu, l'air patibulaire, alors qu'on attend patiemment que son père rentre des champs ! Et bien oui, pas de bol, elle était tombée sur l'Ecossais du coin, mal coiffé, mal rasé, et encore plus en rogne que d'habitude à cause de ce qui se passait au dehors.

Il relacha doucement sa prise et la fille put enfin respirer normalement. Elle continua de le dévisager, mais lui ne faisait déjà plus attention à elle. Ce qu'il voulait, c'était sortir de là. La patrouille était passée. Cependant, il ne fallait pas que cette demoiselle s'empresse de donner l'alarme de ce côté-ci dès qu'il aurait fait deux pas ! Que les soldats soient occupés auprès de leur congénère assommé lui seyait à merveille.

Jamien lança un regard féroce à la donzelle qui se tenait à présent recroquevillée sur le sol en psalmodiant des "ne me faites pas de mal, ne me faites pas de mal..."
Il leva les yeux au ciel, toujours aussi agacé et lâcha sèchement :


- Mais non je vais pas te faire de mal, ça va maintenant ! Je vais te dire une chose, jeune fille, si j'avais voulu t'en faire, ça ferait longtemps que ta petite nuque serait brisée ! Vu ?

Elle le regardait toujours avec frayeur mais n'émettait plus aucun son. Au moins, il pouvait réfléchir. Malheureusement, à part la baillonner, il ne voyait pas. Cette solution ne lui présageait rien de bon. Si jamais il se faisait pincer, l'addition serait plus que salée avec une jeune fille maltraitée en plus du reste ! Qu'est-ce qu'il allait faire d'elle ?
C'est à ce moment là qu'elle se fit entendre... Enfin entendre c'était une hyperbole ! Disons qu'elle murmura quelque chose de quasi inaudible. Loagan n'en tira qu'un : "Mais qui êtes-vous ?"

Et là, la solution lui apparut. Elle valait ce qu'elle valait mais elle avait le mérite de brouiller légèrement les pistes et surtout d'être très drôle ! Il rajusta son épée et se redressa afin de sortir d'un pas très mesuré. La tête encore dans l'entrebaillement, il lui lança, solennel :


- Je suis Lancelot... Le Chevalier Lancelot du Lac.

Eheh ! Si ça retombait aux oreilles du dit-nommé Lancelot, ça aurait des répercussions assez... fâcheuses ? Non... Plutôt réjouissantes à vrai dire ! Déjà, on prendrait la fille pour une incohérente. Ou même n'oserait-elle rien dire.

Il était à nouveau dans la rue et il savait que des gardes ne tarderaient pas à repasser. Tant pis pour ses anciennes résolutions, il allait attendre de voir tout ce cirque évoluer. Observer d'un endroit sombre. Il se retira à nouveau dans les ruelles, et en trouva une si minuscule qu'il lui sembla bien improbable que quelqu'un y mette le bout de son nez !


[Bien entendu, le nez royal de Madame est attendu dès qu'il en aura fini avec les affaires de la Chrétienté ! Wink]

_________________
Une Entrée Discrète... Ou Presque ! Signjamien29ex
Revenir en haut Aller en bas
Lancelot du Lac_old
Chevalier
Lancelot du Lac_old

Nombre de messages : 453
Age : 42
Localisation : Camelot
Date d'inscription : 05/06/2006

Une Entrée Discrète... Ou Presque ! Empty
MessageSujet: Re: Une Entrée Discrète... Ou Presque !   Une Entrée Discrète... Ou Presque ! EmptyMar 1 Aoû à 3:21

[Hj : usurpateur va ! Evil or Very Mad Sauvage d'Ecossais, il va me faire passer pour un violenteur de demoiselle, moi qui suit si pur de sentiment Cool lol ]

_________________
Une Entrée Discrète... Ou Presque ! Lanceff3
Modérateur à ses heures.

Bannière Créated By Arthur/Evangéline/Nessameldë
Revenir en haut Aller en bas
http://alveran.blog.jeuxvideo.com/
Guinevere_old
Admin
Guinevere_old

Nombre de messages : 699
Date d'inscription : 01/04/2006

Une Entrée Discrète... Ou Presque ! Empty
MessageSujet: Re: Une Entrée Discrète... Ou Presque !   Une Entrée Discrète... Ou Presque ! EmptyMar 8 Aoû à 13:18

Deux jours, deux jours que Guenièvre apparaissait si souvent en public qu'elle en semblait avoir perdu le sourire... deux jours où son port noble s'était mué en maintien statuesque. Elle n’avait pas décidé de s’enfermer dans sa chambre après toutes ses émotions, et l’on reconnaissait là une décision de reine, mais on voyait bien qu’elle avait perdu ce pétillement dans les yeux qu’elle avait toujours pris garde d’avoir lorsqu’il s’agissait de paraître.
Il est à noté également qu’elle n’avait jamais moins parlé à Arthur que ces jours derniers. Cela paraît impensable, au vu des mots qu’elle (ne) lui adressait déjà (pas), mais à présent leur conversation n’était qu’obligée, du genre « passe moi le sel ».

Vêtue de son long mantel noir des sorties incognitos, Guenièvre s’était éclipsée des carcans du palais en s’échappant de tout, de tous, et jusqu’à Laureline, qu’elle considérait pourtant comme une amie.
Car si elle avait assez de fierté pour avoir la vengeance tenace, elle avait également besoin de souffler. Se montrer forte dans sa détermination, c’était bien beau, mais craquer au bout de seulement deux jours, c’était bien idiot.

Aussi marchait-elle dans les rues, le capuchon sur les yeux, afin de décompresser. Cependant la présence de foule à même de la reconnaître la gênait au plus haut point. Aussi, elle marchait vite.
Et une donzelle qui marchait vite, complètement dissimulée sous un vêtement noir, c’était louche. Elle sentait le regard des gardes en patrouille sur elle, et elle se sentait devenir parano, le cœur battant à se rompre.

En désespoir de cause, elle tourna à l’angle dans une ruelle sombre, sûrement mal famée, mais où il n’y aurait personne, au moins.

Le choc fut rude.

D’autant plus rude qu’elle ne s’y attendait pas. Elle poussa un cri, et son mouvement de recul fit tomber sa capuche sur ses épaules, dévoilant son épaisse chevelure de jais, parfaitement coiffée, mais surtout, surtout, ses yeux noirs apeurés.

Elle les leva vers la chose qu’elle avait bousculé, les jambes tremblantes.
Ses yeux un instant s’écarquillèrent encore plus, si c’était possible, puis son visage ne refléta plus que de l’agacement et de la colère prononcée.

-Encore vous !

Elle avait presque crié, et se retourna pour vérifier que personne ne les avait remarqué, avant de s’enfoncer un peu plus dans l’ombre de la ruelle.

C’était dingue ! Dingue ! Encore cet ours ! Et pile quand elle avait besoin de calme…
Dire qu’elle ne pensait jamais le revoir, et encore moins à l’intérieur de la ville…

Un étranger aurait peut-être eu peur pour elle, seule dans ce dédale sans lumière avec cet homme imposant et surtout pas très net, mais elle, un peu inconsciente peut-être, ou alors très douée avec les gens, n’avait eu besoin que d’une rencontre de quelques minutes pour être anesthésiée de toute appréhension à son égard.

Elle se retourna les yeux foudroyants :

-Alors, vous avez décidé de quitter votre nid douillet de branchage pour entrer dans la catégorie des hommes civilisés ?

Ah! Qu'est ce que ça faisait du bien de décharger son agressivité sur quelqu'un !

-Vous avez encore du chemin à faire...

Ajouta-t-elle, assassine, en regardant ses oripeaux avec un sourcil levé et une moue de mépris...

_________________
A passé le flambeau
Revenir en haut Aller en bas
Loagan_old
Admin
Loagan_old

Nombre de messages : 331
Localisation : Dans la forêt forêt forêt (Siegfried ?)
Date d'inscription : 05/06/2006

Une Entrée Discrète... Ou Presque ! Empty
MessageSujet: Re: Une Entrée Discrète... Ou Presque !   Une Entrée Discrète... Ou Presque ! EmptySam 12 Aoû à 12:23

Impossible que quelqu'un y mette les pieds ? Alors qui venait de le heurter de plein fouet à l'instant ? Une bousculade telle que celui qui le dérangeait en perdit son capuchon !
Loagan baissa les yeux vers le perturbateur qui se trouvait être bien plus petit que lui et il réalisa avec effroi qu'il s'agissait d'elle ! Encore elle ! Mais pourquoi ? Pourquoi ici ? Pourquoi maintenant ? Ne pouvait-elle pas aller traîner sa cape ailleurs par tous les dieux ?
Il grogna, oui c'est bien le mot, tout en conservant sa main sur la garde de son épée, tellement il avait été surpris :


- C'est pas vrai !

Oh ! Et elle pouvait bien essayer de l'impressionner avec ce regard noir hein ! Jamais elle ne serait assez douée à ce jeu là que lui... Surtout qu'il était là avant ! Alors si elle n'était pas contente, elle n'avait qu'à se trouver une autre ruelle et un autre souffre douleur avec. Il avait déjà bien assez de problèmes !

Seulement, elle se décida à engager la conversation. Enfin... Engager la conversation c'est plutôt ce que font deux personnes civilisées. Alors c'était qui le mal-poli là ? Il lui criait dessus lui ? Il se serait seulement détourné si elle ne l'avait pas agressé avec ses insinuations. Il se devait donc de répondre à présent. Il avala lentement sa salive, afin de faire passer la colère qui sourdait dans sa gorge. Il continua à la toiser mais sa voix s'adoucit légèrement passant du gargarisme animal à quelque chose de plus humain :


- Moins fort, vous allez ameuter tout le quartier !

Il jeta un regard anxieux au bout de la ruelle afin de vérifier que personne ne venait par ici. Il continua, une fois rassuré :

- Civilisés ? Parce que ça fait parti de la civilisation d'appréhender tout ce qui bouge dans Camelot ? C'est ça le pays libre dont tout le monde parle autant ?

Elle pouvait la garder sa bienséance si ça ressemblait à ce qu'il avait observé quelques temps auparavant. Bien entendu, il était encore à mille lunes de comprendre pourquoi on avait levé autant de soldats dans toute la ville. Tout ce qu'il y voyait, c'était une menace à ses faits et gestes et il avait du mal à le supporter.
Pendant que ses battements de coeur se calmaient, il put avoir le loisir de la regarder. La nuit où ils s'étaient rencontrés, il faisait trop sombre pour qu'il puisse distinguer tous ses traits. C'était chose faite maintenant. Son visage était fin, son épaisse chevelure noire était réellement magnifique... Mais sa moue rageuse, beaucoup moins !

_________________
Une Entrée Discrète... Ou Presque ! Signjamien29ex
Revenir en haut Aller en bas
Guinevere_old
Admin
Guinevere_old

Nombre de messages : 699
Date d'inscription : 01/04/2006

Une Entrée Discrète... Ou Presque ! Empty
MessageSujet: Re: Une Entrée Discrète... Ou Presque !   Une Entrée Discrète... Ou Presque ! EmptySam 12 Aoû à 12:46

Guenièvre tombait denue. C'était quoi ce ton doucereux ?
C'était quoi, cette phrase dépourvue de toute méchanceté ?

- Moins fort, vous allez ameuter tout le quartier !

Guenièvre hurla, bien plus fort qu'elle ne l'aurait voulu :

-Je parle comme je veux, c'est clair ? Ici vous êtes chez moi!

Elle respira comme un taureau qui charge, regrettant un peu sa poussée d'agressivité, alors qu'il tendait presque la main pour faire la paix.

"Ici vous êtes chez moi"... s'il savait...
Mais il ne savait pas justement! Et Guenièvre n'ajouta rien. Manquerait plus qu'il sache qu'elle était la reine... Elle ignorait tout de lui, et si elle savait qu'il ne ferait pas de mal à une soubrette, qui sait ce qu'il était venu faire à Camelot ?
Et puis, elle n'avait surtout pas envie que le bruit se propage que la reine trainait avec un pouilleux en secret...

- Civilisés ? Parce que ça fait parti de la civilisation d'appréhender tout ce qui bouge dans Camelot ? C'est ça le pays libre dont tout le monde parle autant ?

Mais... Mais... Mais c'était quoi, CA ? Il ne pouvait pas se braquer, comme tout le monde ?!

En même temps, un étrange sentiment completement paradoxal naquit dans son ventre: Camelot, c'était sa patrie, son peuple, et lui l'insultait de sauvage! Elle ne pouvait pas le laisser dire ça!
D'un autre coté, elle était pas mal d'accord avec lui...

Un sourire mauvais dessina ses lèvres fines.

-Alors vous n'êtes pas au courant ?

Elle croisa les bras, tentant de le toiser de haut (ce qu'elle arriva tres mal... ayant une tête de moins que lui)

-Il y a eu un meurtre il y a deux jours. On recherche des hommes de votre trempe...

Elle avait dit ça sans le savoir, plutôt dans un air de défi. En fait, elle n'était pas le moins du monde au courant de ce que l'on recherchait.

_________________
A passé le flambeau
Revenir en haut Aller en bas
Loagan_old
Admin
Loagan_old

Nombre de messages : 331
Localisation : Dans la forêt forêt forêt (Siegfried ?)
Date d'inscription : 05/06/2006

Une Entrée Discrète... Ou Presque ! Empty
MessageSujet: Re: Une Entrée Discrète... Ou Presque !   Une Entrée Discrète... Ou Presque ! EmptyDim 13 Aoû à 0:07

Plus elle hurlait et plus le visage de l'Ecossais se rembrunissait. Qu'est ce qu'il fallait qu'il fasse pour qu'elle se taise ? Il n'allait quand même pas employer la force comme avec l'autre donzelle ! Quoique... Ca n'aurait pas été pour lui déplaire. Cependant, il se maîtrisa, inspira, expira, regarda légèrement ailleurs, essayant de faire preuve d'indifférence devant ses propos. Un détail retint quand même son attention : "Chez Moi". Que voulait-elle signifier ? Sa maison jouxtait-elle cette ruelle ? Ou...

Il n'eut pas le temps d'approfondir le sujet car déjà, elle changeait de tactique. Fatiguée certainement d'user ses petits poumons, elle trouvait à présent plus commode de le regarder avec cet air supérieur de "j'en-sais-bien-plus-que-vous-monsieur-le-Vagabond" !

Alors non, il n'était pas au courant ! Il n'était pas du pays et elle le savait. Comment aurait-il pu s'intéresser aux on-dit ? Ca n'était vraiment pas son genre qui plus est !
Malheureusement, la nouvelle qui franchit les lèvres bien dessinées de Guenièvre n'avait rien pour le réjouir. Un meurtre ? Deux jours seulement ? Ca coïncidait donc avec son arrivée sur les terres du Roy Arthur... En gros, s'il se faisait pincer, il se ferait certainement accuser ! Sans compter Lancelot qui serait là pour témoigner qu'il l'avait vu et qu'ils avaient parlés un peu plus fort que de raison sur la place publique...

Par contre, il était hors de question que cette jeune femme réalise son trouble. De toute manière, rien ne transparaissait sur le visage de Loagan. Mais, s'il ne se décidait pas à parler, bien vite, elle comprendrait qu'elle avait touché un point presque sensible. Il haussa un sourcil avant de rétorquer :


- De ma trempe ? Seuls les étrangers commettent des assassinats par ici ?

Il prit un air moqueur et continua :

- C'est sûr que comme ça, c'est plus facile de remplir les geôles hein ?

Son attitude qui ressemblait presque à de la détente ne fit pas long feu. La dureté de son regard revint au galop lorsqu'il ajouta :

- On se demande ce que vous savez des hommes de ma trempe vous...

_________________
Une Entrée Discrète... Ou Presque ! Signjamien29ex
Revenir en haut Aller en bas
Guinevere_old
Admin
Guinevere_old

Nombre de messages : 699
Date d'inscription : 01/04/2006

Une Entrée Discrète... Ou Presque ! Empty
MessageSujet: Re: Une Entrée Discrète... Ou Presque !   Une Entrée Discrète... Ou Presque ! EmptyLun 14 Aoû à 9:56

Qu'est ce qu'il était chi... emmer... embêtant!
Ah non, ça ne lui plaisait pas du tout à Gueny! Elle voulait des répliques cinglantes, elle! Pas un rembrunissement qui sentait tout aussi mauvais que son ton mielleux de tout à l'heure.
Il avait le don de l'agacer, tiens. A l'attaquer quand elle ne demandait qu'a parler et à jouer le chien à sa mémère quand elle voulait qu'il fasse le lion.
Elle exagérait notoirement, comme nous avons pu le voir précédemment, lorsqu'elle était en colère... jusque dans ses pensées.

- De ma trempe ? Seuls les étrangers commettent des assassinats par ici ?

Elle ne sut pas bien quoi répondre tout d'abord, mais l'agacement qu'elle avait ressenti tout à l'heure faisait fonctionner son cerveau à toute vitesse, et sa réponse fusa sans qu'elle s'en rende compte :

-Parce que vous croyez que quand je dis de "votre trempe" je parle uniquement de votre statu d'étranger ?

Elle sourit. Elle était tout à fait satisfaite de sa pique, et s'approcha un peu de Loagan pour savourer sa victoire dans ses yeux. Il était rare, mais pas impossible, d'assister à une scene où la douce reine se muait en Gorgone... l'Ours mal léché a payé sa place au premier rang...

Il sembla que la distance entre eux se rétrécissant, la bête se durcissait sur ses pattes, prête à bondir, sur elle ou en arrière.
La reine, toute fière (quoique énervée) de ce qu'elle voyait comme une victoire totale, avait presque oublié ce côté totalement bestial de son interlocuteur. Il n'avait été durant un instant qu'une poupée de chiffon à fouler de toutes ses forces jusqu'à ce qu'on en soit épuisée.

Aussi, elle prit peur en remarquant ce regard. Elle prit peur le temps de se remémorer cet évènement au bois.
L'appréhension passa, mais la méfiance perdura, imprégnée comme une odeur persistante sur la peau, sous la forme d'un nœud dans le ventre.

- On se demande ce que vous savez des hommes de ma trempe vous...

Guenièvre avait perdu toute trace de mépris, de raillerie, de défi, ou que sais-je encore ? Des trucs en -i...
Elle levait la tête pour ne point à paraître faible et soutenir le regard de l'autre... Elle parla elle aussi, avec une pointe de dureté dans la voix:

-Je côtoie bien plus de barbares que vous ne pouvez même l'imaginer. Je sais comment vous êtes, tous, les hommes en général et les hommes d'arme en particulier...
Des animaux.
Vous me répugnez...


Une larme vint humidifier l’œil droit de la reine, mais je ne saurais dire pourquoi...
Sûrement le trop plein d'émotions, l'exutoire qui commençait à faire son effet, sa déception si vraie qui transparaissait dans ses propos... Cependant elle était déçue de son mari, il la répugnait, mais bizarrement l'attitude de bête de Loagan, non. Elle avait dit cela pour dire quelque chose, ou peut-être faisant un transfert, en profitant pour débiter tout ce qu'elle aurait voulu dire à Arthur.
Non, on ne peut pas dire que la force brute dégoûtait Guenièvre, au contraire, elle aurait aimé qu'un jour son mari soit dur comme il l'était aux champs de bataille, qu'il la prenne de force, qu'il la remette à sa place, qu'il la frappe, s'il le fallait!


Bon, ok, elle ne se l'avouerait jamais... Mais quelque part, elle était l'enfant qui faisait des bêtises en espérant attirer l'attention de ses parents trop coulants afin qu'ils lui inculquent les limites à ne pas dépasser.

Mais donc, ce côté butor de son interlocuteur la charmait plus qu'autre chose et son côté mystérieux piquait sa curiosité maladive. Toutefois, l'énergie déployée dans sa colère l'empêchait d'être charmée ou curieuse, là.
Au moins Loagan était fidèle à lui-même, et violent partout et avec tout le monde!

-... Les seuls hommes qui ne sont pas des mufles sont des lopettes et ils se retrouvent curés...

Ajouta-t-elle, s'assombrissant à son tour.

_________________
A passé le flambeau
Revenir en haut Aller en bas
Loagan_old
Admin
Loagan_old

Nombre de messages : 331
Localisation : Dans la forêt forêt forêt (Siegfried ?)
Date d'inscription : 05/06/2006

Une Entrée Discrète... Ou Presque ! Empty
MessageSujet: Re: Une Entrée Discrète... Ou Presque !   Une Entrée Discrète... Ou Presque ! EmptyMar 15 Aoû à 1:09

Cette femme dégageait tellement d'énergie ! Elle semblait lutter contre tous les éléments à la fois... Si Loagan n'avait été qu'un spectateur, il aurait certainement trouvé cela magnifique. Seulement, loin de sa tranquilité habituelle, il se retrouvait malmené par les propos de Guenièvre, pris dans les filets de cette conversation changeante, ne sachant pas comment réagir. Si lui était constant dans sa dureté avec les gens, elle était plus que lunatique à présent ! De la rage, sa voix finit par se briser légèrement lorsqu'elle parla des "hommes". C'est bien ce qu'il disait, elle ne devait pas en connaître beaucoup pour finir par énoncer des généralités pareilles... Ou peut-être en connaissait-elle trop, ou pas les bons... Ou... Mais qu'est-ce qu'il s'en fichait après tout de son éducation sociale !

Il avait le choix, il pouvait répondre d'une manière blessante, afin qu'elle puisse le mettre dans le lot des animaux. Il pouvait aussi changer de tactique et parler calmement, comme il le faisait parfois... Enfin, comme il l'avait fait autrefois ! Mais de toute manière, elle le considérait déjà comme un animal.
D'un autre côté, le ton qu'elle venait d'adopter n'avait plus pour but de l'attaquer, de le froisser ou même de le détourner de sa royale route. Non, elle semblait touchée... Elle semblait sur le point de craquer... Et surtout, il le sut dès qu'il soutint son regard, elle était sincère.


Citation :
-... Les seuls hommes qui ne sont pas des mufles sont des lopettes et ils se retrouvent curés...

Peut-être était-ce là une nouvelle généralité. Mais elle l'avait énoncée de cette façon si particulière... Sèche, sombre... Il aurait pu sortir une phrase du même genre mais sur les femmes.
Cet sorte de rapprochement soudain lui fit peur. Sa colère se retrancha, mais la méfiance perdurait. Pourtant, ce qu'elle venait de dire lui donnait envie de rire. Des "lopettes" ! Ca l'amusait même beaucoup et, d'une manière fugace, le visage du Highlander s'illumina. Un vrai sourire. Pas railleur, pas moqueur, pas pervers. Juste un sourire. Le coin de ses yeux s'étira légèrement. Cette sensation lui fit du bien... Mais redoubla son appréhension. Montrer une émotion, c'était baisser sa garde, et il ne devait jamais le faire, surtout pas dans une ville étrangère en présence d'une femme inconnue. Tandis qu'il se rabrouait silencieusement, son visage redevint neutre. L'avait-elle vu sourire ?

Pour dissiper le malaise qui l'étreignait, il décida de parler. Il parla un peu plus vite que d'habitude. Sa voix était toujours enrouée, mais un peu plus claire :


- C'est un peu raccourci comme définition... Mais si elle vous convient c'est le principal !

Jamien était toujours bougon. Même s'il avait voulu faire autrement, il n'aurait pas pu. Il avait déjà perdu l'habitude de sourire, alors parler gentillement !
Il ajouta, plus pour lui que pour elle :


- Si les hommes d'armes sont des animaux, c'est que les sentiments ne valent pas grand chose sur un champ de bataille.

Et sa vie à lui était un champ de bataille permanent.

_________________
Une Entrée Discrète... Ou Presque ! Signjamien29ex
Revenir en haut Aller en bas
Guinevere_old
Admin
Guinevere_old

Nombre de messages : 699
Date d'inscription : 01/04/2006

Une Entrée Discrète... Ou Presque ! Empty
MessageSujet: Re: Une Entrée Discrète... Ou Presque !   Une Entrée Discrète... Ou Presque ! EmptyMar 15 Aoû à 10:12

[i am posté very vite. Désolée if c'est bad. Sad]

Ca n'était PAS drôle! D'ailleurs ça ne méritait pas non plus réflexion... pourquoi ce silence ?
Ce qu'elle avait dit à propos des curés était totalement vrai... des hommes qui se baladent dans leur robe de bure en ayant fait vœu de chasteté ne peuvent qu'être des... lopettes.

Est-il utile de préciser que depuis que sa présence à la messe en tant que reine était devenue obligatoire, Guenièvre avait comme une dent contre l'Eglise ?

Elle ne baissa pas les yeux, et vit ce fasciés aussi changeant que le ciel passer du noir au rouge au vert. Le sourire de Jamien lui échappa, fixée sur ses yeux comme elle l'était. Et à vrai dire, il ne lui aurait pas échappé qu'elle ne l'aurait pas reconnu comme un sourire... La définition de ce mot était si différente entre celle des dames de Cour et celle des barbares hirsutes écossais.
Elle se demandait par quel dilemme était donc torturé cet homme pour muter ainsi et si vite, et durant cette interrogation intérieure toute trace de défensive disparut de son maintien et de son visage. Elle paraissait surtout intriguée...

Loagan qui reprend contenance signifiait ne pas laisser voir qu'on était ouvert à une discussion normale. Elle se re-raidit, et fronça les sourcils.

Tous deux jouaient le même manège sans le savoir, se suivant peut-être inconsciemment.

- C'est un peu raccourci comme définition... Mais si elle vous convient c'est le principal !

La reine ne vit pas l'utilité d'hurler, et même si elle se sentait touchée par la pique, elle la trouva juste et bonne. Elle n'avait jamais fait de généralité, et seuls son ire et Loagan -ouaip, c'est de sa faute!- l'avaient pousser à le faire.

Aussi, le cul entre deux chaises (ne changeons pas les bonnes vieilles expressions) elle n'eut pas le temps de réagir avant qu'il ne reprenne la parole. Elle croisa les bras pour se donner de la stature, une attitude d'attente peut-être, peut-être aussi pour montrer exagérément son agacement qu'elle n'avait plus vraiment.

- Si les hommes d'armes sont des animaux, c'est que les sentiments ne valent pas grand chose sur un champ de bataille.

-Et bien peut-être que les hommes d'armes devraient apprendre à faire autre chose que des champs de bataille.

Elle avait rétorqué cela du tac au tac, alors qu'en bonne bretonne, les champs de bataille ne la dérangeaient pas le moins du monde... elle trouvait même cela, divertissant, excitant, rompant la monotonie de son quotidien. Car qui disait guerre, disait fait d'arme, et on connaît l'attachement de la reine à tout ce qui tinte et qui fait boum boum ouille.

Consciente que ce qu'elle disait était stupide (un pacifiste au VIe c'est comme un féministe en Bretagne. Dis, Arthur, t'es pas féministe ?), elle se retourna en faisant la moue.
Oui, une moue qui dura cinq secondes! Loagan a du se trouver ou-tré! my god i'm shocked!

Bref, elle ne sut pas bien quoi dire, mais se décida finalement à faire admirer autre chose que son profil à son interlocuteur et se remit de face.
Lorsqu'on brise une situation par un mouvement, c'est toujours mauvais pour la discussion. Euh... quelle discussion ?

Bref, ça tournait en eau de boudin. Pourquoi ils parlaient de champ de bataille, déjà ?

Elle redevint agressive pour donner du poids à ses dire (puisqu'elle n'était de toute façon pas prise au sérieux quand elle n'était pas en colère) :

-Bon qu'est ce que vous foutez là à la fin ? Sans rire, vous allez vous faire choper si vous sortez pas de la ville.

Elle ne savait pas pourquoi, mais l'idée que l'Ecossais puisse être le meurtrier du prêtre ne l'émouvait pas le moins du monde.
Peut-être déjà parce que les curés n'étaient pas ses amis, et qu'un de moins, quelque part, c'était tant mieux.
Sûrement aussi parce que tout comme les champs de bataille, les assassinats (et les assassins) ne la feraient frissonner que s'ils la touchaient directement. Et encore, si elle en survivait, elle trouverait limite ce moment de panique... pas désagréable !


Bref, en gros, peu important que ce type soit ou non THE type qu'on recherchait, elle le prévenait.

_________________
A passé le flambeau


Dernière édition par le Dim 27 Aoû à 11:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Loagan_old
Admin
Loagan_old

Nombre de messages : 331
Localisation : Dans la forêt forêt forêt (Siegfried ?)
Date d'inscription : 05/06/2006

Une Entrée Discrète... Ou Presque ! Empty
MessageSujet: Re: Une Entrée Discrète... Ou Presque !   Une Entrée Discrète... Ou Presque ! EmptyMar 15 Aoû à 23:03

[Comme si tu pouvais poster quelque chose de moche toi ! Razz Désolée de mon côté de n'avoir pas pu répondre avant...]

Mais c'est qu'elle réapprenait vite la colère la p'tite dame ! Pas une minute de répis avec elle... Pauvre Loagan... Lui qui vivait loin de toute société depuis des semaines et donc loin de cette quasi hystérie féminine, ça lui faisait plus que drôle. Heureusement, ça ne le rendait pas malade, c'était plutôt que ça avait le don de l'énerver lui aussi... Bien sûr qu'ils suivaient le même schéma, ayant quasiment les mêmes réactions d'auto-défense !

En parlant d'auto-défense. Lorsqu'il l'entendit lui donner le conseil de s'en aller pour ne pas se faire "choper", il crut rêver ! Non mais ! Pour qui se prenait-elle ? Elle lui donnait presque des ordres maintenant ? Depuis quand avait-il besoin de quelqu'un pour prendre soin de lui ? Hein ?
C'est ainsi que nous déboulâmes inversement la pente difficilement parcourue de l'ouverture vers l'autre (on croirait une pub pour Orange, mais ouf, le cellulaire n'existe pas encore...) Telle l'huître qui se referme d'un claquement sec suite à toute incursion extérieure, Jamien rétablit la distance. Il redevint froid et cassant :


- Parce que vous croyez que je vous ai attendu pour arriver à cette déduction ?

Il la fusilla du regard. Et ajouta énergiquement :

- Sauf que votre ville est truffée de gardes. Yen a à chaque coin de rue ! Alors sauf si vous avez sur vous le moyen de me faire sortir par les airs, vous pouvez garder vos bons conseils !

Pourquoi réagissait-il ainsi ? Même si elle l'avait dit de manière mal-aimable, sa réflexion partait certainement d'une bonne intention. Et lui venait de la remercier en mufle (justement !)...
Oh et puis il avait déjà assez de ses états d'âme pour en plus prendre en compte ceux des autres. Il ne lui avait pas demandé de venir là et encore moins de rester.
La "trêve" s'était évanouie aussi vite qu'elle était apparue. Plus que de l'indifférence, le Vagabond avait fait preuve de mépris. Et la once de remords qu'il ressentait ne faisait pas un poids suffisant pour qu'il trouve le besoin de s'excuser !

Pire encore, il lui vint l'idée saugrenue d'en rajouter une couche. Lui aussi avait besoin de déverser sa haine du monde, et il se trouvait qu'elle était la seule personne à des mètres à la ronde. Seulement, lui n'avait pas pour habitude de hurler comme un dément (c'était pas comme certaine...), il préférait plutôt jouer. Et avouons le, de façon plutôt malsaine. Il plissa légèrement les yeux et lança, se rapprochant d'elle :


- Et puis, pourquoi voudriez-vous que je parte ? J'ai peut-être d'autres victimes en vue...

Il se pencha vers elle, il la surplombait tellement que c'était un pur bonheur et un petit rictus se peignit sur ses lèvres :

- Combien de temps peut bien résister un cou aussi frêle que le vôtre...

_________________
Une Entrée Discrète... Ou Presque ! Signjamien29ex
Revenir en haut Aller en bas
Guinevere_old
Admin
Guinevere_old

Nombre de messages : 699
Date d'inscription : 01/04/2006

Une Entrée Discrète... Ou Presque ! Empty
MessageSujet: Re: Une Entrée Discrète... Ou Presque !   Une Entrée Discrète... Ou Presque ! EmptySam 19 Aoû à 21:48

L'agressivité ne mene qu'a l'agressivité, c'est plus que connu. Cependant prise dans l'engrenage du déversement de fiel, le gros bon sens naturel devenait soudain étranger à Guenièvre, qui était presque surprise, même si elle était surtout piquée, que Loagan puisse ainsi la malmener.

- Sauf que votre ville est truffée de gardes. Yen a à chaque coin de rue ! Alors sauf si vous avez sur vous le moyen de me faire sortir par les airs, vous pouvez garder vos bons conseils !

Sous l'effet de la colère, Guenièvre se pinça les lèvres et gonfla les joues. Alors, il ne voulait pas de son aide ? Et ben tant pis pour sa gueule...

- Et puis, pourquoi voudriez-vous que je parte ? J'ai peut-être d'autres victimes en vue...
- Combien de temps peut bien résister un cou aussi frêle que le vôtre...


Il s'approcha en disant cela, un peu trop pres selon la bienséance... Guenièvre eut envie de reculer, mais par défis, elle resta, le fixant dans les yeux au risque de s'attraper un torticolis.

C'était la premiere fois qu'il faisait vraiment référence à elle, à son cou, à son cou frêle, et cela lui fit tout drôle, elle en sourit furtivement, avant de le gifler violemment.

C'était parti tout seul....

On respecte les distances de sécurité, bon diou, c'était de sa faute!
Guenièvre contourna la bête afin de ré-atteindre la rue principale, elle était allé trop loin, et ignorait sa réaction face à une gifle.

A ce moment là une silhouette de jeune fille passa en vitesse dans la rue perpendiculaire, puis s'arrêta, comme ayant reconnu ce qu'elle cherchait.

Elle revint sur ses pas et fit face à Guenièvre, toute éberluée. C'était Iwen.

Guenièvre paraissait tout aussi surprise de la voir.

-Ah Maj...

Sur un geste discret de la reine désignant son capuchon, Iwen comprit que sa maîtresse était en train de faire l'une de ses nombreuses escapades incognitos, et se tut.

-Madame, finit-elle par dire, contrainte par les circonstances. On vous cherche partout...

Elle n'osait pas en dire plus, et c'était suffisant. Guenièvre hocha de la tête et Iwen s'en fut, ayant accomplis sa mission.

Toute peur s'était envolée, et la reine fit volte-face pour de nouveau toiser Loagan de son air condescendant :

-Je n'ai pas les moyens de vous faire voler, mais j'en avais d'autre pour vous faire sortir. Fi! Vous m'avez convaincue de rester dans le droit chemin.

Elle remit son chaperon sur la tête, reprenant malgré elle un air plus que mystérieux.

-A bientot... je viendrai visiter les geôles.

Et s'en fut sur ces mots de son pas léger et sautillant en riant de ses facéties.

_________________
A passé le flambeau
Revenir en haut Aller en bas
Loagan_old
Admin
Loagan_old

Nombre de messages : 331
Localisation : Dans la forêt forêt forêt (Siegfried ?)
Date d'inscription : 05/06/2006

Une Entrée Discrète... Ou Presque ! Empty
MessageSujet: Re: Une Entrée Discrète... Ou Presque !   Une Entrée Discrète... Ou Presque ! EmptySam 19 Aoû à 23:52

Voulait-elle faire comme la grenouille d'une certaine fable qui serait écrite quelques siècles plus tard ? Car non, elle aurait pu faire des joues encore plus grosses, elle n'aurait pas impressionné ce cher Loagan.
Lorsqu'il s'approcha d'elle, de cette manière presque intime et menaçante à la fois, il vit dans ses yeux qu'elle hésitait. Certainement cherchait-elle encore une parade, une répartie bien sentie... Seulement à défaut de mots, il reçut une gifle. Oui, une gifle ! Bien envoyée de surcroît. Alors qu'il ne savait pas, lui non plus, s'il fallait montrer les crocs tout de suite ou plutôt faire preuve d'humour, il se passa un instant la main sur sa joue endolorie.

Il n'était toujours pas décidé lorsqu'il s'aperçut que la jeune femme échangeait quelques mots avec une autre personne.
"On vous cherche partout" ! Bah tiens ! C'était une manie dans la ville de chercher en permanence quelqu'un ? Une dame... Un coupable... Ca serait bientôt un Ecossais en guenilles ! Et il ne croyait pas si bien dire ! Heu... penser !


Citation :
-Je n'ai pas les moyens de vous faire voler, mais j'en avais d'autre pour vous faire sortir. Fi! Vous m'avez convaincue de rester dans le droit chemin.

Oui c'est ça... Allez, tout droit Mam'zelle et plus vite que ça !
Il songea, amèrement, qu'elle disait peut-être vrai et qu'il venait de perdre la chance de s'en sortir libre.

Oh et puis, il en avait vu d'autres !

Une petite pique et puis s'en va. Elle s'était envolée. Il lui avait lancé un regard amusé et marmonnait, à présent seul :


- Sacrée femme !

Il ne l'oublierait pas de sitôt, c'était certain.
Mais pour le moment, il devait rapidement trouver une solution... Et la seule qu'il lui restait, c'était de tenter le tout pour le tout et de retourner vers la sortie.
Il s'avança donc dans la ruelle. A peine fit-il quelques pas qu'il reconnut une voix qui disait :


- C'est lui ! J'en suis certaine ! Il dit s'appeler Lancelot !

Aïe, aïe, aïe... Ca ne s'annonçait pas bien du tout... Mais pas bien du tout du tout. Il portait la main à la garde de son épée lorsque les gardes l'encerclèrent.

[Si Lancelot, tu es tenté de faire la suite de l'arrestation, en jouant les gardes, libre à toi... Rien ne presse, l'article d'abord ! Wink]

_________________
Une Entrée Discrète... Ou Presque ! Signjamien29ex
Revenir en haut Aller en bas
Lancelot du Lac_old
Chevalier
Lancelot du Lac_old

Nombre de messages : 453
Age : 42
Localisation : Camelot
Date d'inscription : 05/06/2006

Une Entrée Discrète... Ou Presque ! Empty
MessageSujet: Re: Une Entrée Discrète... Ou Presque !   Une Entrée Discrète... Ou Presque ! EmptyLun 21 Aoû à 12:47

[Hj : article fini ! à améliorer surement mais fini Razz Je vais donc m'occuper de cette arrestation avec grande joie : ça me va bien de faire le flic Laughing ]

Le groupe de soldats qui encerclait Loagan faisait partie de ces patrouilles renforcées mise en place par Geoffroy pour quadriller la ville à la recherche des individus suspects conformément aux ordres de sa majesté le Roi.

Bien entendu dans ce genre de cas, on sait comme cela se passe : le grand chef (Arthur) donne un ordre au chef (Geoffroy), qui lui même transmet au sous chef (le premier lieutenant de Geoffroy) qui lui même transmet au sous sous chef (le maitre de la cavalerie et/ou le maitre du Guet), etc...

Parce que les hommes sont les hommes, même chez le roi Arthur, à mesure que l'ordre descend les degrés de l'auguste pyramide, il se déforme progressivement.

La solution aurait pu être de le mettre par écrit, (même si ça n'est pas toujours une garantie suffisante...) mais en ce temps, trop peu de gens hormis les clercs savaient lire ou écrire, on s'en abstenait car à quoi bon gâcher du parchemin pour gratouiller des signes que l'homme d'arme de base ne sait pas déchiffrer.

A présent, mesurons un peu la déformation en question, entre ce que l'ordre était au départ et dans quel état il était arrivé aux oreilles du sergent d'arme qui menaçait maintenant Loagan avec sa forêt de Hallebardes.

L'ordre de départ était, citons le bon Roi,

Arthur a écrit:
"Je veux que vous interrogiez tous les habitants du bourg pour tenter de déterminer si une personne a été vue dans la soirée entrant ou sortant de la chapelle... Un vagabond, un mendiant, enfin quiconque qui n'aurait pas une situation bien établie et une solide réputation à Camelot"

Etait devenu pour les sergents de patrouilles :

Toto ce héros a écrit:
"Surveillez attentivement les habitants du bourg, il y a de forts louches personnes parmi eux. Laissez de côté les vagabonds, il ne faut pas offenser les députations étrangères solidement établies à Camelot."

On se demande comment un ordre aussi clair peut se tranformer de cette manière, jusqu'à vouloir dire presque le contraire mais c'est ainsi...

Geoffroy qui était un homme de bon sens connaissant parfaitement ces distorsions hierarchiques, s'était gardé d'en rajouter en donnant trop de détails sur le signalement fait par Lancelot. Il avait simplement dit à ses hommes que messire Lancelot l'avait probablement vu. (ce qui était faux, mais voyez comme même dans la bouche d'un homme avisé une parole mal mesurée peut provoquer une méprise).

Lorsque l'on reçoit un ordre aussi bizarre, on est souvent tenté de faire comme d'habitude : rien. Mais comme il venait du Roi lui même, il fallait bien faire quelque chose.
Dans un cas brumeux comme celui ci, on s'accroche à un mot qui ressort plus que les autres, à un symbole.
Et il y avait un mot qui avait traversé la moulinette hierarchie sans se transformer, un mot auguste et fier, c'était, vous l'avez deviné : Lancelot.
On avait donc déployé des patrouilles qui arpentaient la ville en tous sens à la recherche d'un habitant qu'avait vu Lancelot.

Tout ce système déformant aurait pu donc sauver Loagan si pour son malheur, il n'avait imprudemment donné le célèbre nom à la jeune fille.

Car dans la grosse tête épaisse du sergent auprès de laquelle elle était allée raconter sa mauvaise rencontre, le nom de Lancelot qu'elle avait prononcé avait comme fait "tilt".

Il avait donc détourné l'itinéraire de sa patrouille et venait de se faire désigner le maraud par la petiote.

Si le sergent était épais de cervelle, il n'en connaissait pas moins son métier d'homme d'arme.

Très vite le fier Ecossais fut encerclé par la quinzaine d'hommes qui composaient la patrouille, oui pas moins de quinze car l'homme qu'on cherchait était réputé dangereux et on est jamais trop prudent.

Tendant leur Hallebarde ou leur lance à long manche vers Loagan, ils lui coupaient toute retraite.

Le sergent, un homme corpulent aux muscles puissament travaillés sous la graisse, fit un pas en avant et menaça de sa pointe la solide poitrine de l'homme des hautes landes.
Il lui grogna :


Sergent : "Au nom du Roi, je vous arrête !"

Ayant vu l'homme porter la main à l'épée, il fronça le sourcil et ajouta :

Sergent : " Suivez nous sans résistance ou vous êtes mort !"

[Hj : tout ça pour ça Razz lol ]

_________________
Une Entrée Discrète... Ou Presque ! Lanceff3
Modérateur à ses heures.

Bannière Créated By Arthur/Evangéline/Nessameldë
Revenir en haut Aller en bas
http://alveran.blog.jeuxvideo.com/
Loagan_old
Admin
Loagan_old

Nombre de messages : 331
Localisation : Dans la forêt forêt forêt (Siegfried ?)
Date d'inscription : 05/06/2006

Une Entrée Discrète... Ou Presque ! Empty
MessageSujet: Re: Une Entrée Discrète... Ou Presque !   Une Entrée Discrète... Ou Presque ! EmptySam 26 Aoû à 1:24

[Mieux vaut tard que jamais ! Désolée... Mesdames les Blattes et Messieurs les Rats d'abord !]

Suicidaire ? Non pas vraiment...
Effronté ? Définitivement : oui !
Si bien que lorsque l'Ecossais réalisa qu'il ne pourrait se défaire de quinze hommes en arme sans y laisser quelques plumes voire même toutes, il éloigna sa main de la garde de son épée. Ca l'avait démangé un court instant de défourailler à tout va mais mettre fin à ses jours n'était pas dans ses objectifs futurs. Surtout pas dans une situation aussi peu reluisante que celle qui se présentait !
Bref, cette main qui ne savait plus où se poser finit par trouver sa place sur la hanche de Loagan qui se composa instantanément un visage indigné. Il regarda celui qui semblait être le 'chef' de la bande -donc celui qui lui avait adressé la parole- et demanda, son timbre de voix indiquant qu'il était outré :


- Et bien quoi ? On a plus le droit de s'appeler Lancelot dans ce pays ?

Il aurait agrémenté cette remarque d'un rire moqueur s'il n'avait pas reçu l'extrémité d'une lance (la partie sans lame, bien entendu... Qui se pose la question ? Tssss...) en plein estomac. Rien de plus radical pour couper toute envie : la colère, le romantisme ou la raillerie en ce qui nous concerne... Voilà donc un fier (hum !) Highlander plié en deux qui, pour une fois, ne trouve absolument rien à répliquer ! Le garde accompagna son geste barbare d'un :

- Tu parleras lorsqu'on t'interrogera manant !

Bah voilà ! Fallait le dire tout de suite aussi ! Ca nous aurait évité des lignes de texte superflues et un mal de ventre pour Jamien ! Les non-dits sont vraiment le poison de notre société... N'est ce pas Jam' ?

Le Vagabond n'eut donc plus le coeur à prononcer quoique ce soit (oui le coeur, le souffle, le résultat est le même !) ce qui permit aux gardes de Sa Majesté de lui lier les poignets sans rencontrer trop grande resistance. D'ailleurs, les entraves firent un tel effet à Loagan qu'il se crut presque derrière les barreaux ce qui, entre nous soit dit, n'allait pas tarder !

On le força à avancer sans ménagement. Ses détracteurs reçurent quand même un regard glacial de la part de l'usurpateur Lancelotien. Certes, c'était loin du caractère trempé qu'on lui connaissait, mais eux, ne le connaissaient pas alors... ils ne se posèrent pas beaucoup de questions à part peut-être ce qu'il y aurait à manger dans leurs écuelles ce soir !
De son côté, Fraser était partagé. Son corps lui criait de se rebeller : il allait subir le même traitement que des années plus tôt. On l'enfermerait et lui n'opposerait aucune résistance.
Mais à quoi bon résister ? C'était la thèse soutenue par son esprit. Après tout, peut-être aurait-il le loisir de s'exprimer ou de savoir pourquoi on l'arrêtait lui et pas un autre... On était pas dans un clan écossais ici... Heureusement d'ailleurs !

Il priait simplement pour qu'on ne fit aucune relation entre lui et ce malheureux garde assommé. Sinon ce serait la fin des haricots ! ... Ou du gruau ! (Pour garder la rime et rester dans l'époque ! lol !)

_________________
Une Entrée Discrète... Ou Presque ! Signjamien29ex
Revenir en haut Aller en bas
Lancelot du Lac_old
Chevalier
Lancelot du Lac_old

Nombre de messages : 453
Age : 42
Localisation : Camelot
Date d'inscription : 05/06/2006

Une Entrée Discrète... Ou Presque ! Empty
MessageSujet: Re: Une Entrée Discrète... Ou Presque !   Une Entrée Discrète... Ou Presque ! EmptyMer 30 Aoû à 2:28

Suivons Loagan dans sa nouvelle résidence

_________________
Une Entrée Discrète... Ou Presque ! Lanceff3
Modérateur à ses heures.

Bannière Créated By Arthur/Evangéline/Nessameldë


Dernière édition par le Mar 13 Fév à 2:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://alveran.blog.jeuxvideo.com/
Sarah De
Invité



Une Entrée Discrète... Ou Presque ! Empty
MessageSujet: Re: Une Entrée Discrète... Ou Presque !   Une Entrée Discrète... Ou Presque ! EmptyMar 13 Fév à 2:00

Sarah se rendait au château accompagnée d'une petite escorte. Elle était à pieds. Non pas qu'elle détestait le cheval mais un peu d'éxercice ne pourrait lui faire que du bien. Surtout qu'elle venait de faire un long chemin depuis Grimwald. En arrivant vers la forêt et ayant apperçu les permiéres maisons de la ville, elle avait aussitôt sauté de cheval et confié à l'un de ses "escorteurs" (pas sur que ça se dise scratch ) sa monture. Cela lui permettait de se familariser un peu mieux avec des lieux qu'elle ne connaissait pas. Alors c'était cela Camelot ? Cette cité que les troubadours chantaient avec tant de fascination ? Ils n'avaient pas tort d'ailleurs c'était impressionnant et immense. Du moins comparé à Grimwald. A en juger par l'effervescence qui régnait en ces lieux Camelot devait être active et pleine de ressources. Le marché et les commerces étant bondés et les ventes semblant être satisafaisantes. Si les villageois achetaient c'est qu'ils pouvaient se le permettre. Et si ils pouvaient se le premettre c'est que leur qualité de vie était bonne. C'était sans doute là l'une des forces de Camelot
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Une Entrée Discrète... Ou Presque ! Empty
MessageSujet: Re: Une Entrée Discrète... Ou Presque !   Une Entrée Discrète... Ou Presque ! Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Une Entrée Discrète... Ou Presque !
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Camelot :: Archives :: Bourg-
Sauter vers:  
Ne ratez plus aucun deal !
Abonnez-vous pour recevoir par notification une sélection des meilleurs deals chaque jour.
IgnorerAutoriser