La Bretagne au VIe siècle, terre de mythes et de légendes. Arthur règne sur Camelot, entouré de ses Chevaliers...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Dîner de Cour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Guinevere_old
Admin
avatar

Nombre de messages : 699
Date d'inscription : 01/04/2006

MessageSujet: Re: Dîner de Cour   Ven 23 Juin à 18:10

Ah ! Que c’était beau, des retrouvailles ! Guenièvre laissa un peu de côté son ressentiment d’a priori pour mieux contempler le spectacle.
Il n’empêche, son opinion n’avait pas changé, elle trouvait toujours ce Lancelot trop supérieur, trop emphatique, trop charmeur… trop, quoi.
Cependant Arthur semblait changer en sa compagnie, comme pour se mettre à un pied d’égalité face à cet homme plus qu’orgueilleux.
Il bombait la poitrine, et redevenait Roi. Que n’était-il ainsi en sa présence !

La reine chassa d’un clignement de cil toutes ces pensées qui ne lui correspondaient pas. Elle n’espérait plus rien d’Arthur, et même s’il devait changer comme elle le voulait jamais elle ne pourrait l’aimer, pour le simple fait de rester fidèle à elle-même, s’il le fallait.

L’émotion envahit d’un coup le chevalier qui semblait d’abord de marbre, seul sur son piédestal… Il promena un regard brillant sur l’assistance, brillant peut-être d’un trop d’humidité dans l’œil _ encore trop _ ou d’une joie indescriptible. Guenièvre ne chercha pas plus loin.

Soudain un autre protagoniste entra en scène. Ce fut le signal du massacre. En effet, à ce que pouvait en voir Guenièvre, Lancelot était bien trop fat pour laisser un jeunot lui prendre sa place au devant de la scène. Railleries et subtils persiflages fusèrent du côté du grand chevaliers, tandis que l’autre, bien trop jeune pour connaître tous les rudiments du langage, de la rhétorique et de la répartie, posait la main sur le pommeau de son épée.

Le colloque avait pris un peu trop d’ampleur, et personne n’osait plus souffler mot. Tous se demandait si on en viendrait finalement aux mains. Heureusement l’intervention du Roy calma le jeu et on entendit quelques soupirs de soulagement de-ci de-là.
Enfin, très justement, Lancelot se décida à terminer sur une note de plaisanterie. Qui ne fit pas rire, tout du moins la Reine, mais qui eut le don d’alléger un peu l’atmosphère à son goût… trop solennelle.

Guenièvre détacha son attention des trois hommes, et se plongea dans la morne contemplation des plats. Elle se prit à chercher une manière de s’éclipser… en compagnie de tels hommes, et d’une telle femme _ elle jeta un furtif coup d’œil à Morgane _ elle ne se sentait pas des plus à l’aise. Elle étouffait, simplement…

Elle releva les yeux sur les chevaliers debout, et se demanda s’il n’était pas temps d’intervenir à son tour. Plus vite on se mettrait à table, plus vite ce repas se terminerait.
Elle leva sa coupe et commença d’une voix forte, rompant l’ambiance demi-pesante demi-joyeuse qui régnait encore dans la salle.

-Camelot est heureux ce soir de retrouver son enfant perdu, et d’accueillir en son sein un nouveau compagnon de la Justice.

Elle souriait légèrement, mais l’on pouvait voir qu’elle était tout de même grave. Elle plongea son regard perçant dans les yeux de Lancelot. L’utilisation du terme « enfant » n’avait point été anodin.

-Buvons à la joie des retrouvailles et celles des bienvenus !

Et elle fut la première à le faire, donnant l’exemple et le point de départ des festivités. On pourrait peut-être enfin terminer !

_________________
A passé le flambeau
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sir Bedivere_old
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 242
Date d'inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: Dîner de Cour   Ven 23 Juin à 19:59

Morgane a écrit:

Croyez vous que nous puissions commencer a manger, ou un autre des chevaliers de mon frère va t il faire irruption d'ici quelques instants ?

Bedivére allait lui repondre quand une douce voix cristaline repondit à sa place,il tourna la tete rapidement et fut surpris de voir la reine parler,elle semblait effacée et ennuiée depuis tout à l'heure à moins que justement elle ne commencait à desespérer de voir que le repas s'allonger.
A cette reflexion il ne put cacher un sourire vers sa direction,il prit donc lui aussi sa coupe et la leva avec classe(oui ce n'est pas un ivrogne comme Perce Razz ) et bu à son tour une gorgée de sa boisson,il se passa la langue sur les levres discretement pour apprecier un peu plus se melange des sens,ce nectar était delicieux,le roi n'avait pas fait avec les petits moyens..rien à voir avec la" flotte " que l'on sert à la taverne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laureline_old

avatar

Nombre de messages : 217
Localisation : Camelot, aux côtés de la reine
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Re: Dîner de Cour   Sam 24 Juin à 0:28

Sur les lèvres de Laureline se peignit un sourire reconnaissant envers la reine, qui venait de donner le signal du début des festivités. La jeune femme était soulagée de voir que la pseudo-dispute s'était transformée en éclat de rire plus ou moins enthousiaste. C'est qu'un combat d'épée à épée aurait beaucoup entaillé l'estime et fané l'admiration qu'elle portait aux chevaliers de la Table Ronde. De toute manière, ces éclaboussures ne firent pas de mal à Laureline. Cela lui prouvait bien que même un chevalier du roi pouvait se soumettre aux pires bétises...

C'est seulement après avoir bien observé les autres convives lever leurs verres qu'elle se décida à prendre le sien. Elle le fit avec presque autant de grâce et de légèreté que n'importe quelle noble dame présente. Il faut avouer que Laureline, pour son premier repas à la table du roi, n'avait aucune intention de commettre la moindre bourde ou le moindre faux pas. Elle voulait être digne de la reine Guenièvre au plus haut point.

Le liquide frais sur sa langue lui fit une étrange sensation. Evidemment, l'ex petite paysanne n'avait point eu l'ocassion dans toute sa vie de boire tel boisson de telle qualité. Elle dégusta la première gorgée avec un ravissement évident et reporta ensuite son attention autour d'elle, attendant la suite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur_old
Admin
avatar

Nombre de messages : 736
Age : 31
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Re: Dîner de Cour   Sam 24 Juin à 12:28

En voyant les deux mains quelques minutes encore auparavant prêtes à tirer l'épée se serrer en un geste fraternel, Arthur sourit de satisfaction. Bien sûr Lancelot ne put empêcher son orgueil de parler encore une fois mais Tor rebondit et bien loin d'en paraitre offusqué joua la carte de la dérision et les esprits se calmèrent. Tous trois riaient, les affronts étaient bien loin semblait-il et malgré cet incident regrettable, qui se concluait somme toute, de façon heureuse, le Roi ne pouvait dissimuler sa jubilation.
Sa Table Ronde reprenait peu à peu sa forme originelle, ses chevaliers s'étaient éparpillés ça et là, à travers la Bretagne et dans tout le continent, mais finalement ne manquaient jamais à leur serment et répondrait toujours à l'appel de l'Ordre. Et pourtant Arthur n'avait point de quêtes périlleuses à leur offrir, ni de grands exploits guerriers à accomplir. Les voir ainsi revenir à Camelot sans qu'aucune menaces ne pèse sur la cité, ni qu'aucune levée d'hommes ne les pressâ prouvait encore une fois _si besoin il y eût_ que les preux de la Table Ronde restaient fidèles à leur suzerain, dans la guerre comme dans la paix, et plus encore entièrement dévoués à leur charge de défenseur des vertus chevaleresques.


Citation :
-Camelot est heureux ce soir de retrouver son enfant perdu, et d’accueillir en son sein un nouveau compagnon de la Justice.
-Buvons à la joie des retrouvailles et celles des bienvenus !

Il en était là de laisser son émotion lui monter aux joues lorsque Guenièvre se leva et fit raisonner sa voix claire sur les murs froids de la grande salle. On eut cru qu'elle venait du ciel, peut-être même une voix d'ange... Tout du moins du point de vue d'Arthur. Entourés des plus grands chevaliers du monde connu et de la plus divine des épouses, il aurait pu se croire invincible en cet instant, alors qu'il avait tout d'un fou. Oui, mais un fou heureux.

-Entendez votre Reine, mes amis! Nul mieux qu'une femme ne sait établir la paix!

Il fit signe à un page qui portait un plateau d'argent garni de coupes du même métal et remplies de ce vin romain qu'il avait récemment acquis. Prenant trois coupes, il en tendit deux à Tor et Lancelot tout à côté et garda la dernière pour lui. Suivant le geste de son épouse et des autres invités, il la leva bien haut et but. Enfin il s'adressa aux deux chevaliers:

-A présent que vous vous êtes reconnus comme frères, prenez place autour de notre tablée ce soir et fêtons ceci comme il se doit!

Les laissant s'installer à leur guise, il rejoignit sa place à gauche de Guenièvre, prit la main de celle-ci et la baisa doucement:

-Ma dame, vous parlez avec sagemment et avec grâce. Y ait-il seulement une seule vertu qui ne soit pas vôtre?!

Sa voix s'était faite murmure et il esquissait un sourire, des étoiles brillant dans ses yeux de ciel.
Alors qu'il se retournait face à la table, on vint se pencher à son oreille. C'était Geoffroy de Mursmeyer, le chef de la garde du château. Il n'était pas dans ses habitudes de quitter ainsi ses quartiers et qui plus est, d'interrompre le Roi dans son banquet. Ce n'était certainement pas là petite affaire dont il voulait l'entretenir si promptement. Arthur le laissa parler et d'une voix à peine perceptible Geoffroy commença:


-Sire, on vous attend dans votre cabinet... Un prêtre... On le croirait dément... Il affirme que _il se tut un instant comme si la fin de sa phrase refusait de sortir de sa bouche_ Il affirme que le père Sébastien, Dieu ait son âme, a trouvé la mort ce soir dans son église.

Le visage d'Arthur se fit blême et la garde continua malgré tout:

-J'ais cru bon de venir vous en entretenir et quérir auprès de vous mes ordres...

En entendant la rumeur de ce fou qui demandait à voir le Roi, si cela n'avait tenu qu'à lui, Geoffroy l'aurait fait mettre dehors. mais enfin...Il y avait ce "détail" de la prêtrise... Dans le doute, on ne pouvait pas mettre un lieutenant de Dieu dans la boue.

-Tu as bien agit Geoffroy, je te suis... S'il est homme de Dieu, sa parole ne saurait être mise en doute.

Là- dessus, il se retourna vers Guenièvre. Son petit manège n'avait probablement échappé à personne, l'important était que nul ne sache ce qui l'amenait à l'extérieur. Son visage était pâle mais il se hasarda tout de même à sourire. Dans le trouble qui était le sien cela s'apparenta plutôt à un rictus:

-Une affaire urgente à régler... Je vous laisse en maîtresse de cette soirée, ma mie!

Puis avant même qu'elle ait eu le temps de réagir, Arthur se leva et traversa la salle en direction de la sortie, saluant ceux qui levaient la tête sur son passage. Autour de la table, on semblait se demander comment il fallait agir à la sortie du Roi. Les masticaions avaient été mises en suspent une seconde. Continuer? Arrêter? Les ménestrels continuaient leur mélodie avec entrain, c'était donc bien que la soirée n'était pas finie... de plus la reine était toujours là. L'appétit fut plus fort que les questions et bientôt les faisans recommencèrent de circuler.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lancelot du Lac_old
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 453
Age : 39
Localisation : Camelot
Date d'inscription : 05/06/2006

MessageSujet: Re: Dîner de Cour   Mar 27 Juin à 2:20

On aurait pu croire que Lancelot en cette heure allait feindre d'être agréable pour complaire à son roi. Et pourtant il ne feignit en rien, il était sincèrement heureux de revenir malgré les petits couacs de départ. L'arrogance dont avait fait preuve à ses yeux Tor Lamorak, n'était qu'une péripétie. En effet venant de la cour du roi des Francs réputée pour l'orgueil et la vanité de ses princes, il avait pris quelques habitudes à ferrailler de verbe avec les jeunes fougueux. L'exil a aussi ses avantages...

Lorsque Guenièvre parla, il tourna, non sans grâce, sa belle tête de lion dans sa direction.
Ce fut la première fois qu'il vit véritablement la jeune reine et ce fut aussi la première fois qu'il s'aperçut à quel point elle était belle.
Ainsi, cette brune dont la beauté rayonnait plus fort que les autres était donc la Reine.
Evidemment, après coup cela lui parut logique que le plus divin des Rois ait épousé la plus divine des femmes de la tablée...

En entendant sa voix, qu'il trouva claire comme une fontaine des marches de Galles, il sentit sur son âme les picotements du charme féminin qui commençait à opérer.
Pourtant, tout absorbé qu'il fut dans la contemplation, il ne manqua ni l'allusion à l'enfant, ni le regard noir et perçant.

Quand Arthur parla à son tour :


Arthur a écrit:
-Entendez votre Reine, mes amis! Nul mieux qu'une femme ne sait établir la paix

Il ne l'écouta pas et prit presque mécaniquement la coupe qu'il lui tendait, manquant de la faire tomber.
Non pas qu'il était en train de fixer la reine, ce qui eut été par trop inconvenant et il avait déjà détourné son regard, mais il demeurait dans une sorte de grand trouble qu'il s'efforçait de ne pas laisser paraître.

Au moment de lever sa coupe, il se réveilla et voyant que son roi allait boire :


Lancelot : "Buvons oui ..."

Trouvant que cette phrase laconique était indigne de lui, il ajouta :

Lancelot : " Moi l'enfant perdu, je boirai à Arthur et surtout..."

Il se tourna vers Guenièvre et levant sa coupe dans sa direction.

Lancelot : "...à sa Reine que je ne connaissai point avant ce soir mais dont je ferai bien volontier ma mère, si Arthur consentait à m'adopter..."

Il sourit brièvement et but en même temps que le Roi et que tous les convives.
Le vin était bon, les dames étaient belles, finalement la table ronde n'était pas tombé si bas que Lancelot l'avait cru au départ...

Il alla s'asseoir à l'invitation du Roi à une place qui n'offensait point son rang :


[Hj : mais j'ignore exactement laquelle, faut dire il est gonflé toto "les laissant s'installer à leur guise", c vachement important ça lol Razz Bon aller j'improvise ]

sur le siège qu'occupait Galahad avant de s'éclipser du dîner.

Il se demanda un instant où était son fils, puis se disant qu'il accomplissait certainement quelque exploit là où Arthur l'avait envoyé, il ne s'en soucia pas plus longtemps et s'assit.
Il commença alors à baffrer comme un vrai chevalier affamé. Lancelot avait toujours eu grand appétit : son infatigable energie et sa vigueur physique ne lui était pas venues en faisant carême toute l'année...
Et puis cela présentait aussi quelques avantages non négligeables dont celui d'avoir en permanence la bouche pleine, ce qui lui évitait de dire trop de bêtises... Pendant les repas du moins...

Trop occupé à se goinfrer,
[Hj : il mange salement en plus pig ] il ne vit pas les petits manèges de Geoffroy et d'Arthur et ne s'apperçut de la disparition du Roi que lorsque celui-ci avait franchi la porte.
Cela ne le surprit pas plus que cela, il se dit qu'Arthur avait surement mangé trop riche ou bu trop de vin et s'était trouvé pris d'un pressant besoin d'aller faire un tour aux latrines...

Pas de quoi abandonner les faisants...
Wink

_________________
Modérateur à ses heures.

Bannière Créated By Arthur/Evangéline/Nessameldë
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alveran.blog.jeuxvideo.com/
Guinevere_old
Admin
avatar

Nombre de messages : 699
Date d'inscription : 01/04/2006

MessageSujet: Re: Dîner de Cour   Mar 27 Juin à 18:53

Guenièvre, après son éloquent discours, promena son regard sur l’assemblée. Elle vit le sourire de Bedivere qu’elle avait rencontré au matin, elle le lui rendit discrètement en reposant son verre, touchée de voir un visage amical dans cet attroupement globalement hostile à sa personne.

Elle se tourna ensuite vers Laureline, et posa sa main sur la sienne afin d’attirer son attention, elle voulait lui parler, lui dire n’importe quoi, il fallait qu’elle évacue ce sentiment d’excitation que lui avait laissé sa tirade écoutée et approuvée.
Cependant elle n’eut le temps de rien dire, car le Roy parla à son tour et vint se placer à ses côtés, lui pris la main, et parla dans son oreille :

-Ma dame, vous parlez avec sagement et avec grâce. Y ait-il seulement une seule vertu qui ne soit pas vôtre?!

Guenièvre sourit tristement. La vertu qui lui manquait était sans doute celle de toute bonne épouse : la fidélité.

Lancelot but également, mais, comme s’il ne supportait pas d’être oublié ne serait-ce qu’une seconde, répondit à la pique qu’il avait parfaitement comprise.

« Moi l'enfant perdu, je boirai à Arthur et surtout... à sa Reine que je ne connaissais point avant ce soir mais dont je ferai bien volontiers ma mère, si Arthur consentait à m'adopter... »

Guenièvre, surprise, forma avec sa bouche un ravissant cercle, en une sorte de « oh ! » muet. Elle sourit ensuite, amusée et intriguée, et répondit à la provocation du chevalier en relevant sa coupe à son intention, elle aussi.
Elle voyait en cet homme à présent une nouvelle facette, la sagacité, la répartie, deux caractères qu'elle goûtait particulièrement chez une personne.

Elle ne voulait point répartir tout de suite, car un combat public ne lui faisait nulle envie. Aussi attendit-elle qu’il s’assoie et lui souffla :

-Mais je ne voudrais point remplacer votre Patrie, cher enfant, car c’est elle que vous auriez dû considérer toujours comme votre Mère…

A nouveau, rien n’était pris au hasard. Ni le « cher » ni le « auriez dû »…

Un certain Geoffroy vint cependant interrompre les réjouissances, transformant le regard pétillant du Roy en un masque de tragédie grecque, en un clin d’œil. Guenièvre n’était pas curieuse, et détourna le regard. Cependant quelques bribes de conversations lui parvinrent, bien involontairement.

Il était question d’un prêtre… voilà tout ce qu’elle pouvait affirmer.

Une fois que tout le sang d’Arthur eut quitté ses joues, une fois qu’il eut félicité Geoffroy pour sa promptitude, il se tourna vers elle :

« Une affaire urgente à régler... Je vous laisse en maîtresse de cette soirée, ma mie! »

Guenièvre lui accorda un sourire poli, mais dès qu’il eut le dos tourné, elle se pinça les lèvres. Elle qui voulait s’éclipser au plus vite !
Voilà encore une chose à ajouter à la longue liste des ressentiments qu’elle avait contre Arthur : l’obliger à présider un banquet qui l’ennuyait fortement.

Elle se replongea alors dans ses plats et picora un peu de tout, sans vraiment remplir son estomac. Elle n’avait pas très faim.

Elle porta ensuite son attention aux ménestrels et une question lui vint toute prête à l’esprit, qu’elle adressa à Lancelot, assis pas tres loin, sans détacher des yeux les joueurs de luth :

-Serez vous du tournoi, chevalier Lancelot ?

_________________
A passé le flambeau


Dernière édition par le Mer 28 Juin à 14:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sir Tor
Invité



MessageSujet: Re: Dîner de Cour   Mer 28 Juin à 12:54

Tor ne se sentais pas vraiment à sa place, bien que sachant que ce fut provisoire.
Il ne connaissait personne dans cette assemblée, aussi avait il retrouvé sa réserve spontanée.
Il mangeait lentement, buvait son vin par petite gorgé, peu habitué à ce nectar mais sachant toute fois se modérer, plus par prudence que par manque de goût. Voulant en toutes occasions rester maître de lui-même et de ses idées.
Il observait les convives, discrètement, leurs manières, ce qui le rassura un peu sur les siennes, qui, comparées à d’autres, n’étaient pas si mauvaise finalement.
Il écoutait et se délectait des artistes.
De temps en temps, un sourire se dessinait sur son visage.
Il ne prêtait pas trop attention aux dames, il était conscient de n’être qu’un inconnu, tant que ses futur exploits n’étaient pas parvenus jusque là.

- Serez-vous du tournoi, chevalier Lancelot ?

La question ne lui avait pas été adressée, mais il l’avait entendu. Il pensa que ce serait une bonne entrée en matière, un tournoi. Pourquoi ne pas s’y inscrire.
Il se savait jeune, souple, adroit, vif, quand à la force, il l’avait bien suffisamment mise à l’épreuve à maintes occasions. Alors pourquoi pas ?
Ayant fini de manger, le roi Arthur s’étant retiré, Tor chercha le moyens de s’éclipser à son tour. Il attendait qu’un des chevaliers se retire le premier pour suivre.
Il était quasiment ignoré et s’en moquait un peu, c’était déjà un bon terrain d’observation que ce dîner. Il écouta les joueurs de luth, regardait les ménestrels. Étant plongé dans ses méditations. De temps en temps, son regard se posait sur dame Morgane, Sur la reine, et bien sur, sur Laureline, selon lui, les trois plus belles lumières de ce dîner. Parfois aussi sur les chevaliers, auprès desquels devra t-il combattre ? devra t-il donner sa vie pour l'un d'entre eux ? cela ne l'effrayait aucunement. Autant mourir jeune avec les honneur que vieux et sans gloire pensait il.
Autant Tor ne doutait nullement de ses capacités à combattre, jusqu'à la témérité parfois, autant il manquait totalement d’assurance en matière de séduction.
Tor resta un moment à observer le petit singe d’un des ménestrels, lequel l’amusait particulièrement, lui arrachant un sourire détendu.
Tor pensa à David et Goliath. La pensée lui vint comme ça, subrepticement.
Revenir en haut Aller en bas
Sir Galahad_old
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 218
Localisation : Camelot
Date d'inscription : 16/04/2006

MessageSujet: Re: Dîner de Cour   Mer 28 Juin à 13:39

Galahad poussa d'un mouvement brusque la porte de la salle des festivités, la tête baissée, les poings serrés, le visage inexpressif. Quand il eut fini de regarder la pointe de ses pieds, il scruta la foule, à la recherche d'un ami ou d'un frère d'armes avec qui parler, manger et boire un moment. L'eau lui vint à la bouche quand le jeune adolescent vit les plateaux majestueux et excessivement bien décorés qui étaient placés sur les diverses tables de cette salle immense... Il vit que Bedivere parlait avec dame Morgane, ou plutôt, qu'il chuchotait. Il vit que le roi s’approchait de lui avec un homme qu’il ne connaissait pas. Pourquoi donc le roi s’en allait-il au moment du dîner? Galaad salua celui-ci comme il se devait et s’approcha des tables. Bien des personnes étaient présentes, la reine discutait avec une jolie demoiselle aux longs cheveux blonds et Sir Tor Lamorak de Gulis, dont il avait entendu parler et qu'il avait bien malgré lui reconnu, était aussi présent. Galaad sourit. Enfin il n'était plus le plus jeune! Ce Tor pourrait devenir un excellent copain! Quand le jeune chevalier regarda plus loin, il reçut comme un coup en plein estomac...

Galahad resta bouche bée en voyant son père. Etait-il revenu ici, à Camelot? Mais pourquoi? Avait-il fini sa mission ou était-ce Arthur qui l’avait fait venir? Toutes ces questions bouillonnaient dans la tête du jeune homme. Comment devait-il le saluer? Comme un frère d’armes ou comme un fils. Galahad ne l’avait jamais vraiment aimé mais il l’avait toujours honoré!


Il s’approcha doucement de cette table sans piper mot, vint se placer à côté de son paternel et le salua en s’agenouillant.

-Père... Je suis honoré de vous voir ici, vous m’avez fort manqué ces six dernières années. Je constate que vous n'avez pas changé. Pour quelle raison êtes-vous revenu à Camelot, si j'ose vous le demander?

Puis, il s’adressa à la reine.

-Bonsoir Votre Majesté, je souhaitais justement apporter mes plus plates excuses au roi, car j'ai eu un contre-temps qui m'a empêcher de venir à l'heure. Maintenant, comme il vient de nous quitter pour j'ignore quelle raison, je m'excuse auprès de vous même, ma reine.

Galaad se tourna ensuite vers Tor avec un large sourire.

-Sir Tor Lamorak de Gulis, comme je suis heureux de vous voir, comment allez-vous? Je ne m'attendais pas à vous trouver ici, ce soir. On m'a parlé de vous, mais je ne croyais pas vous trouver ici à Camelot si vite! En tout cas, soyez le bienvenu et demain, si vous le souhaitez, je vous ferai visiter la forteresse.

L'adolescent chevalier avait parlé d'une voix joyeuse, content de s'adresser enfin à quelqu'un de plus jeune que lui. Après tout, ce n'était pas toujours facile pour lui d'être entourré d'hommes d'age mur. Une seule chose le mettait mal à l'aise... La présence imminente de l'homme qui lui avait donné la vie, de l'homme qui lui avait donné son nom et son honneur. Cet homme, personne d'autre que son père, le fameux Lancelot du Lac...

[hj: aaaah, toutes ses retrouvailles, ça me fait pleurer... Sad ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sir Tor
Invité



MessageSujet: Re: Dîner de Cour   Mer 28 Juin à 17:20

Un jeune chevalier poussa d'un mouvement brusque la porte de la salle des festivités.
Tor le reconnu pour être Sir Galahad, dont il avait entendu venter les exploits.
Enfin un qui n’était pas beaucoup plus âgé que lui.
Fier et noble, il le regarda scruter la salle. Puis s’approcher du roi et de Lancelot.
Tor se rappela alors que Galahad était l’héritier de ce dernier. Tor espéra qu’il n’aurait pas hérité du mépris de son père pour les jeunes chevaliers, de son égo.
Il le vit discuter avec Le roi, avec son père, puis avec la reine, avant de se tourner vers lui.

-Sir Tor Lamorak de Gulis, comme je suis heureux de vous voir, comment allez-vous ? Je ne m'attendais pas à vous trouver ici, ce soir. On m'a parlé de vous, mais je ne croyais pas vous trouver ici à Camelot si vite ! En tout cas, soyez le bienvenu et demain, si vous le souhaitez, je vous ferai visiter la forteresse.

Tor lui adressa un franc sourire.

-Vous ne pouvez en être aussi ravi que moi, Sir Galahad.
Je vais beaucoup mieux depuis que vous être entré dans cette salle.
Je dois avouer que j’avais hâte de connaître les autres chevaliers, même si la chose est loin d’être gagné.
Ma première rencontre à été plutôt houleuse, mais je reste optimiste par nature.
Quand à visiter la forteresse, ce serait un honneur pour moi de vous avoir pour guide, preux Chevalier. D’autant qu’une mission m’attend dans deux jours et que je devrais m’absenter. Ce sera donc avec joie que je profiterai de ma dernière journée, demain pour la passer en votre compagnie.
On ne sait jamais, en quittant Camelot pour aller en campagne, si on en reviendra.


Ce chevalier était le plus jeune, après lui-même, mais également, à priori, le plus sympathique aussi, pensa Tor. Problème de génération peut être.
Il espérait avoir trouvé enfin un ami, en tout cas quelqu'un qui fasse cas lui.
Revenir en haut Aller en bas
Laureline_old

avatar

Nombre de messages : 217
Localisation : Camelot, aux côtés de la reine
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Re: Dîner de Cour   Mer 28 Juin à 23:59

La jeune Alagaësia était depuis bien cinq bonnes minutes plongée dans ses pensées. Elle rêvait, bercée par le tintement des verres et des couverts et le brouhaha des conversations. La jeune femme avait prudemment posé son verre, de manière à ce qu'elle, par manque de résistance à l'alcohol, ne perde pas ses moyens ou ne se mette pas à rire ou à parler de n'importe quoi avec n'importe qui. Il ne fallait pas qu'elle rate ne fuse qu'une seule marche de son ascension vers la reine et son amitié...

Avant tout, il fallait donc pouvoir se comporter en dame. Cela comprenait tout dans le prix. La manière de prendre son verre, la façon de tenir le dos bien droit ou encore la manière de poser les pieds au sol sans trébucher sur les pans de sa robe. Il y avait encore du travail à réaliser, mais Laureline était déjà sur la bonne voie! Elle observait scrupuleusement la tenue des 'dames' présentes et faisait une sorte de copier-coller en corrigeant systématiquement sa propre tenue.

C'est l'arrivée d'un nouveau chevalier qui la fit sortir de sa rêverie. Encore un chevalier? Laureline les trouvait bien nombreux. Se remémorant les paroles de la reine au sujet d'un chevalier qui défendrait ses couleurs lors du tournoi, la jeune femme rosit. C'est qu'il y avait le choix, en chevaliers! Fallait-il encore qu'ils ne l'oublient pas!

Reprenant une gorgée de sa boisson, elle capta les paroles du nouveau venu, sir Galahad. Il parlait au jeune chevalier d'une voix joyeuse et Laureline tendit l'oreille ne fuse que pour ne plus perdre son attention et rester concentrée sur le dîner, qui d'ailleurs commençait sérieusement à l'ennuyer. Elle se consola en se disant que sûrement, une fois qu'elle serait 'intégrée' à la cour - du moins si cela arrivait un jour - elle comprendrait le sens de toutes ces politesses et de toutes ces formules sociales, qui pour l'instant n'avaient que peu de sens à ses yeux. Pourtant, l'ex paysanne ne se sentait guère seule. Loin de la même... La Reine, malgré son sourire parfait, à ses côtés n'avait pas vraiment l'air enthousiaste. Oh, comme sa nouvelle dame de compagnie avait envie de se retrouver seule en sa présence!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgane
Invité



MessageSujet: Re: Dîner de Cour   Jeu 29 Juin à 13:09

Le tappotement de ses ongles sur le bois de la table montrait bien la lassitude de la princesse. Morgane trouvait ce banquet trop long. De toute façon c'est toujours pareil ! On fait semblant de s'amuser pour arriver a donner une image d'une cour festive a soi même ! Quel leur. Au fur et a mesure que le vin était servit, l'ambiance se relachait, et voici que deux chevaliers converssait ouvertement sur le pucelage suposé des femmes de chambres. Morgane du résister a la grande envie qui lui venait de leur maudire leur estomac.
Elle jeta un coup d'oeil a Cyrielle, celle ci semblait impréssionée par le nombre de chevalier présent a la table...c'est vrai que son frère ne faisait jamais dans le petit nombre !
Morgane se mit a attendre avec impatience la fin du repas, zut à la fin ! Les meilleures choses ne sont elles pas les plus courtes...
Revenir en haut Aller en bas
Guinevere_old
Admin
avatar

Nombre de messages : 699
Date d'inscription : 01/04/2006

MessageSujet: Re: Dîner de Cour   Sam 1 Juil à 15:40

« Bonsoir Votre Majesté, je souhaitais justement apporter mes plus plates excuses au roi, car j'ai eu un contre-temps qui m'a empêcher de venir à l'heure. Maintenant, comme il vient de nous quitter pour j'ignore quelle raison, je m'excuse auprès de vous même, ma reine. »

Galaad, le jeune et fougueux Galaad, dont Guenièvre venait de découvrir le père, faisait à son tour son entrée remarquée. La reine lui accorda un sourire, cadeau qu’elle faisait à tout vent mais rarement sincèrement.

-Il n’y a nulle offense messire, vous avez votre place au banquet comme tous les chevaliers, qui ne sont pas tous aussi ponctuel que vous le pensez peut-être.

Après ce petit mot tout espiègle _ surtout qu'elle avait été elle-même en retard _ , Guenièvre continua son observation d’un œil morne de la petite troupe qui tentait tant bien que mal de rendre la soirée amusante.
Elle ne vit cependant pas les efforts désespérés d’un des ménestrels pour se faire remarquer de sa personne, croyant peut-être que ces regards qu’elle lançait était pour lui et lui seul. Elle ne le vit pas non plus pâlir, lorsque son attention quitta les musiciens pour faire le tour du banquet.

A part les jeunes chevaliers qui sympathisaient, tout le monde semblait être de son avis : vivement que tout cela se termine.
Tout le monde, c’était les dames bien sûr. Laureline, Morgane _ Guenièvre n’eut aucune compassion pour son ennui à elle par contre _, et puis Cyrielle.


Soudain un grand fracas la fit sursauter. Elle tourna la tête et contempla le spectacle d’un troubadour qui s’était jeté, en désespoir de cause, au centre de l’attention ; c’est à dire au centre des convives, dans l’espace entre les longues tables rectangulaires réservé aux serviteurs. Il avait pour cela emprunté le chemin le plus court, le plus bruyant, mais le moins pratique : il était passé par dessus une des tables.

A présent qu’il avait fait cette folie, que tous l’observaient muets de consternation, le ménestrel s’aperçut qu’il était ridicule et se demanda pourquoi vraiment il avait fait ça.
Son regard passa de Morgane, qu’il trouva superbe mais qui la fit frissonner avec ses yeux persiflants, jusqu’à Guenièvre, qui présidait la soirée d’abord mortelle d’ennuie, et à présent désastreuse. Personne encor n’avait osé proférer une parole.

Alors le jeune homme au visage éthéré se dit qu’il avait commencé et qu’il n’avait plus qu’à aller jusqu’au bout : il voulut s’avancer dans l’allée pour se trouver en face de la reine. Il était en réalité d’une nature bien optimiste.
Sautillant dans une attitude comparable à celle de Perette au pot au lait, avec la gêne du grotesque en plus, il eut le malheur de trouver un pied qui avait décidé de traîner là sur son passage.

Le malchanceux garçon ne le loupa pas. Il bascula, tituba, voulut se rattraper. Mais le luth qu’il tenait dans sa main droite l’embarrassait horriblement.
Il finit par choir, sous les yeux horrifiés de la salle, juste devant Sa Majesté, brisant son instrument sur la table sans oublier de renverser tout ce qui pouvait s’y trouver.
Guenièvre se retrouva en face d’un carnage : son assiette détruite (bien sûr elle n’avait pas faim), son vin qui gouttait à présent sur la nappe en formant, avec la nourriture, une joyeuse pâtée dont ne voudraient même pas les porcs… mais surtout, elle était complètement humiliée.
Le premier regard qu’elle lança fut pour Morgane ; elle savait qu’elle serait la première à se délecter du spectacle.
Cependant, la robe de la reine n’avait été que peu touchée par la vague de bouillie écumante, il n’empêche que tous avaient bien vu que c’était elle que le joueur de luth voulait atteindre.

Celui-là se releva d’ailleurs tout penaud, seulement il ne l’était pas assez du goût de Guenièvre. Il balbutia un sourire confus, mais elle, impassible, les sourcils froncés, fit tout simplement un geste imprévu.

Elle prit d’une main décidée la coupe de Laureline, préservée du massacre, et en jeta son contenue sur la figure du musicien. Il se retrouva tout abasourdis, incapable du moindre mouvement.
La reine se leva ensuite, digne et fière, et partit sans un mot.

La soirée venait de se terminer.

[et voilà comment sauver la situation en se sacrifiant Laughing ]

_________________
A passé le flambeau
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laureline_old

avatar

Nombre de messages : 217
Localisation : Camelot, aux côtés de la reine
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Re: Dîner de Cour   Sam 1 Juil à 23:17

[hum... joli!]

Laureline assista à toute la scène les yeux ronds. La mine dépitée du troubadour faillit lui attirer de la pitié, mais la reine était humiliée par l'attitude folle du jeune homme et cela, Laureline ne pouvait point l'avaler. Elle foudroya le menestrel du regard et prit plaisir à voir Sa Majesté emprunter sa coupe pour verser le contenu de celle-ci à la figure du pauvre type. Mais lorsque l'étoile de la soirée se leva promptement et quitta la salle sans mot dire, sa nouvelle suivante apprécia moins. Que devait-elle faire? Suivre la reine? Rester assise, comme si de rien n'était? C'était hors de question! Elle devait bouger, dire ou faire quelque chose! Mais quoi?

Dans la salle de réception regnait un horrible silence. Un silence lourd, qui pèse sur les épaules et dont on voudrait se débarasser au plus vite tout en ignorant comment faire. Le bruit mat de la grande porte qui claque, sortit la jeune femme de son indécision.

La gorge nouée, l'ex-paysanne tenta de garder son sourire, mais sans trop de succès car ses joues d'habitude si roses avaient pris une teinte blanchâtre. Elle se leva à son tour et, gardant une attitude fière et droite, quitta la salle en suivant les pas qu'avait posés la reine pas même trois minutes auparavant. Malgré tout, elle sentit le rouge lui monter aux joues... Être ainsi projetée au centre de l'attention ne l'enchantait guère. La jeune Alagaësia sentait tous les regards peser dans son dos et pas tous étaient bienvaillants.

Arrivée hors de vue des convives et de la table, Laureline pressa le pas - jusqu'à presque courir - pour rattraper sa reine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sir Galahad_old
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 218
Localisation : Camelot
Date d'inscription : 16/04/2006

MessageSujet: Re: Dîner de Cour   Dim 2 Juil à 1:17

La reine répondit très amicalement à la demande d’excuse du jeune homme... Mais pourquoi les chevaliers n’étaient-ils pas tous aussi ponctuels qu’il ne le pensait? Elle devait sûrement avoir une arrière-pensée...

L’adolescent sourit après la réponse de Tor, il allait donc faire visiter la forteresse au plus jeune chevalier de Camelot. Encore une fois, il remercia le destin de l’avoir mené jusqu’ici, ce frère d’arme était très agréable. Son attention fût détournée par un silence dans cette grande salle.

Tout se passa très vite et Galaad n’u pas le temps de tout voir. Il vit juste un troubadour, debout sur la table voisine. Tout le monde l’observait attentivement, il trébucha et renversa tout ce qu’il y avait sur leur table.

Ce troubadour avait foutu la soirée en l’air, quel ignoble porc maladroit. L’avait-il fait exprès? Furieuse, la reine réagit très violement. Etant donné que ni son père, ni Tor ne réagissait et que Guenièvre s’en alla, suivie de sa nouvelle dame de compagnie, Galahad se réjouit de prendre le musicien par le col.


-Ce que tu as fait là est très grave, jeune homme et tu devras en subir les conséquences! Tes parents, ne t’on t’ils jamais apprit la politesse? Tu as encore de la chance que la reine soit si tolérante...

Galahad ne savait plus très bien quoi faire de lui. Il attendit donc que Tor, Lancelot ou Bedivere réagissent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lancelot du Lac_old
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 453
Age : 39
Localisation : Camelot
Date d'inscription : 05/06/2006

MessageSujet: Re: Dîner de Cour   Dim 2 Juil à 3:56

[Hj : arf il s'en est passé depuis ma dernière intervention, bon je vais essayer de me raccrocher aux wagons comme je peux, mais ça chauffe ici Razz ]

En s'asseyant, Lancelot entendit la reine lui souffler :

Guenièvre a écrit:
-Mais je ne voudrais point remplacer votre Patrie, cher enfant, car c’est elle que vous auriez dû considérer toujours comme votre Mère…

Il lui sourit mais il n'osa pas la regarder dans les yeux : il redoutait de ressentir encore les picotements de tout à l'heure, c'est que le regard de Guenièvre était redoutable...
Il lui murmura, mais sans savoir si la reine l'entendit :


Lancelot : " Mais Madame, vous ne remplacez point ma patrie, vous êtes ma patrie..."

[Hj : l'état c'est vous ! Wink comme il est bon paraphraser ton idole Gueny Cool ]

Lancelot se plongea ensuite dans la mangeaille, ne cherchant pas à se faire oublier, c'est Lancelot tout de même, mais occupé à baffrer. Pour lui, il n'y avait jamais de dîner ennuyeux tant qu'il y avait à boire et à manger, un homme simple ce Lancelot finalement.

Lorsque soudain, la reine l'interpella mais cette fois tout haut :


Guenièvre a écrit:
-Serez vous du tournoi, chevalier Lancelot ?

Lancelot qui était en train de porter sa coupe à ses lèvres manqua de recracher son vin.
Comment ? Il y allait y avoir un tournoi ? Du temps où il était à Camelot, Lancelot ne manquait jamais un tournoi. Il les gagnait tous d'ailleurs, enfin presque tous, de temps en temps il laissait gagner les autres lorsque le roi l'exigeait pour ménager l'amour propre de ses chevaliers.


[Hj : Et oui on n'a pas attendu la boxe pour faire des combats arrangés Rolling Eyes ]

Lancelot déglutit son vin, même s'il n'était pas au courant ni de la date ni des participants, il fit celui qui savait de quoi on lui parlait :

Lancelot : "Et bien Madame, si le roi m'y autorise j'y participerai assurément.
Me restera à trouver une dame qui accepte de me laisser déf..."

Il ne termina pas sa phrase car son fils venait de surgir et de mettre genou à terre devant lui.
Il le regardait médusé :


Galahad a écrit:
-Père... Je suis honoré de vous voir ici, vous m’avez fort manqué ces six dernières années. Je constate que vous n'avez pas changé. Pour quelle raison êtes-vous revenu à Camelot, si j'ose vous le demander?

Lancelot sidéré par cette vision ne dit mot.
Il avait élevé cet enfant pendant douze années avec Vivianne, et de voir qu'il était devenu un homme si fort de carrure, si beau de traits et de surcroit chevalier d'Arthur lui procura une émotion telle qu'il ne put parler.
En somme il était tout son portrait, et c'était certainement cela qui l'émeuvait le plus...

Il laissa son fils parler à la Reine, la bienséance eut même exigé qu'il commençât par elle, puis il parla au jeune fat de Gulis qui lui répondit.

Ressentant la gêne de Galahad à travers ses gênes
[Hj oui bon je sais c bateau mais g pas pu résister à la faire celle là Embarassed ], Lancelot décida, comme il le faisait à la bataille, de ne point hésiter et de partir de front.

Il se leva soudain et prit son fils par les épaules, avant de faire la seule chose qu'un homme doit faire dans une telle circonstance :
Il le serra virilement contre lui pendant quelques secondes, un larme vint même perler dans son oeil.
Il desserra son étreinte et se recula un peu pour l'observer des pieds à la tête.

Pourtant, les effusions s'arrêtèrent là et le visage de Lancelot devint grave, grave comme celui d'un père qui n'est pas du genre à pratiquer la garde alternée... Razz
Il dit avec une certaine sévèrité dans la voix :


Lancelot : "Avant de me demander pourquoi je suis revenu, peut être voudrais tu prendre connaissance des raisons pour lesquelles je suis parti..."

Mais là encore Lancelot fut interrompu, cette fois par l'incident avec le troubadour.
En fait il ne comprit pas grand chose car il tournait le dos à la scène. Après le premier fracas, il se retourna mais ce fut... son pied que le jeune homme percuta avant de se renverser sur la reine. jocolor

Lancelot avait senti le choc dans ses orteils mais fort heureusement personne ne s'en était aperçu. Il vit la reine jetter le vin à la figure du troubadour, et heureusement qu'elle partit car sinon elle aurait probablement vu à quel point Lancelot, qui était un peu gris, avait du mal à s'empêcher de rire.

Puis il entendit son fils menacer le jeune menestrel, et là, redevenant sérieux, il intervint :


Lancelot : "Tout doux mon fils, tout doux ! Ce n'est qu'un peu de vin et de faisant. La reine l'a déjà bien puni comme tu l'as toi même remarqué.
Et puis, j'y ai bien fait attention ce soir : il a une belle voix... La plus belle de l'ensemble des musiciens.
Ne serait-il pas dommage de faire écarteler le seul trouvère de Camelot dont la capacité à chanter dignement les louanges du roi Arthur et de ses chevaliers ?
Non je pense que 5 coups de bâtons sur les molets devrait suffire à châtier l'impudent talentueux... "

[Hj : messire vous êtes trop bon Laughing ]

L'histoire de la belle voix était une farfeluterie : il n'avait rien écouté de la musique et encore moins des chants vu qu'aucune des chansons interprêtées par la troupe de musiciens ne parlaient de lui et de ses exploits...
Mais il faut comprendre que l'intransigeant Lancelot, comme son propre gros orteil était aussi un peu responsable de la situation, se trouvait quelque peu incliné à plaider la clémence...

_________________
Modérateur à ses heures.

Bannière Créated By Arthur/Evangéline/Nessameldë
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alveran.blog.jeuxvideo.com/
Sir Galahad_old
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 218
Localisation : Camelot
Date d'inscription : 16/04/2006

MessageSujet: Re: Dîner de Cour   Jeu 6 Juil à 23:06

[hj: désolé pour le retard...]

Après sa remarque, tous les gens qui se trouvaient dans la salle étaient feutrés, nul ne pipait mot... Galahad se tourna et observa la foule, tous le regardaient. Certains détournèrent la tête quand leur regard croisa celui de l’adolescent, d’autres souriaient... Son attention fut vite détournée par son père. C’était drôle de l’entendre parler, ça faisait si longtemps...

Lancelot : "Tout doux mon fils, tout doux ! Ce n'est qu'un peu de vin et de faisant. La reine l'a déjà bien puni comme tu l'as toi même remarqué.
Et puis, j'y ai bien fait attention ce soir : il a une belle voix... La plus belle de l'ensemble des musiciens.
Ne serait-il pas dommage de faire écarteler le seul trouvère de Camelot dont la capacité à chanter dignement les louanges du roi Arthur et de ses chevaliers ?
Non je pense que 5 coups de bâtons sur les mollets devrait suffire à châtier l'impudent talentueux... "

Ce musicien avait la plus belle voix? Il trouvait? Lancelot était un homme sage et le roi avait toute confiance en lui. Donc, ce qu’il disait devait être vrai, mais le jeune homme n’en était pas sûr. Il se reteint de contredire son père, mais lui répondit en échange.

-Oui, père, la prochaine fois, je réfléchirais deux fois avant de dire ce que j’ai à dire...

Il renvoya le troubadour près des autres chanteurs et continua.

-Pouvez vous me dire maintenant pourquoi vous êtes partis, si cela ne vous gêne pas. La question n’a pas arrêtée de me tourmenter depuis que vous me l’avez posé. Ah, la curiosité est un vilain défaut. –comme la gourmandise-

Sur ce, il prit un morceau de poulet rôti et le déposa soigneusement dans sa bouche et le dégusta...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lancelot du Lac_old
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 453
Age : 39
Localisation : Camelot
Date d'inscription : 05/06/2006

MessageSujet: Re: Dîner de Cour   Ven 7 Juil à 2:28

Lancelot était bien content qu'on laissât le menestrel tranquille : comme il était quelque peu "impliqué" dans l'incident, il valait mieux pour lui qu'on n'en fit pas trop sur le sujet.
Il fut donc ravi d'avoir à parler d'autre chose et comme à l'initiative de son fils cette autre chose c'était... lui même il était deux fois plus ravi. Cool

Il regarda son fils qui mastiquait sa cuisse de poulet avec gourmandise. Voilà encore une chose que Galahad avait hérité de Lancelot en plus des beaux traits : un solide apétit que rien ne pouvait couper.

Prenant une noble pose qui se voulait très paternelle, il dit à Galahad avec un peu de gravité dans la voix :


Lancelot : " Ce n'est pas illégitime mon fils...
Ce n'est point la curiosité qui pourrait choquer, mais la manière directe avec laquelle la question est posée."

Puis soudain il rit et donna un petit coup de poing dans le bras musculeux de son fils, en profitant pour en mesurer la duretée :

Lancelot : "Raaah ! J'aime ta franchise mon fils ! Arthur et moi étions ainsi dans notre jeunesse : nous allions droit au but, directs, comme à la bataille. Un problème se posait entre nous ? Pas de minauderie ni de chaterie : Nous en parlions d'homme à homme et nous règlions tout ! C'est celà un chevalier ! "

Lancelot prit lui aussi un morceau de viande et l'engloutit d'une bouchée. Après avoir maché un peu, il prit un gobelet et se rinça la bouche avant de reprendre, sa voix se faisant un peu plus sérieuse après cette envolée :

Lancelot : "L'âge venant tu apprendras mon fils, qu'il est un moment dans la vie d'un homme où il a besoin d'aller chercher ailleurs une vérité qu'il ne trouve plus chez lui.
Ce n'est point toi que j'ai fui, ni ta grand mère [ndla : Morgane], en fait je n'ai point fui, je suis parti en quête de moi même. Je me sentais devenu un étranger chez moi, alors avec l'aide du vieux Merlin j'ai organisé mon passage de l'eau.
Tout cela pour finalement m'apercevoir au contact de ces païens de Francs récemment convertis à la lumière que ma seule vérité était ici, à Camelot, auprès de mon Roi, de mon fils et de tous les chevaliers de la table Ronde.
Je la cherche encore, mais à présent je sais qu'elle n'est qu'ici et nulle part ailleurs...
Le mystère de ce qui loge dans le coeur de l'homme, je n'ai pas d'autre réponse à te faire ! "

Et Lancelot termina son exposé par un formidable pet de fin de dîner, le genre de pet qu'on fait lorsqu'on a trop bien mangé.

[Hj : on est au moyen âge que diantre cheers attention spécial effect ]

#PRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRROUTTTTT#

La reine et le roi n'étant plus là et tout le monde étant pratiquement levé de table, Lancelot se détendait un peu : c'était donc l'heure de dégazer à grande échelle !

Restant parfaitement naturel, il tendit un gobelet à son fils le remplissant à ras bord avec le nectar d'un cruchon qu'il avait saisi au vol sur le plateau d'un serviteur.


Lancelot : "Buvons ! Il faut fêter mon retour et l'arrivée du jeune Lamorak de Gulis, qui croit pouvoir rivaliser en bouffonnerie avec moi ! "

Et il éclata d'un rire gras avant de lever son gobelet. Tout le vin ingurgité pendant le dîner faisait effet : Lancelot devenait ce joyeux paillard qui le faisait adorer de la soldatesque et des enfants.

[Hj : attention, tous ceux et celle qui feront les pincés seront taxés d'anachronisme lol! ]

_________________
Modérateur à ses heures.

Bannière Créated By Arthur/Evangéline/Nessameldë
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alveran.blog.jeuxvideo.com/
Sir Galahad_old
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 218
Localisation : Camelot
Date d'inscription : 16/04/2006

MessageSujet: Re: Dîner de Cour   Sam 8 Juil à 22:16

Son père, Lancelot du Lac, le chevalier intrépide commença à raconter pourquoi il s’était enfui de camelot. En réalité, il ne s’était pas enfui... Galahad attendait une réponse beaucoup plus médiocre. Qu’il soit parti en quête de soi-même plaisait au jeune homme. Pourquoi ne ferait-il pas cela plus tard? Son père avait trouvé sa vérité ici, à Camelot. Peut-être que lui la trouverait ailleurs? Il ne voulait en aucun cas décevoir son paternel, donc il préféra ne rien dire à ce sujet... D’ailleurs il n’en eut pas le temps, car son père laissa s’échapper un énorme vent qui fit pouffer l’adolescent de rire... Tout le monde se retenait de rire, mais Galahad, alors qu’il aurait du être le premier gêné, trouvait cela assez drôle. La maturité, ce n’était pas donné à tout le monde!
*Heureusement qu’il ne sentait pas trop fort ce gaz!* pensa-t-il en continuant de rire.
Lancelot lui passa une coupe. Galaad but une grande gorgée et après tout, tant qu’on y était, il laissa un rôt qui n’était pas très silencieux.


[hj: Bon je vais essayer un spécial effet...]
#BRRRRRRRRRRRRRRRRRROUAAAAAAAAAAAAAAA#

Il devait être un peu saoul. Mais cela ne faisait rien, l’ambiance était toute aussi bonne. Il se passa la main dans ses cheveux bouclés, comme ceux de son père et s’adressa à celui-ci.

-Ceux qui ratent cette fête ratent beaucoup. Je ne savais pas que vous mettiez autant d’ambiance. Je vous admire! Je suis désolé pour la reine, mais j’ignore si on doit arrêter le banquet... La nourriture est excellente et je ne souhaiterais pas la gaspiller le moins du monde...

Ensuite, il prit son gobelet et but le reste du vin. Ce n’était pas Venise, mais c’était un bon vin. Comment disait-on encore? Ah, oui: « in vino veritas! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lancelot du Lac_old
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 453
Age : 39
Localisation : Camelot
Date d'inscription : 05/06/2006

MessageSujet: Re: Dîner de Cour   Dim 9 Juil à 1:38

En entendant le magnifique rot de Galahad, Lancelot se sentit au comble de la joie. Il cria en se resservant une lampée de ce bon vin de Camelot dont les vertus ne cessaient de faire effet :

Lancelot : "Ah le digne fils que voilà ! "

Il remplit le gobelet de son fils en lui disant :

Lancelot : "Je comprends mieux pourquoi Arthur t'a fait entrer si jeune à la table ronde mon fils, tu as les bases les plus importantes pour faire un preux : le gout de la ripaille et du bon vin !
Allons fêtons donc mon retour et nos retrouvailles, que tout le monde soit heureux en cette heure ! "

Il commença à distribuer le vin à tous les convives encore présents dans les coupes et les gobelets qui n'avaient pas été pris dans la tempête du menestrel.
Quand le cruchon qu'il tenait en main était vide, il n'hésitait pas à en reprendre un autre et il n'omit personne. Il donna même à boire aux gardes en faction à l'entrée de la salle de banquet.
C'était aussi cela Lancelot : un joyeux et généreux fêtard.

Tout en versant il parlait, répondant à ce qu'avait dit son fils :


Lancelot : " C'est vrai qu'il peut sembler dommage que le roi et la reine ne soit point des nôtres, mais les princes sont dans des sphères qui ne les autorisent pas aux mêmes joies que nous. Pourtant Arthur n'a pas toujours été aussi roi qu'aujourd'hui... Il fut un temps où il buvait de bon coup lui aussi, au temps des batailles et de la gloire militaire, quand tous ces chiens de seigneurs Bretons se rebellaient contre son auguste autorité.
A l'époque nous disions tous :
"Rien de tel qu'une bonne saoulerie après une bonne saignée !" C'était notre devise ! Sang et vin ont toujours fait bon voisinage !
Evidemment les révoltes se raréfiant, la royauté change de nature et se formalise, c'est l'ordre des choses : n'en voulons point à Arthur et à notre belle reine d'être ce qu'ils sont, car c'est pour nous qu'ils le sont ! D'ailleurs je propose de porter notre premier toast à notre Reine à la robe gâtée par le délicieux faisant. Un vrai toast cette fois, avec choc des gobelets !"

Avant de tendre son verre il se tourna vers les musiciens :

Lancelot : "Et vous, jouez nous quelque chose de gai ! Toi le chanteur tu as intérêt à chanter juste si tu ne veux pas qu'on te fouette pour de bon avec le tisonnier !
A présent nous voulons rire et danser ce soir ! Tenez pour commencer, jouez nous donc : "la chanson du joyeux vigneron", vous savez "celui qui est ruiné parce qu'il boit toute sa production." "

Les musiciens se souvenaient de la musique et commencèrent à jouer.

Lancelot se retourna et tendant son gobelet plein qui dégouttait de vin il hurla :


Lancelot : "A notre reine et... à sa robe aromatisée aux faisants de Camelot ! "

_________________
Modérateur à ses heures.

Bannière Créated By Arthur/Evangéline/Nessameldë
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alveran.blog.jeuxvideo.com/
Sir Tor
Invité



MessageSujet: Re: Dîner de Cour   Dim 9 Juil à 16:11

"À notre reine et... à sa robe aromatisée aux faisans de Camelot ! "

En entendant ce cri, Tor leva son verre et but.
Arthur partit, la reine l'ayant suivit un peu plus tard, suivit de peu par la belle Laureline, Tor ne voyait plus l'utilité de prolonger sa présence.
Il avait paru au dîné, se faisant même remarquer, un peu malgré lui, cela était suffisant. Plus personne ne faisant attention à lui, il allait en profiter pour s'éclipser, sachant qu'il ne manquerait aucunement de courtoisie maintenant.
Tor n'était pas habitué à ce faste, ce bruit, même les ménestrels ne l'amusaient plus.
Demain serait une journée chargée, il tenait à se coucher tôt.
Le jeune Galahad qui lui avait proposé de lui faire visiter la forteresse. Rencontrer son père, le roi Pellinore. Et enfin, parfaire son entraînement, principalement en vue du prochain tournoi.
Tor se leva, d'un signe de tête salua la plupart des convives, les autres chevaliers, principalement Sir Galahad et son père, Lancelot, puis se retira.
Revenir en haut Aller en bas
Sir Galahad_old
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 218
Localisation : Camelot
Date d'inscription : 16/04/2006

MessageSujet: Re: Dîner de Cour   Lun 10 Juil à 23:22

Sir Tor s’était volatilisé. Peut-être voulait-il accompagner la reine ou alors la jolie jeune femme qui l’accompagnait. Peut-être voulait-il se reposer avant de devoir jouter avec un autre chevalier de la table ronde... En tous cas, Galahad ne comptait pas oublier de faire visiter le château à ce frère d’armes (pour une fois plus jeune que lui-même!). Il se sentait grand, mais surtout vieux, comme un ancien qui fait visiter quelque chose qu’il connaît déjà depuis longtemps à un nouveau membre. Il n’aimait pas ce sentiment et il fit de son mieux pour l’éliminer...

Les remarques de Lancelot flattèrent le jeune fils, mais il ne le montra guère. Lancelot distribua des coupes de vin à tout le monde, sans exception! Galaad n’avait jamais vu son père dans un tel état. Il s’en fichait complètement, d’ailleurs, il ne s’était jamais vu dans un tel état! Ils étaient tous les deux complètement saouls.

Son père avait vécu beaucoup de choses avec le roi Arthur. Parfois même, il disait: « Je suis le premier parmi les braves! » Il ne manquait jamais d’humour, mais il savait rester sérieux quand il le fallait. Tout ça, c’était son père tout craché...

Lancelot : "à notre reine et... à sa robe aromatisée aux faisans de Camelot ! "

En frappant son verre contre cet homme qui lui ressemblait fortement, il se mit à rire. Un rire qui devint de plus en plus doux et qui finit par s’arrêter net à la fin de cette chanson rythmée et joyeuse.

-Allons, mes agneaux, chantez-la encore une fois!
[hj: hé, oui, c'est ce qui arrive quand on a trop bu geek ]

Puis, il se tourna vers son père et dit cette fois-ci moins fort.

-Si je n’arrête pas de boire, je crois que la soirée ne finira pas pour moi. Je vais aller me coucher après cette chanson car il se fait tard et demain...

Il se rendit compte que demain il devait faire visiter le château à sir Tor Lamorak de Gulis et qu’il devait se lever tôt. Magré son rapel de tout à l'heure, il avait oublié, c'était impardonnable. Galahad se frappa le front de la main droite et continua.

-Oh, non, demain est un jour chargé... Mais, il faut que je danse, quand même!

Le jeune homme eut du mal à se lever de son banc, mais finit par y arriver et il invita donc une jeune femme à danser. Celle-ci accepta sans hésiter et pris la main du chevalier. Tous deux commencèrent à bouger. Après quelques secondes, Galaad se retrouva par terre en train d’embraser le sol. Tout de suite, un jeune homme vint l’aider à se relever pour le ramener à table.

Homme: Vous devriez rentrer seigneur avant qu’il arrive malheur! Il faudrait que quelqu’un vous accompagne.

Tous restèrent là, bouche bée, pas encore remis de l’incident. Galahad attendait une réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Morgane
Invité



MessageSujet: Re: Dîner de Cour   Mar 11 Juil à 16:50

Morgane n'avait rien loupé de la malheureuse aventure du pauvre jeune garçon...est il possible d'envoyer pareil maladroit à la cour d'un Roi ? Si elle était Reine, seuls les meilleurs troubadous joueraient pour elle...mais elle était a la cour de son frère, et devait supporter la négligence de celle ci...Preuve en était un gueux venait de tacher la robe de la Reine, pourtant supposée présider le banquet. Alors qu'un grand silence s'était installé a la sortie de Sir Tor, Morgane eleva la voix.

Ce jeune homme ferait meilleur emploi comme bouffon du Roi.

Ayant capté l'attention, elle sentit un frisson de plaisir lui parcourir l'échine, tous la regardaient, elle seule.

Il semble que les troubadours volent bas cette année... Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Lancelot du Lac_old
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 453
Age : 39
Localisation : Camelot
Date d'inscription : 05/06/2006

MessageSujet: Re: Dîner de Cour   Mar 11 Juil à 17:33

[Hj ah tu t'ennuies au dîner, tu vas voir un peu... Twisted Evil ]

Lancelot vit son fils s'effondrer au milieu de la danse tenant la main d'une belle dame.
Il terminait de vider sa coupe et manqua de recracher son vin.
Lancelot toisa l'écuyer qui s'était avancé à son secour d'un oeil sévère. Il dit tout fort :


Lancelot : "Comment ? Mon fils est-il déjà si plein qu'il a besoin d'une nourrice pour l'aider à tenir la main d'une belle jouvencelle ? "

Il alla aider l'écuyer à assoir son fils, quand une voix féminine que Lancelot reconnut immédiatement résonna dans la pièce :
Morgane envoya sa pique qui la fit regarder de tout le monde.

L'oeil de Lancelot brilla : bien que saoul sa cervelle fonctionnait encore. Il connaissait bien la soeur du roi pour son goût de la méchanceté et sa jalousie pour son frère.

Il sourit, un homme saoul ose tout et il avait une démonstration à faire.

Il murmura à son fils, (mais lorsque Lancelot mumurait c'était comme la voix normale d'un homme) :


Lancelot : "Mon fils, regarde bien ! Je vais te montrer comment on fait honneur à une dame de haut rang."

Il fendit le petit groupes de gens debout qui le séparait de Morgane et Bedivère et une fois devant elle il tendit sa main à la princesse en disant d'une voix charmeuse mais teintée d'ironie :

Lancelot : "Belle dame Morgane, puisque me voici de retour et que je vous entends avec délice reprendre mes opinions, il est un présent que la soeur du roi ne peut refuser au premier de ses chevaliers.
Jadis ce fut moi qui vous refusâtes une danse.
[Hj : je brode un peu mais on se connait quand même Laughing ]

Aussi il convient ce jour que je répare ce qui est à mes yeux la plus grande de mes fautes.
M'accorderez vous la prochaine danse ?"

Et sans donnez le temps de répondre à Morgane il lui saisit le bras délicatement mais avec juste la fermeté nécessaire pour l'entraîner vers lui.
Tandis qu'il l'amenait inexorablement vers le centre de la salle, il "murmura" à Bédivère :


Lancelot : "Ne vous ombragez point chevalier, la princesse et moi même sommes... "vieux amis" et ceci ne sera qu'un échauffement dont je gage que vous saurez tirer... tous les bénéfices... "

Se plaçant au centre en face d'elle il la salua gracieusement et la musique démarra.
Lancelot était un bon danseur qui savait entrainer sa partenaire tout en restant très correct dans son toucher. il lui faire quelques élégants mouvements, puis au cours de la danse il lui dit, mais cette fois en chuchottant :


Lancelot : "Alors ma mie... quelle mauvaises pensées vous submergent encore à propos de mon prince votre frère... Et quelle sourde et obscure machination nous préparez vous... M'en donnerez vous la primeure ? " Razz

Lancelot souriait, il n'aimait pas Morgane, pour dire la vérité il la détestait... Mais la soeur de son roi avait toujours eu le don de ne pas le laisser indifférent.

_________________
Modérateur à ses heures.

Bannière Créated By Arthur/Evangéline/Nessameldë
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alveran.blog.jeuxvideo.com/
Morgane
Invité



MessageSujet: Re: Dîner de Cour   Jeu 13 Juil à 18:01

Ballotée tout d'abord, Morgane se reprit vite et redoubla de la grace dont elle était capable, bien que la danse n'eut jamais été son fort.

Qu'il est plaisant que vous mentionâtes cette danse refusée, sans évoquer ce baiser que vous n'aviez réussis a me voler, qui était vraissemblablement la cause de ce refus... Cool
Vous savez l'amour que je porte a mon frère. Je n'ai d'autre ambition que lui rendre la vie douce.


Regarde furtivement Galahad

Je trouve assez cocasse que votre fils siège en même qualité que la votre, attendrez vous la venue de votre petit fils pour vous retirer ?? Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Lancelot du Lac_old
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 453
Age : 39
Localisation : Camelot
Date d'inscription : 05/06/2006

MessageSujet: Re: Dîner de Cour   Jeu 13 Juil à 19:48

Lancelot n'avait pas oublié le baiser en question... Il avait gardé un souvenir cuisant de cette humiliation privée qu'il avait à l'époque transformée en humiliation publique pour Morgane pour se venger.
Malheureusement pour lui, ce soir le vin lui avait fait oublier que les deux affaires étaient liées et qu'en évoquant la seconde... Avec Morgane il ne manquerait pas de se reprendre l'a premiere en pleine face.
Lancelot serra les dents et se contrôla suffisament bien pour éviter de trébucher après un difficile mouvement de danse qu'il venait d'exécuter.
Il se concentra sur la deuxième pique de Morgane et dit avec un sourire faux strictement sous contrôle :


Lancelot : " Cocasse dites vous ? Sans doute... Dès lors que la soeur du roi s'amuse c'est que les choses ne vont pas si mal...

Toutefois si vous avez désir de me voir me retirer, sachez que... J'attendrai plutôt que vous donniez un de vos propres fils à la table ronde de votre frère madame... Oui, je puis en faire serment.
Ah ! Bien entendu, pour qu'il soit digne de siéger à l'auguste assemblée, il faudra que ce fils soit né d'une union légitimement consacrée devant Dieu.
Connaissant vos... appétits, cela me condamne presque à demeurer ici pour l'éternité..." Twisted Evil

_________________
Modérateur à ses heures.

Bannière Créated By Arthur/Evangéline/Nessameldë
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alveran.blog.jeuxvideo.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dîner de Cour   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dîner de Cour
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» VOTE DE CENSURE POUR JEA !HAUTE COUR DE JUSTICE POUR RENE PREVAL !
» invitation du roi au peuple et chevalier de la cour.
» cour des rois déchus
» 1er Cour d'Etude des Runes: Découverte!
» Socle Gardes de la Cour de la Fontaine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Camelot :: Archives :: Corps de bâtiment :: La salle de banquet-
Sauter vers: