La Bretagne au VIe siècle, terre de mythes et de légendes. Arthur règne sur Camelot, entouré de ses Chevaliers...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Après l'effort, le réconfort ... d'une chopine de bière !

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Mordred d'Orcanie_old

avatar

Nombre de messages : 692
Localisation : Warminster en Orcanie
Date d'inscription : 09/10/2006

MessageSujet: Re: Après l'effort, le réconfort ... d'une chopine de bière !   Jeu 17 Mai à 20:31

Alors que le sergent Pat Roach, soldat de l'armée orcanienne, faisait mine de se diriger vers la porte de la taverne, celui ci fût littéralement télescopé et bousculé par une masse hirsute ...
L'indélicat personnage bredouilla quelques mots d'excuses de pures formes et s'éloigna bien vite ...

Cette fois ci s'en était trop pour le frustre et peu patient soudard d'Orcanie ...
Non seulement celui ci avait la très désagréable impression d'avoir royalement perdu son temps a palabrer avec des individus aussi versatiles que narquois; mais de plus, Pat était passablement éméché ...
Et Dieu seul savait à quel point l'arsouille pouvait avoir le vin mauvais ou ... la bière mauvaise ...
Dieu ou les pauvres bougres qui avaient tentés de l'asticoter avant que celui ci ne dégrise ...

Bref, l'orcanien avait le sentiment amère qu'avec ce nouvel incident, la coupe était décidément pleine et qu'il n'était guère disposé a tout avaler docilement jusqu'à la lie ...
Le colosse qu'était Roach se sentait tel un volcan prêt à entrer en éruption : il convenait (dans son esprit), d'évacuer au plus vite cette rage intérieure incandescente ...
Aussi le sergent se dirigea prestement mais en titubant quelque peu en direction du paltoquet déjà attablé ...

Au passage il recroisa le regard aguicheur et pour tout dire vulgaire de la très "distinguée" Aube O'Malley ...
Pat grimaça un rictus mauvais en réponse au jolie sourire racoleur de la rousse ...
Puis sans crier gare projeta une bonne poignée d'écu dans sa direction ...
Les pièces allèrent s'éparpiller sur toute la surface de la table, quelques unes tombèrent sur le sol, une ou deux atterrirent sur la robe de la courtisane demi-mondaine (hj : terme modernes) ...
Roach ne ralentit point son avancée, mais lança tout de même, d'un ton désinvolte :


- "Voici pour les chopes et ... pour vot'e peine ! ...

Si seul l'argent vous intéresse, alors c'est tout c'que vous aurez ! ..."

Enfin, l'orcanien s'immobilisa juste derrière le forgeron :

- "Hey ! ...

L'ancêtre ! ...

Suis je soudainement devenu sourd d'oreille ou est ce vot' barbe fournie qui aura étouffé la moitié de vos excuses ?! ...

Dans tout les cas je ne sais comment soldat de Camelot traite les coquins de vot' genre, mais je puis vous dire qu'en Orcanie, ceux ci regrettent amèrement leurs "maladresses" ! ..."

Sur ce Roach caressa longuement la garde de son poignard ...
En fixant le dos du forgeron avec intensité ...


- "Alors ?! ..."


Dernière édition par le Sam 15 Déc à 8:38, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://orcanie.forumactif.com/portal.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Après l'effort, le réconfort ... d'une chopine de bière !   Jeu 17 Mai à 21:24

Birskyn entendit le balourd s'approcher dans son dos. Surtout, il entendit les propos dépourvus de toute intelligence de son interlocuteur. Il savait qu'il l'avait bousculé sans s'être pardonné mais ce genre de brute avinée avait le don de l'énerver. Particulièrement quand ils ne savaient plus faire que des menaces.
Maîtrisant ses pulsions, il recula lentement sa chaise et se mit debout. Puis il se retourna et regarda le sergent qui était pourtant plus grand que lui. Il le lorgna de ses yeux de glace et répondit sourdement.


"Je pense être effectivement coupable de ta bousculade mais les imbéciles dans votre genre n'ont que ce qu'ils méritent. Surtout quand ils insultent les dames. Alors range ton poignard et va aboyer ailleurs."

Il n'essaya pas de se grandir ni de se forcir. Il savait ce que lui coùterait d'utiliser son arme ici. Et s'il voulait régler ça au poings, il était mal tombé. Même si Birskyn n'était plus aussi leste qu'auparavant, il se faisait fort de lui casser le bras. Ou la tête s'il était trop entêté.

Aux alentours, les autres clients les fixaient, se demandant s'il y aurait querelle et déjà, le tavernier s'approchait d'eux à toute allure pour empêcher qu'une bagarre éclate dans son établissement.




[HJ : j'ai failli croire que tu te désistait Mordred. Mais j'arrive au bon moment pour calmer ton petit soldat ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Lancelot du Lac_old
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 453
Age : 40
Localisation : Camelot
Date d'inscription : 05/06/2006

MessageSujet: Re: Après l'effort, le réconfort ... d'une chopine de bière !   Lun 21 Mai à 0:58

[Modération : le seul type de post auquel le personnage Mordred a droit sont des posts de cloture.
Je vois là un post de relance qui annonce un dialogue.
En conséquent pour le respect des astreintes sur Mordred (cité ici : http://legendofcamelot.forum2jeux.com/Hors-Jeu-c1/Problemes-f4/Annonce-moderation-Nouvelles-astreintes-t350-0.htm ) Birskyn tu es donc autorisé à poursuivre et jouer toi même ce pnj, le pnj de Mordred ne lui appartenant plus.
Si tu veux le tuer ou simplement le mettre dehors, fais le tu as le droit, je ferai sa réplique si tu as besoin.

Toute réponse de Mordred sera éliminée.
]

_________________
Modérateur à ses heures.

Bannière Créated By Arthur/Evangéline/Nessameldë
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://alveran.blog.jeuxvideo.com/
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Après l'effort, le réconfort ... d'une chopine de bière !   Lun 21 Mai à 19:39

[HJ : Désolé mon petit Lancelot, je n'avais pas lu tout cela, j’étais en vacance et à mon retour, il y avait tant de post que j'en ai éludé la plupart. Heureusement que tu me l'as dit ^^
Ne t'inquiète pas, je m'occupe de cet Orcanien. Il ne sera pas dit qu'un bête Orcanien embêtera un homme de Camelot.
Au plaisir de ne pas vous revoir modéré mes posts mais je vous attends à ma forge.]



Le sergent regarda le grand père qui lui tenait face. Il lui aurait volontiers planté son poignard dans les tripes, actes qui n'aurait pas porté à conséquence en Orcanie mais ici, c'était un pays de gueux. On lui chercherait des noises et ce nétait pas ce que son seigneur voulait.
Il cracha au sol devant le forgeron et sortit en l'insultant, énervé de ne pas avoir pu assouvir son envie meurtrière.

L'aubergiste soupira et retourna derrière son comptoir, non sans avoir vérifié que le soudard s'en allait bel et bien.
Birskyn le remercia d'un hochement de tête et respira. Il avait craint que la brute ne se rende pas compte de ce qu'elle faisait et lui plante bel et bien son couteau dans le ventre. Il s'assit en tremblant et essuya une longue goutte de transpiration qui coulait sur son front. Il saisit sa chope et la vida d'un coup pour évacuer son stress. Il s'était vu y passer.
Reposant sa pinte, il se frotta convulsivement le bras droit, se forçant au calme. Il ne savait pas ce qu'il avait en ce moment mais il était dans une veine morbide très désagréable. Chacun de ses actes, même le plus mineurs lui évoquait des images de sang et de mort. Sa mort.

Que lui arrivait-il donc pour qu'il voie ainsi le visage de Dagda à chaque instant ? Il maudit sa vieillesse qui arrivait trop tôt et les doutes qu’elle instaurait dans son esprit jusqu’ici sans craintes. Il se retint de s’énerver et se récita pour lui-même un dicton qu’il affectionnait depuis peu.


- Aussi jeune que ma foi, aussi vieux que mon doute.
Aussi jeune que mon espoir, aussi vieux que mon abattement.

Si un jour mon cœur allait être mordu par le pessimisme
Et rongé par le cynisme, puisse Lux avoir pitié de mon âme de vieillard.


Il ne se laisserait pas aller. Il relèverait la tête et surmonterait encore bien des épreuves avant que son étincelle ne soit soufflée. Il se le promit.
Se rassérénant, il commanda une nouvelle chope.
Revenir en haut Aller en bas
Sàra Beaton_old

avatar

Nombre de messages : 44
Age : 31
Localisation : Camelot
Date d'inscription : 24/03/2007

MessageSujet: Re: Après l'effort, le réconfort ... d'une chopine de bière !   Lun 21 Mai à 22:45

Sàra avait relevé la tête de son plat à l’entrée quelque peu violente d’un grand homme d’un âge déjà avancé. Il avait bousculé le soldat qui s’apprêtait à sortir. Elle lui avait jeté un coup d’œil rapide, le détaillant en vitesse avant de reprendre son repas. Il alla directement au comptoir chercher une chope de bière puis s’installa à une table un peu à l’écart…

Le soldat bousculé quelques instants plus tôt se repris et se dirigea vers le nouveau venu d’un pas assuré. Des pièces atterrirent sur la table de Sàra, près de la rousse assise non loin d’elle. Puis il lui fit une remarque dont elle n’entendit que quelques mots. Il continua son chemin et se plaça derrière l’autre homme en l’apostrophant avec hargne.

Sàra détourna son attention de son assiette pour suivre la conversation d’un œil inquiet. Elle n’avait pas vraiment envie de se retrouver prise au milieu d’une rixe de taverne… Le tavernier qui sentait visiblement les ennuis arriver, s’approcha des deux hommes d’un pas rapide pour pouvoir les séparer en cas de besoin.

Mais finalement, le soldat quitta la taverne d’un air mécontent, non sans avoir craché aux pieds de l’autre homme avant. Ce dernier se rassit et le tavernier retourna derrière son comptoir. Sàra soupira et termina son plat rapidement. Elle n’avait pas envie de traîner plus que nécessaire au milieu de tous ces hommes dont une grande partie était déjà passablement avinés.

Son assiette terminée, elle se leva et ramena le plat vide au comptoir. Elle remonta ensuite à sa chambre pour récupérer sa serpe en cuivre et une bourse en cuir. La jeune guérisseuse accrocha sa serpe à sa ceinture et plaça la bourse sous ses jupons. Elle redescendit ensuite à la taverne et s’approcha du comptoir pour parler au tavernier.


-Je voulais savoir si je pouvais vous emprunter un panier.

-Un panier ? Pourquoi donc avez-vous besoin d’un panier ?

Il avait parlé fort, comme la première fois qu’elle lui avait adressé la parole. Sàra hésitait à parler de son métier, mais elle ne pouvait de toute manière pas faire autrement si elle voulait un jour gagner sa vie à Camelot.

-J’aimerai aller cueillir des plantes dans la forêt.

-Des plantes ?

-Oui, je suis guérisseuse. Elles me serviront pour préparer des remèdes…

Elle lui sourit doucement et le tavernier grogna quelque chose d’inintelligible avant de lui chercher un panier.

-Merci beaucoup. Je vous le rendrais tout de suite après.

Elle lui dédia un nouveau sourire et l’homme hocha la tête avant de se tourner vers un autre client. Sàra attrapa l’anse du panier et se dirigea vers la sortie. Il était grand temps qu’elle se réapprovisionne…

[suite à la forêt : Cueillette et rencontre imprévue]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://highlandslife.frbb.net
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Après l'effort, le réconfort ... d'une chopine de bière !   Ven 22 Juin à 13:21

Birskyn caressait doucement sa barbe en sirotant sa deuxième chope. Il ne voulait pas rentrer avant d'avoir mit au clair ce qui le perturbait, avant d'avoir définitivement éradiquer ses doutes et ses craintes. Il se remettait en cause, il réfléchissait sérieusement à ce qui le perturbait.

Son esprit clair schématisait la situation, cherchait les causes, les solutions. Il mettait en place une énumération concise de tous ses travers actuels.

Premièrement, sans doute ce qui l'affectait le plus, la destitution du Druidisme au profit du Christianisme. C'était un phénomène nouveau, provenant de bien au delà les côtes selon certains. Il gagnait Camelot avec vitesse et se répandait dans tout le pays, aidé par Arthur lui même qui s'était converti. Face à cette poussée en puissance, le Druidisme ne tiendrait jamais. D'autant plus que les chrétiens, dans leur haine absurde du paganisme, n'hésitaient pas à proférer les menaces les plus folles, les accusations les plus insensées. Ils n'hésitaient pas à brûler les clairières, à briser les dolmens, à chasser les druides.
Dans cette prise de pouvoir d'une nouvelle religion, foudroyante et meurtrière, quelle serait la place de tous ceux qui refuseraient de se plier ? Le bûcher, selon les prêtres. La clandestinité semblait meilleure à de nombreux hommes.

Birskyn croisa les bras et décida de résoudre ce premier problème. Il aurait voulu provoquer les chrétiens, faire ses rites en plein jour, au su et au vu de tous. Mais leur ire serait telle que même la justice du roi, que l'on disait bonne et inattaquable, ne lui éviterait pas d'être tué par des fanatiques. Il ne voulait pas mourir, ne voulait plus se battre. Il exclu donc cette possibilité.
La seconde, la plus logique et la plus sûr serait de se convertir. Devenir chrétien, apprendre cette religion, la foi en Dieu. Mais la politique des chrétien lui paraissait horrible, leur culte stupide, leur manières honteuses. Il s’entaillerait les veines plutôt que d’accepter tel joug.
La troisième serait de vivre dans la clandestinité. Faire les clairières en cachette. Célébrer le Saiman discrètement. Ne pas montrer ses insignes. Honteuse tâche et abaissante mais la seule qui trouvait excuse à ses yeux.
Oui, il vivrait dans la clandestinité, cacherait son statut de vate. Et si un jour, par malheur, on découvrait son activité, il relèverait la tête, dans un dernier élan de volonté et cracherait à la face du monde ce qu’il pensait des chrétiens.

La solution n’était pas parfaite mais c’était la meilleure qu’il pouvait prendre. Il la suivrait.

Deuxièmement, son âge. La vieillesse, l’usure du corps, la crainte de la mort. Ces éléments nouveaux qui lui étaient inconnus n’étaient pas sans lui engendrer une grande peur. Comment survivrait-il quand son bras ne serait plus apte à travailler ? Qui s’occupera de lui ? Que pourra-t-il faire ?

La réponse était floue mais ce n’était que parce qu’il voulait se cacher les yeux. Il ne pouvait remettre en doute l’amour de ses petits enfants et de ses voisins. Il ne doutait pas qu’il se souviendrait de leur vieux grand-père. Il avait des réserves au cas où et si son bras ne pouvait plus se servir d’un marteau, rien ne l’empêchait de s’engager comme serviteur au château. Certes il lui serait difficile de s’adapter mais s’il voulait survivre, c’était à ce prix.
C’était en cumulant le tout qu’il s’en sortirait. Ses économies, sa forge qu’il pourrait revendre, ses petits enfants et un éventuel travail au château. Autant de possibilité de sortie pour un homme que la mort guettait à présent.

Troisièmement, sa faiblesse. Il s’apercevait à présent que ses forces n’allaient que décroître. Il osait espérer encore quelques belles années de dur labeur mais il ne serait plus efficace qu’avant. Si son amour de la forge était toujours aussi puissant, ses capacités ne lui seraient plus aussi utiles.
Il ne lui restait qu’un chose à faire : éduquer un apprenti qui sera capable de prendre sa suite. Un, voir deux. Sezig et Myrdin. Il allait en faire les dépositaires de tout son savoir. Toute sa science, tous les trucs qu’il avait acquis avec l’expérience, il leur en ferait don. C’était le plus beau cadeau qu’il pouvait leur offrir. Il leur serait utile toute leur vie.


Il inspira profondément. Ses décisions étaient prises. Il devrait s’y conformer maintenant.
Il jeta un coup d’œil à la taverne crasseuse et aux clients qui ne s’occupaient pas de lui. Chacun luttait dans son coin.
Birskyn eut un sourire triste. Si tout le monde se serrait les coudes, comment serait la vie ?

Il laissa cette question stupide sur place, se leva et alla payer l’aubergiste.


- Merci et à une prochaine.

Il sortit lentement. Derrière lui, le tavernier le salua d’un hochement de tête.
Sur le pas de la porte, il retrouva un soleil, caché derrière les nuages. La vie lui paru plus légère maintenant qu’il s’était décidé. Quoiqu’il lui arriverait, il ne le regretterait pas. C’était son choix.
Il s’éloigna vers sa forge, un sourire aux lèvres.




[HJ : direction La forge]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Après l'effort, le réconfort ... d'une chopine de bière !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Après l'effort, le réconfort ... d'une chopine de bière !
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Après l'effort, le réconfort ! (Épreuve d'immunité)
» Après l'effort, le réconfort !
» Après l'effort, le réconfort !
» Après l'effort, le réconfort + Cassiopée et Ezreal
» Anim: Après l'effort le réconfort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Camelot :: Archives :: Taverne-
Sauter vers: