La Bretagne au VIe siècle, terre de mythes et de légendes. Arthur règne sur Camelot, entouré de ses Chevaliers...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La chambre de la Reine

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Laureline_old

avatar

Nombre de messages : 217
Localisation : Camelot, aux côtés de la reine
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Re: La chambre de la Reine   Dim 14 Mai à 19:28

Laureline s'assit et se tourna gravement vers la reine. Bien droite, la tête haute, le sourire amical, elle attendait la suite. Suite qui d'ailleurs, ne tarda point à venir. La jeune femme écouta avec attention la première question de son interlocutrice et sentit chaque mot, chaque phrase, se graver dans sa mémoire aussi profondement que si c'était un clou enfoncé dans de la roche avec un marteau. Avec pour unique différence que ce n'était ni bruyant ni douloureux.

Laureline ne dut même pas s'interroger avec un; c'est vrai ça, serais-je prête à... Non. Elle connaissait déjà la réponse. C'était inscrit jusqu'au plus profond d'elle-même. Elle avait comme l'impression d'être née pour cette rencontre, pour ce travail.

L'ex-fermière inspira profondément. Dans ses yeux se lisaient une sincérité et une franchise sans bornes.

-Je suis prête à vous servir jusqu'à la mort ou jusqu'au renvoi. Je suis prête à enmener tout vos secrets dans la tombe. Je suis prête aussi à vous défendre de ma propre vie s'il le faut. dit-elle d'une voix enflammée.

Elle prenait conscience de l'importance de ses mots. Ces mots, si lourds et bourrés de sens, qui la lieraient à la reine de Bretagne jusqu'à la fin de sa vie peut-être. Mais Laureline n'avait pas peur. Elle avait confiance en ce que le destin lui reservait.


-Comprenez vous l’ampleur de ce que je vous demande ?

Là encore, la jeune femme n'hésita pas.
-Oui, ma reine. Je vois tout ce que ça signifie pour vous comme pour moi.

Souriant toujours, Laureline se sentait rassurée. Elle n'était pas sûre du tout d'avoir parlé comme on parle à une reine, d'avoir respecté les traditions et les politesses, mais s'en moquait. Elle avait parlé avec son coeur, et cela, ça pardonnait tout...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur_old
Admin
avatar

Nombre de messages : 736
Age : 32
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Re: La chambre de la Reine   Lun 15 Mai à 15:34

[Y a-t-il un petit moment pour le mari de Madame ou je repasse plus tard?! ^^]

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laureline_old

avatar

Nombre de messages : 217
Localisation : Camelot, aux côtés de la reine
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Re: La chambre de la Reine   Lun 15 Mai à 18:15

[hj: mdr!! c'est à voir avec Madame^^ mais je pense bien que oui]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guinevere_old
Admin
avatar

Nombre de messages : 699
Date d'inscription : 01/04/2006

MessageSujet: Re: La chambre de la Reine   Lun 15 Mai à 19:35

Cette réponse si prompte et exaltée donna l'envie à Guenièvre de prendre Laureline dans ses bras... elle n'en fit rien, cependant.
La reine était à ce point galvanisée à l'idée d'avoir une dame de compagnie qu'au très fond d'elle, jamais elle n'avait douté que celle qu'elle allait recevoir ne soit sincère. Aussi, c'était un rêve, ses espérances qui se réalisaient !

La jeune fille était tellement sûre d'elle! Pas un instant Guenièvre ne lut dans son regard la recherche de faux-fuyants au serment qui la lierait à elle à jamais...

A cet instant, elle eut le désir ardent de lui proposer le tutoiement, mais elle réfréna cette envie : ce serait brûler des étapes. Car si Laureline était sa dame de compagnie, elle n'était pas encore une amie, et Guenièvre pourrait paraître une pauvre reine...

Le sourire ne la quittait plus, et c'est entre deux rictus qu'elle lui demanda :

-A présent, parlez moi un peu de vous... je voudrais vous connaître.

(vas-y tape toi l'incruste Razz mdrrr)

_________________
A passé le flambeau
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laureline_old

avatar

Nombre de messages : 217
Localisation : Camelot, aux côtés de la reine
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Re: La chambre de la Reine   Lun 15 Mai à 21:30

Laureline inspira une nouvelle fois profondément avant de reprendre.

-Tout à fait. Voyons, commençons par le début! Je suis née à la ferme de l'étang, dans un petit village pas trop loin d'ici. Je suis la cadette de quatre filles. Tout allait bien jusqu'au jour où ma pauvre mère est tombée malade. J'avais tout juste onze ans. Elle est décédée peu de temps après et c'est ma soeur aînnée, Grace, qui a prit le relai. Elle s'est occupée de la ferme et du ménage. Mais nous manquions d'argent. Pas de manière énorme, nous avions assez pour entretenir la ferme, mais pas assez pour s'offrir des petits plus. Mon vieux père à eu la mauvaise idée de vouloir me marier pour de l'argent. Je ne voulais rien en savoir et je m'en suis allée...

La jeune femme marqua une pause. Jamais elle n'avait raconté sa vie ainsi à quelqu'un qu'elle ne connaissait pas encore vraiment. Pourtant le sourire de la reine et l'attention avec laquelle celle-ci l'écoutait, effacèrent ses derniers - petits - scrupules. Elle continua donc à réciter d'une voix légère son curriculum vitae.

-... Sans demander de permission, bien sûr.

Ses joues se tintèrent de rouge, car la partie qui suivait n'était pas la meilleure et Laureline savait qu'elle ne devait rien cacher. Honnête par nature, ça aurait de toute façon été bien dur pour elle...

-Alors, où en étais-je? Ah, oui! J'ai voyagé ainsi pendant plusieurs mois en tête à tête avec ma jument. J'ai vu du pays, appris bien des choses, rencontré beaucoup de gens... Brèf, j'était libre, loin de la ferme et de mon père. Mais ma bourse diminuait peu à peu. Une troupe d'artistes m'a engagée pendant six mois. Je faisais des pirouettes et des exercices d'équilibre sur ma jument. Ca marchait bien et j'aimais l'ambiance, jusqu'à ce que le nouveau "chef" diminue les salaires. Mais ce n'était pas le pire...

Nouvelle pause. Laureline reprit son souffle tandis qu'elle baissait les yeux au sol. c'était ennuyeux de parler de tels sujet avec une reine. Mais puisqu'il le fallait...

-Il voulait aussi aller plus loin. Les danseuses et toutes les autres demoiselles devaient... venir dans son lit, le soir, si elle souhaitaient une augmentation. Je me suis rebellée et suis partie. Du jour au lendemain, je leur ai tourné le dos et suis arrivée ici, à Camelot. C'est Sir Perceval qui m'a aiguillé vers vous...

Un sourire se peignit sur ses lèvres. Sourire qui ce transforma en petit rire.

-Voilà ma reine, à présent, vous savez tout!

Laureline aurait adoré connaître à son tour l'histoire de vie de Guenièvre. Mais elle se dit que si elles devenaient amies, elles en reparleraient et qu'il vaudrait donc mieux attendre un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur_old
Admin
avatar

Nombre de messages : 736
Age : 32
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Re: La chambre de la Reine   Mar 16 Mai à 17:44

Marchant dans le couloir qui devait le mener dans les appartements de la Reine, Arthur se sentait comme un adolescent à l'idée de paraitre davant celle qui était pourtant son épouse et tout de même bien plus jeune que lui... Ils s'étaient quittés la veille dans un climat électrique et ne s'étaient pas revu de la journée. Il espèrait simplement qu'il la trouverait dans de bonnes dispositions ce soir... Une petite voix sourde lui murmurait intérieurement:

*Que t'importe donc ses dispositions?! C'est ta femme, point!*

Arthur ferme les yeux et secoua brièvement la tête comme pour chasser cette vilaine pensée de son esprit.

Alors qu'il se présentait devant la porte en chêne, il s'arrêta pour saluer les gardes qui ne lui opposèrent aucune réticence. Le Roi aurait été dans son droit de pousser la porte comme un lourdaud et de rentrer sans plus de courtoisie. Seulement, il ne l'avait jamais fait et ne le ferait pas, car le contact avec sa mère lui avait appris respecter l'intimité d'une femme et peut-être plus encore celle de la sienne. Alors, il gratta doucement contre le pan en attendant une réponse...

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guinevere_old
Admin
avatar

Nombre de messages : 699
Date d'inscription : 01/04/2006

MessageSujet: Re: La chambre de la Reine   Mer 17 Mai à 17:19

Guenièvre lissa les plis de sa robe, se préparant à écouter attentivement le long récit d'une vie, de la vie de Laureline, qui semblait prête au vu de la bouffée d'air qu'elle inspira à ouvrir en grand les écluses de son histoire.
L'eau déferla. Guenièvre soutint la barque de son attention sur l'effarant débit avec une facilité déconcertante. On doit même avouer que tout cela l'intéressa au plus haut point.

La longueur ne lui fit pas peur parce que Laureline était une jeune fille pleine d'esprit qui prenait beaucoup de distances et parfois un peu de raillerie sur sa propre existence passée.
La reine fini par ne plus voir le monde autour d'elle, et restait les yeux plongés dans ceux de sa dame de compagnie.

A chaque pause, Guenièvre souriait pour engager Laureline à continuer, elle voulait connaître les moindres détails.
Oh non, elle n'était pas surprise! Oh, non! Elle n'avait pas pitié!
Guenièvre n'était pas surprise du malheur passé de la jeune fille parce que, comme nous l'avons dit auparavant, elle ne pensait pas que le bonheur puisse se trouver ailleurs que dans l'opulence... La pauvre reine n'avait point encore connu la félicité infinie d'une passion amoureuse....
Guenièvre n’avait pas non plus pitié du malheur passé de la jeune fille parce que, comme nous l’avons dit précédemment, Laureline prenait garde à ne pas faire de son discours un monologue larmoyant grâce à quelques sarcasmes bien placés.

La demoiselle finit à peine sa phrase finale, la reine eut à peine le temps de reprendre son souffle, qu’Iwen entra dans le cabinet comme un juron dans une ballade (pour ne pas dire comme un pet dans le silence méditatif… Guenièvre ne pensait pas de telles choses… ![mdrrrrrrrr])
La reine tourna la tête vers elle en fronçant les sourcils, mais elle n’eut pas le temps de dire « que me veux-tu ? » que déjà Iwen prenait la parole :

« Madame, c’est le Roy votre époux qui attend à la porte, je me suis permise de lui ouvrir… »

Une guêpe l’aurait piquée que Guenièvre n’aurait pas réagi différemment. Elle bondit de son fauteuil et posa le plat de sa main sur sa poitrine, cherchant peut-être à atténuer son souffle ou les battements de son cœur. Sa mâchoire pourtant ne s’était pas desserrée.

-Le Roy…

Guenièvre devint songeuse durant quelques secondes, puis un éclair de joie illumina le fond de ses prunelles, et enfin elle reprit un visage impassible : celui qu’elle avait appris à se fabriquer en présence de son mari.

-Venez, dit-elle, radieuse, à Laureline. Je vais en profiter pour présenter ma nouvelle dame de compagnie à mon mari.

Elle fit un clin d’œil à la jeune fille et pénétra dans sa chambre, Iwen sur ses talons. C’était donc officiel, Laureline lui était attachée… Et ce qui tombait bien _vraiment bien _ c’était qu’en sa présence, Arthur ne tenterait pas de faire de sa passion pour elle quelque chose de… concret. A plus tard les empressements.
Lorsqu’elle vit le _fier, viril, brave, dur_ Roy de Bretagne, seul dans cette petite immensité, les yeux dans le vague, attendant on ne sait quoi peut-être avec anxiété, Guenièvre s’afficha un léger sourire (qu’on pourrait qualifier de « pur », d’ « aérien » ou encore de « séraphique », mais que nous qualifierons, nous, simplement de léger) et vint lentement à lui.

-Bien le bonjour mon seigneur. Que me vaut votre visite ?

_________________
A passé le flambeau
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur_old
Admin
avatar

Nombre de messages : 736
Age : 32
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Re: La chambre de la Reine   Mer 17 Mai à 20:32

La porte s'était ouverte sur la jeune Iwen qui servait la Reine et bien qu'étonné, en regardant par dessus son épaule, de ne point appercevoir Guenièvre, Arthur ne lui sourit pas moins et dit d'un ton de jeune homme:

-Bonsoir, demoiselle Iwen! La Reine est-elle ici?!

Avec une petite révérence, la jeune fille était allé chrché Guenièvre qui se trouvait visiblement dans son boudoir. Cela voulait dire qu'elle recevait quelqu'un... Tant mieux si elle se trouvait un peu de compagnie, il avait conscience qu'au milieu de tous ces chevaliers bruyants, une femme de la grâce et de l'éducation de Guenièvre ne pouvait sans doute pas se sentir bien à son aise...

Puis, elle apparut... Légère et fragile comme un oiseau, mais belle et fière comme une montagne... Arthur n'aurait su dire d'où lui venait ses inspirations poétiques dès lors que son épouse apparaissait quelque part, mais il se sentait redevenir l'âme d'un jeune marié et en la voyant s'approcher de lui, un sourire flottant sur ses lèvres roses, il se croyait revenu au jour de leurs épousailles.


Citation :
-Bien le bonjour mon seigneur. Que me vaut votre visite ?

-Ma mie... Le seul plaisir de votre vue suffit à me combler...

D'un geste tendre, il prit la blanche main de Guenièvre et y posa un baiser. Cette peau... Cette peau le rendrait fou. Comme il brûlait de ne point s'en ennivrer autant qu'il le désirait. Quoiqu'il en soi, pour l'heure, ils n'étaient pas seuls: une jeune damoiselle venait à la suite de la Reine, une jeune fille dont le fin visage lui était inconnu pourtant. Il lui adressa un salut respectueux:

-Mademoiselle...

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laureline_old

avatar

Nombre de messages : 217
Localisation : Camelot, aux côtés de la reine
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Re: La chambre de la Reine   Jeu 18 Mai à 20:57

Laureline sursauta lorsqu'Iwen entra dans la pièce. L'annonce de l'arrivée imminente du Roy fit son effet. Son coeur, qui par la présence si accueillante et si douce de la reine, c'était presque completement calmé, battit à nouveau les tambours dans sa poitrine d'un ritme effrayant. Et ce avec pour unique raison: le manque d'habitude à cotoyer des gens d'une telle importance. La jeune femme n'ignorait pas que ce n'était pas donné à toutes les petites fermières de dix-neuf ans à peine - aussi gentilles soient-elles - de rencontrer Sa Majesté le roi ét Sa Majestée la reine en privé...

La jeune femme faillit défaillir de joie quand Guenièvre lui annonça - de manière indirecte - son nouveau poste auprès d'elle-même. Elle se promit mentalement de faire au mieux et de toujours veiller au bonheur de la reine, quoi qu'il advienne.

Mais la dame de compagnie n'eut pas le temps d'exprimer ni sa joie, ni ses remerciements, car le Roy en personne s'adressa à elle. Elle le salua un peu moins maladroitement qu'elle l'avait fait pour la reine - c'est qu'elle commençait à avoir l'habitude! - et se jura d'aller voir le chevalier Perceval pour qu'il lui apprenne les bonnes manières de la cour sans tarder.

Les joues roses et le sourire timide, Laureline répondit d'un ton humble.

-Laureline Alagaësia, à votre service, Majesté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guinevere_old
Admin
avatar

Nombre de messages : 699
Date d'inscription : 01/04/2006

MessageSujet: Re: La chambre de la Reine   Dim 21 Mai à 13:29

Cet ardent baiser gêna Guenièvre plus qu'autre chose . Elle aurait eut l'envie de se détacher mais elle se retint et laissa sa main aux lèvres du Roy. Nul besoin de créer encore d'autres histoires.

-Ma mie... Le seul plaisir de votre vue suffit à me combler...

La reine sourit à ce pseudo compliment mais Iwen ne s'y trompa pas: cette moue évanescente était plus ironique que flattée...
"Et bien vous m'avez vue maintenant"... ces mots lui brûlaient les lèvres mais ne les franchirent pas; elle resta muette.

Le Roy s'intéressa à Laureline qui exécuta une révérence, encore toute étourdie de s'adresser au Roy et à la Reine de Bretagne.
Arthur avait le don de s'intéresser à tout ce qui la touchait de prêt ou de loin, mais ce qui de la part d'un être aimé l'aurait émue, devenait irritant de la part du Roy.
Qu'avait-il à faire semblant de se soucier d'elle? A se donner des airs faussement aimables? Il l'espionnait, n'est ce pas?

Le silence s'était installé entre trois regards se consumant d'amour, d'exaspération et d'éblouissement.
Durant un moment, personne ne le remarqua, il n'était gênant pour personne : tous s'observait ou était plongé dans ses pensées.

Guenièvre se rendit vite compte qu'elle perdait peu à peu son visage neutre de convenance, et fit volte-face afin de cacher ses froncements de sourcils quasi involontaires. Elle brisa alors ce jaugeage mutuel et obligea quelqu'un de parler par ce simple mouvement.

Elle s'avança vers la fenêtre et y plongea son regard afin de justifier son demi-tour, et ce fut elle, finalement, qui prit la parole.

-Alors... vous avez passé une agréable journée?

Banalité sur banalité... cela devenait lassant. Mais que pouvait-elle dire d'autre?

_________________
A passé le flambeau


Dernière édition par le Jeu 25 Jan à 22:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laureline_old

avatar

Nombre de messages : 217
Localisation : Camelot, aux côtés de la reine
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Re: La chambre de la Reine   Dim 21 Mai à 22:57

La réponse du roi se faisait attendre tandis que le silence se faisait plus lourd, rempli d'ironie, de sous-entendus et d'insatisfactions. Lorsque Guenièvre eut posé sa question - question passe-partout, certes - Laureline se dit que le Roy n'ajouterait rien à son sujet. Elle laissa tomber et se recula légèrement contre le mur. Un peu en retrait, elle pouvait laisser le couple royal discutailler sans être un obstacle gênant à leur conversation et les observer tous les deux tranquillement sans paraître indiscrète. Tous les deux dégageaient quelque chose d'extraordinaire, de puissance et de majesté. Et pour cause...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur_old
Admin
avatar

Nombre de messages : 736
Age : 32
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Re: La chambre de la Reine   Dim 21 Mai à 23:38

Arthur qui ne comptait plus toutes les révérences et les hommages qu'il avait reçu de la journée sourit simplement à la jeune demoiselle qui venait de se présenter. Une nouvelle servante pour Guenièvre... Bien, si seulement cela pouvait lui permettre de se distraire un peu... Elle semblait se plaire lorsqu'elle avait de la compagnie. Etre entourée, rire, tenir sa cour la rendrait peut-être moins réticente à rester en tête à tête avec lui. Il pouvait lui faire venir des ménestrels de toute l'île s'il le fallait!

Il tenait toujours tendrement la main de son aimée lorsque celle-ci se retourna et que ses doigts glissèrent de la paume d'Arthur. Il lui sembla alors qu'ils s'échappaient comme une brise fraiche, insaisissable... Pas d'effusion, bien sur... De la pudeur vis-à-vis de sa nouvelle femme de chambre, sans doute...


Citation :
-Alors... vous avez passé une agréable journée?

Arthur fit quelques pas impatient et finalement revint se tenir derière sa Reine. Non, vraiment, trop peu de temps passaient-ils ensemble. Entre devoir royaux de part et d'autre, maladresse conjugale de sa propre part et -comment aurait-il pu qualifier cela- "abscence" de son épouse, leur vie maritale n'aurait plus aucune raison de s'appeller ainsi... Le père Blaise lui avai dit de parler avec Guenièvre. Soit! Qu'ils parlent!

-Fort remplie, à la vérité... Un tournoi se tiendra dans les prochaines semaines ici. Cela fait longtemps que les fleurons de la chevalerie n'ont pas sorti leurs bannières, alors je compte leur en fournir l'occasion...

Il se garda bien d'évoquer le nom de sa soeur pour éviter tout incident diplomatique et en s'approchant de sa femme, prit ses deux frêles épaules entre ses mains et dit:

-L'occasion aussi pour la plus belle femme de grande et petite Bretagne, de faire resplendir une fois de plus sa beauté aux yeux du monde...

Le compliment était sincère. Mille fois sincère. Comme chacun qu'il lui faisait d'ailleurs. Sans doute accueillerait-elle celui-ci comme tous les autres, avec indifférence, d'aucun dirait même avec froideur. Arthur, lui, n'aurait su dire si elle était feinte ou non...

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guinevere_old
Admin
avatar

Nombre de messages : 699
Date d'inscription : 01/04/2006

MessageSujet: Re: La chambre de la Reine   Lun 22 Mai à 20:21

Arthur ne se trompait pas sur un point : Guenièvre aimait la compagnie, la foule, le bruit, être le centre de l'attention, avoir sa cour qui papillonne autour de leur fleur royale, seule raison de vivre. Mais si seulement Le Roy pouvait ne pas en faire parti!
Il était si effacé pourtant pour Guenièvre il était encore trop présent. Que n'aurait-elle donné pour avoir tous les troubadours du pays en échange de son mari!

Son mari... ce n'était cependant pas la personne en elle-même qu'elle exécrait, en tout cas pas plus que le symbole : il représentait l'autorité, la contrainte, la captivité même, le devoir...

Seulement la reine n'analysait pas ses réactions ainsi : elle ne l'aimait pas. Point barre.

Il s’approcha doucement d’elle dans son dos et Guenièvre sentit un frisson lui parcourir l’échine, un frisson qui n’avait rien d’une manifestation de désir. C’était presque du dégoût mêlé à un léger sentiment de crainte. On aborde pas les gens par derrière comme ça, enfin !

Il posa ses mains rugueuse de virilité avec une douceur toute amoureuse que Guenièvre abhorrait… elle ferma les yeux pour paraître détendue et réceptive. Un léger sourire se forma sur ses lèvre alors qu’elle repensait à sa promenade du matin… elle aurait voulu la revivre en cet instant.

-Fort remplie, à la vérité... Un tournoi se tiendra dans les prochaines semaines ici. Cela fait longtemps que les fleurons de la chevalerie n'ont pas sorti leurs bannières, alors je compte leur en fournir l'occasion...

Guenièvre rouvrit les yeux et fixa son époux avec un intérêt nouveau. Elle lui fit face et ses mains glissèrent de ses épaules _ se détachant encore une fois de son contact physique. Cependant, elle ne tentait pas d’y échapper, elle n’en avait plus cure. La curiosité et l’enthousiasme avait pris le dessus. Un tournoi ! Quelle bonne idée ! De quoi se divertir et se libérer de cet ennui qui se tissait autour et sur eux comme des toiles d’araignées perverses.

-Mais c’est merveilleux !

Elle joignit les mains et offrit au Roy son sourire le plus sincère depuis longtemps, les prunelles emplies d’une joie qu’elle ne pouvait (et ne voulait) cacher. La bonne nouvelle avait pris le pas sur la présence agaçante d’Arthur.

Elle s’y voyait déjà… les hérauts criant le noms des chevaliers, les blasons flamboyants et les oriflammes cinglant au vent, portant au loin les couleurs des fiers combattants.

Le sourire de Guenièvre devint plus rêveurs et ses yeux se perdait dans l’océan de son imagination très fertile.

-L'occasion aussi pour la plus belle femme de grande et petite Bretagne, de faire resplendir une fois de plus sa beauté aux yeux du monde...

Guenièvre reposa pieds sur terre et se rembruni quelque peu. Cette flatterie sortie de la bouche d’Arthur prenait un goût amer.
Elle ne pouvait cependant lui faire grise mine après ce tournoi qu’il lui offrait presque !
Alors, réfrénant sa quasi-répugnance (Oh ! Non pas qu’Arthur soit laid… ) elle s’approcha de son époux et lui donna un rapide et chaste baiser… sur la joue.

Ceci avait tout d’innocent, l’innocence de la jeunesse, mais il n’en était rien. C’était calculé. Tout était calculé.

-Je porterai vos couleurs, le dragon rouge, et alors, lorsque tous auront été terrassés sous votre bannière, le chatoiement de mes effets se fondra dans celui de votre aura et du soleil couchant…

La reine avait quelques fois des élans poétiques… elle voyait avec un plaisir indicible la scène terrible de la gloire du couple royal, écrasant dans le sang les autres concurrents.
Car si Guenièvre était douce de nature, elle n’en était pas moins Bretonne… La guerre et la compétition s’écoulaient dans ses veines.

_________________
A passé le flambeau
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur_old
Admin
avatar

Nombre de messages : 736
Age : 32
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Re: La chambre de la Reine   Mar 23 Mai à 19:24

L'éclat qui se fit jour dans les yeux de Guenièvre, Arthur n'aurait su dire la dernière fois qu'il en avait vu semblable dans ces prunelles bien-aimées... Dès lors, rien que pour revoir encore ce feu, il se prit d'une passion farouche pour ce tournoi à venir! Ce serait le plus bel événement que connaitrait Camelot depuis leurs épousailles! Ceindre l'épée, brandir son étendard de nouveau, entendre rugir la foule, accrocher le ruban de Guenièvre à sa paume de lance, tout cela sonnait gentiment désuet aux oreilles d'Arthur. Mais si la chance lui était donné donné d'appercevoir encore cette étincelle d'amour et d'admiration, peut-être, chez sa femme, alors ce tournoi serait pour lui une croisade...

Un doux baiser vint se poser sur sa joue comme un papillon et l'aurait, pour peu, fait rougir. Les effusions n'étaient pas du lot de Guenièvre, il n'était pas lui même de nature débordante et s' accomodait donc fort bien de cette réseve en public. Qu'elle garde cette attitude en privé en revanche, il ne savait comment le prendre, mais s'en accomodait tout autant, par défaut...et par amour. Mais la seule présence de la jeune demoiselle de compagnie, bien que discrète et visiblement fort aimable, suffisait à lui faire comprendre ses réserves, pas question de se donner en spectacle...

Citation :
-Je porterai vos couleurs, le dragon rouge, et alors, lorsque tous auront été terrassés sous votre bannière, le chatoiement de mes effets se fondra dans celui de votre aura et du soleil couchant…

-Ma mie, vous rendez ce spectacle déjà vivant à mes yeux et je vous promet que c'est avec la fougue du dragon que je combattrais pour votre honneur...

Il sourit tendrement et marqua un instant d'hésitation se tourna vers la jeune fille demeurée légèremment en retrait:

-Demoiselle Laureline, il est évident que mes meilleurs chevaliers sont vos obligés et pas seulement pour ce tournoi... Néanmoins, je laisse le bon soin à la Reine de vous aider à aiguiller votre faveur avec sagacité...

Là-dessus, il reporta un regard entendu sur son épouse. Les femmes... Les plus grandes pertes des hommes... Mais leurs plus belles batailles aussi. Ils étaient les pions, elles étaient les stratèges. Lui-même s'était déjà depuis fort longtemps perdu...

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laureline_old

avatar

Nombre de messages : 217
Localisation : Camelot, aux côtés de la reine
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Re: La chambre de la Reine   Mar 23 Mai à 22:39

La jeune Alagaësia restait toujours en retrait, pas mal à l'aise, juste légèrement intimidée d'être en pareille compagnie. N'ayant pas eu de temps pour s'habituer aux coutumes et aux lois de la cour, et étant consciente de ses lacunes dans le domaine, elle préférait s'abstenir de dire des bétises tout en attendant son enseignement avec une impatience bien disimulée sous un visage souriant.

-Demoiselle Laureline, il est évident que mes meilleurs chevaliers sont vos obligés et pas seulement pour ce tournoi... Néanmoins, je laisse le bon soin à la Reine de vous aider à aiguiller votre faveur avec sagacité...

Cela toucha la jeune femme, que le Roy s'intéresse ainsi à elle et ne l'oublie pas comme une vulgaire statue. Cela l'aurait étonnée de la part du roi, mais elle se sentit tout de même comme intégrée.

Elle salua avant de prendre la parole.


-Je vous remercie! Je suis sûre que Sa majesté votre femme saura me conseiller pour le mieux...

Laureline sourit en répondant. Elle aurait aimé pouvoir échanger un regard complice avec Guenièvre, mais se dit qu'il ne fallait pas la presser. Si elle devaient devenir amies - une étincelle de joie s'alluma dans ses beaux yeux bleus en invoquant cette possibilité - cela se ferait naturellement et avec le temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guinevere_old
Admin
avatar

Nombre de messages : 699
Date d'inscription : 01/04/2006

MessageSujet: Re: La chambre de la Reine   Mer 24 Mai à 23:02

Le regard insistant d'Arthur recommençait à mettre Guenièvre mal à l'aise au fur et à mesure que la magie de la nouvelle d'un tournoi s'estompait.

Aussi fut-elle particulièrement soulagée lorsque l'attention se repporta sur sa nouvelle suivante, et se tourna-t-elle le visage radieux vers cette derniere.

-Je vous remercie! Je suis sûre que Sa majesté votre femme saura me conseiller pour le mieux...

Laureline lui accorda un sourire complice bien plus explicite que le plus discret des clins d'oeil, et la reine y répondit de même. Toutes deux étaient tres espiègles, c'était déjà un point en commun qui ne cesserait de les rapprocher, sans nul doute.

-En effet je vais devoir aider Laureline à faire son choix, car les chevaliers se battront pour elle avant même de commencer les joutes.

Guenièvre hocha la tête de droite et de gauche en riant légèrement.
Cette furtive euphorie cessera surement brutalement lorsque son mari rompra le charme par une parole mielleuse mais creuse qui lui sera destinée... et rien qu'a cette éventuallité, la reine reprit son calme.

Elle se tourna vers Arthur, espérant peut-être secretement le faire partir.

-Alors, n'y a-t-il pas quelque banquet en ce moment que nous devrions présider?

Elle n'avait point oser aller jusqu'au "vous devriez" mais au moins la présence de son mari dans la foule la gênerait moins.

_________________
A passé le flambeau
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur_old
Admin
avatar

Nombre de messages : 736
Age : 32
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Re: La chambre de la Reine   Ven 26 Mai à 1:01

La complicité entre deux femmes était chose trop fugace et trop particulière pour qu'un homme put en comprendre toute l'importance. Arthur constata néanmoins que la présence de cette nouvelle jeune fille allégeait l'humeur de la Reine qui se laissait allait à la frivolité. Rien que pour cela, Laureline se vit remerciée d'un sourire.

Citation :
-En effet je vais devoir aider Laureline à faire son choix, car les chevaliers se battront pour elle avant même de commencer les joutes.

Arthur éclata d'un franc rire:

-Faites-les moi tous parvenir entiers, c'est tout ce que je vous demande!

Etait-ce ses oreilles qui le trompaient où bien Guenièvre avait rit? Il ne se souvenait pas que rien de tel ne se soit produit depuis... Oh, inutile de chercher, elle avait rit c'était tout ce qui lui importait. Il craignait tellement de la voir sombrer dans le profond gouffre de l'ennui, de lui laisser croire qu'il se désintéressait d'elle que chaque étincelle de joie suffisait à chasser ses ténèbres, ses doutes et ses remords...


Citation :
-Alors, n'y a-t-il pas quelque banquet en ce moment que nous devrions présider?

L'instant n'avait pas duré et peut-être pour cela en demeurait-il plus beau dans son coeur. Le visage de sa dame avait reprit ses traits fixes et impénétrables mais il ne s'en apperçut pas tout de suite, gardant en mémoire le fantôme des légères fossettes qui s'était creusées dans ses joues fraiches. Décidément, cette Laureline devait avoir une bonne influence sur la Reine... Fort bien...
La conversation se dirigeait vers un sujet qu'il avait totalement occulté et qui était pourtant la principale raison de sa venue. Dieu! Il avait délaissé ses hôtes pendant un fort long moment, on s'étonnerait de ne pas le voir reparaitre... Ce serait mieux encore s'il revenait avec son épouse. Reprenant ses esprits, il se racla la gorge doucement:


-Eh bien, ma douce, je crois que vous avez perdu quelque peu la notion du temps... Celui de ce soir a déjà commencer dans la grande salle... Connaissant vos habitudes ponctuelles, j'ais préféré venir m'enquérir moi-même de votre état, voir si vous n'étiez pas soufrante...

Il n'allait tout de même pas revenir sur le déplorable incident de la messe et que ses inquiètudes se portaient plutôt sur l'abscence de sa femme toute la journée... Inutile.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guinevere_old
Admin
avatar

Nombre de messages : 699
Date d'inscription : 01/04/2006

MessageSujet: Re: La chambre de la Reine   Mar 30 Mai à 19:47

[laureline?]

_________________
A passé le flambeau
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laureline_old

avatar

Nombre de messages : 217
Localisation : Camelot, aux côtés de la reine
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Re: La chambre de la Reine   Mar 30 Mai à 20:23

[hj: t'inquiète, je suis là... Mais je pensais que c'était à toi de voir si tu vas à ce banquet et si je t'accompagne ou pas!]

Laureline elle aussi esquiva un sourire. C'était une nouvelle première dans sa vie... Jamais personne ne lui avait parlé ainsi de "combats" pour des femmes ou de joutes où les chevaliers "se battraient pour elle". Là où la jeune femme avait grandi, dans le milieu de la ferme où elle était née, les femmes n'osaient même pas rêver à un mariage heureux. Tout était arrangé entre parents pour, par exemple, allonger la fortune familiale ou se ralier à la famille d'untel. Elle s'était d'ailleurs enfuie à cause de ça... Maintenant, Laureline était dans l'incapacité de rebrousser chemin. Même si elle serait bien accueillie chez elle, ce qui était fort peu probable, la découverte de Camelot et surtout, de sa reine l'amenaient à vouloir se poser ici.

Tout en ramenant une mèche blonde de ses cheveux rebelles derrière son oreille, Laureline chassa ces pensées encombrantes de son esprit. Et puis c'était vrai, qui vivait dans le passé, ne vivait pas vraiment. Il fallait penser au présent.

Or, le présent lui offrait beaucoup... Si la reine Guenièvre décidait d'aller à ce banquet et de l'y emmener, elle allait faire un tas de rencontres intéressantes, découvrir de nouveaux gouts et surtout, observer à sa guise - tout en restant discrète - les grandes dames de la cour. Du moins, c'était l'idée que se faisait une pauvre petite paysanne d'un banquet à la cour du roi.

Bien sûr, Laureline s'occuperait de la reine. C'était sa première préoccupation. Il fallait que Sa Majesté ne manque de rien. Ne fusse que pour apercevoir un sourire rayonnant sur ses jolies lèvres...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guinevere_old
Admin
avatar

Nombre de messages : 699
Date d'inscription : 01/04/2006

MessageSujet: Re: La chambre de la Reine   Mar 30 Mai à 21:17

[ok pas grave et excuse moi Wink ]

-Eh bien, ma douce, je crois que vous avez perdu quelque peu la notion du temps... Celui de ce soir a déjà commencer dans la grande salle... Connaissant vos habitudes ponctuelles, j'ais préféré venir m'enquérir moi-même de votre état, voir si vous n'étiez pas souffrante...

Tsss... mes habitudes... qu'est ce qu'il en sait, de mes habitudes?

-Oh non point! Je vais très bien! C'est la présence de mademoiselle Laureline qui m'aura fait oublier les heures...

Guenièvre jeta un regard bienveillant à la dite Laureline, avant de reprendre, toujours ce sourire hypocrite sur les lèvres :

-Mais nous devrions séance tenante rattraper ce retard impardonnable pour les personnes de notre condition!

La reine en mettaient des couches, paraissant enthousiaste à l'excès. Mais c'est au contraire justement parce qu'elle ne l'était pas le moins du monde qu'elle en faisait trop.

-J'en profiterai alors pour présenter ma nouvelle suivante à la Cour.

Aussitôt Guenièvre fit trois pas en direction de Laureline et lui prit le bras dans un geste tout familier, le regard plongé dans celui de la jeune femme et le cœur allégé de s'être enfin détaché de l'homme qui l'aimait... sans l'être en retour.

_________________
A passé le flambeau
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur_old
Admin
avatar

Nombre de messages : 736
Age : 32
Date d'inscription : 04/04/2006

MessageSujet: Re: La chambre de la Reine   Jeu 1 Juin à 23:45

Le Roi vit avec ravissement la gaieté de la Reine vis-à-vis de sa nouvelle demoiselle. Elle ne voyait plus les heures passer! C'était fort bon signe! Enfin... à condition que cela n'en devienne pas pour autant une habitude... Comme s'il se parlait à lui même, Arthur secoua légèremment la tête, un vague sourire flottant sur ses lèvres: il ne pouvait pas l'en blâmer, elle était si belle quand ses yeux brillaient... D'ailleurs aurait-il pu la blâmer de quoi que ce soit? D'être jeune? D'être espiègle? D'être heureuse?

Citation :
-Mais nous devrions séance tenante rattraper ce retard impardonnable pour les personnes de notre condition!

La reine parfaite... Guenièvre savait où résidait son devoir et sa position et elle était en cela bien en deçà des exigences d'Arthur. Comme certains naissent marins ou chefs de guerre, elle était née reine. Il était né roi. Ils étaient faits pour régner ensemble sur la Bretagne, sans l'ombre d'un doute.

Aucune fausse note dans les gestes, ni dans les rires de Guenièvre ne parvint aux yeux aveugles et aux oreilles sourdes de l'homme amoureux. Seul un léger pincement, peut-être, lorsque le bras de sa Reine saisit celui de sa nouvelle amie au lieu du sien. Briller ensemble au banquet, comme un tout, comme un roc, royal et fier: voilà qui aurait été la manière la plus splendide de terminer cette soirée qui n'avait, pour l'instant, pas été si mauvaise. Malgré sa déception ressentie, le sourire d'Arthur n'en demeura pas moins ferme et c'est avec un geste courtois qu'il invita les deux dames à le précéder vers la grande salle.



[Bon eh bien dsl pour cette petite abscence. Le post n'est pas non plus des plus consistant mais enfin ça me semblait être une transition nécessaire, je vous laissez donc le soin de poster au banquet mesdemoiselles!^^]

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guinevere_old
Admin
avatar

Nombre de messages : 699
Date d'inscription : 01/04/2006

MessageSujet: Re: La chambre de la Reine   Sam 2 Sep à 19:00

Pourquoi est-ce que cette rencontre laissait flotter un sourire sur les lèvres de la Reine ?
Serait-ce cette gifle dont elle sentait encore les picotements au bout de ses doigts ? Etait-elle donc si euphorique d'avoir remis un homme à sa place, ou aurait-elle par ce geste évacué toute la tension qui menaçait de briser le fragile équilibre de ses nerfs ?

Guenièvre se refusait à croire que c'était simplement d'avoir revu cet homme qui la mettait dans ce vague état de bonheur. D'ailleurs c'était faux. Quoique donner une gifle à n'importe qui aurait été bien moins jouissif que de frapper Loagan en particulier.

Elle ferma la porte en douceur et s'avança à petit pas jusqu'a son lit, riant en silence sous sa crinière, puise se jeta à plat ventre sur son lit.
Elle prit son oreiller entre ses bras frêle et le mordit tandis qu'elle battait des pieds dans le vide, débordante d'énergie. Elle n'avait pas la moindre envie de dormir. Les lucioles célestes aglutinées sur leur fond bleu marine venaient tout juste d'allumer leurs fesses, pas de quoi se décider à se coucher de suite comme une gentille fille qui imite les poules!

Et pourtant, Guenièvre se devait d'être une gentille fille.

_________________
A passé le flambeau
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guinevere_old
Admin
avatar

Nombre de messages : 699
Date d'inscription : 01/04/2006

MessageSujet: Re: La chambre de la Reine   Jeu 18 Jan à 23:58

Niak! Un gros niak au gouvernement!
Quoi? Comment ça, l'anarchie n'est pas d'actualité au VIe ? Muarf, tant pis, Guenièvre était bien contente du pied de nez qu'elle venait de faire à son époux, et bien plus, à sa Justice. Elle était surtout soulagée, soulagée au point que ce fut aussi doux qu'une ivresse.
Elle était soulagée que tout ce soit passé si vite et si bien...

Enfin, elle venait de s'apercevoir d'un certain coté manipulateur qui s'ignorait jusqu'alors...
Cela lui fit peur en même temps que cela la grisa.
Elle n'avait pas été franche, et avait atteint ses fins en trichant, mentant, dupant. Et elle aimait ça.
Les intrigues... voilà donc qu'elle n'était vraiment pas faite pour son temps. Anarchiste, intrigante, mais quand donc vivait-elle?

Elle claqua la porte derrière elle, se précipitant dans sa chambre, sans savoir pourquoi.
L'atmosphère était claire, elle se mit à sautiller et faire quelques pas de danse.
On respirait la joie dans cette pièce. Si on savait à quoi elle était due...!

Soudain, elle cessa ses tournoiements inconsidérés.

-Laureline ?

Ah non, ce n'était qu'un courant d'air qui avait fait grincer la porte de son cabinet entrouverte.
Et soudain, il lui prit l'envie de voir sa suivante. C'est en l'appelant qu'elle s'aperçut qu'elle lui manquait. Elle voulait lui faire partager son euphorie soudaine.

Elle envoya une soubrette la chercher.

_________________
A passé le flambeau
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Laureline_old

avatar

Nombre de messages : 217
Localisation : Camelot, aux côtés de la reine
Date d'inscription : 14/04/2006

MessageSujet: Re: La chambre de la Reine   Ven 19 Jan à 18:45

Demoiselle Alagaësia ne se le fit pas dire deux fois.
Elle abandonna ce qu'elle était occupée à faire dés l'instant où la phrase magique "Sa Majestée vous appelle, ma dame" retentit à ses oreilles.
Dévouée corps et âme à sa Reyne, elle laissa tout sur place et, doublant la messagère, arriva bien vite devant la lourde porte qui donnait sur les appartements royaux.

Un sourire illuminant son visage, elle avança une main et frappa, un, deux, trois coups.
Cela faisait un petit temps que les deux femmes ne s'étaient plus vues en privé, et Laureline, pour sa part, attendait avec impatience ce moment.
Partager ses pensées avec une amie faisait toujours plaisir !

Car la Reine Guenievre, sans doute la personne la plus fascinante que jamais elle n'avait rencontrée, et de par sa beauté foudroyante, mais également grâce à son intelligence aiguisée et sa présence d'esprit constante, était aussi son amie.
Le Dieu créateur, jusque là trop discret, avait réalisé d'un coup tous les rêves de la jeune femme en lui offrant la possibilité de cotoyer la Reyne de si près.
Grâce à cela, sa vie avait changée.
Laureline Alagaësia était presque devenue une autre depuis...

Mais voilà, maintenant que Sa Majestée souhaitait la voir... elle avait de bonnes raisons d'être curieuse.
Et Laureline allait pouvoir lui raconter ce qui de son côté, la tourmentait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Guinevere_old
Admin
avatar

Nombre de messages : 699
Date d'inscription : 01/04/2006

MessageSujet: Re: La chambre de la Reine   Sam 20 Jan à 23:37

Un fin soupir de satisfaction s'échappa des fines lèvres entrouvertes de la Reyne, lorsque Laureline franchit le seuil de ses appartements.
Elle la salua d'un visage radieux, même si elle aurait bien voulu lui sauter dans les bras, mais c'était bien trop familier pour leur amitié nouvelle, et même pour une vieille amitié : elle était reine.
Cette bride qui sans cesse, chaque jour et chaque heure, la freinait dans son galop fougueux, aurait été insupportable pour Guenièvre, la Guenièvre câline, la Guenièvre impétueuse, la Guenièvre spontanée, si elle n'avait été depuis l'enfance élevée à être belle et sage.
On ne dresse pas un cheval sauvage sans le traumatiser; on le débourre jeune et presqu'à peine né.

Heureusement, à l'abri des regards, la jeune femme pouvait se permettre ses moments de folie.

Elle s'approcha de sa suivante, son sourire n'arrivant point à mourir.
Finalement, elle se permit tout de même un geste dépourvu d'affectation, quoique moins inconvenant qu'une embrassade : elle lui prit les mains. Cela montrait tout aussi bien toute l'affection qu'elle avait pour sa suivante.

-Que je suis heureuse que tu sois ici chère Laureline! Il s'est passé tellement de choses depuis la dernière fois que nous nous sommes vues!

Elle hésita instant tout de même à lui révéler ce qu'elle avait fait. Laureline avait beau être considérée comme une amie, jamais Guenièvre n'avait éprouvé son sens du devoir et de la moralité; et puis, moins de personne au courant, mieux c'est...
Aussi, elle décida de se donner un répit, le temps de savoir ce qu'elle devait dire ou non. Car se confier à sa suivante la démangeait malgré tout...

-Mais parle moi de toi, avant toute chose!

Et la Reyne lui lâcha les mains, fit volte-face, partit s'assoir sur son lit dans une posture nonchalante: mi-allongée, appuyée sur son coude droit. Cela n'avait cependant rien de choquant pour l'époque.
Elle proposa d'un geste discret de sa main libre à Laureline de s'installer à ses côtés.


-Que t'est-il arrivé durant ce temps où nous avons été loin l'une de l'autre?

_________________
A passé le flambeau
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La chambre de la Reine   

Revenir en haut Aller en bas
 
La chambre de la Reine
Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Un pot de Chambre, signé Jean Erich René
» Chambre des députés / Fin de Mandat / « Qu’ils partent », soutiennent la société
» La Reine est arrivée. Prosternez-vous. (Dante)
» Démission de la vice présidente de la Chambre de commerce
» «La Reine Nègre» Victor-Lévy Beaulieu s'explique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Camelot :: Archives :: Aile Ouest :: Les appartements de la Reine-
Sauter vers: