La Bretagne au VIe siècle, terre de mythes et de légendes. Arthur règne sur Camelot, entouré de ses Chevaliers...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La forge de Birskyn

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Sam 9 Sep à 19:34

Birskyn sourit. Il savait ce que ça faisait de se perdre. Il avait eu le même genre de problème à son arrivée. Il retira sa main de la jeune femme.

-Heureux d'avoir pu t'aider jeune fille ! Si jamais tu as un problème tu n'as qu'à venir me voir. Ma porte est toujours ouverte. Demande Birskyn -c'est moi. Forgeron de mon état ...

Il cogna du poing sur sa large poitrine. Elle rendit un bruit sourd de tambour qui le fit sourire. Il était fier de sa santé et de sa force.

Il recula d'un pas, hésita un moment puis fini par proposé gentiment

-Si tu veux, tu peux manger ici. Mes petits amis vont revenir avec un casse-croute. En partageant ... on auras assez ...

Il eu un hochement de tête assuré. Il ne doutait pas un instant.
Revenir en haut Aller en bas
Maëlan_old

avatar

Nombre de messages : 197
Localisation : Dans l'ombre de son chevalier
Date d'inscription : 28/07/2006

MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Sam 9 Sep à 19:52

Manger?? Arf... Par cette simple propositions, Birskyn ne savait pas quel duel il venait de reveiller dans la petite cervelle suractive de Maelan...

D'un cote, elle ne savait pas si accepter la proposition d'un etranger, aussi gentil qu'il pouvait sembler etait une bonne idee... Elle se souvenait vaguement des avertissements de sa mere lorsqu'elle etait plus jeune, a propos des hommes, et plus particulierement des inconnus...

De l'autre, refuser aurait pu etre pris comme un affront... On ne refuses pas les cadeau des pauvres! Ne cessait de lui repetter son pere... Bon il est vrai que Birskyn ne semblait pas etre le plus pauvre de la ville, mais il ne semblait pas non plus etre le plus riche. Elle n'avait aucune idee du statue social que donnait le titre de forgeron...

Et puis, comme pour mettre fin a toutes ses interrogations, son estomach sembla se nouer en lui hurlant d'accepter son invitation... Heilen lui avait souvent repeter qu'il fallait suivre les besoins de son corps, et il semblait que celui ci criait famine.

Elle sourit donc apres quelques secondes de reflections, son cerveau travaillait bien vite en general, et repondit sur une voix enjouee.


"Je vous remercie de votre offre genereuse..."

Elle rougit legerement en baissant les yeux, se trouvant finalement bien hardi pour accepter une telle proposition.

"Je serais heureuse de manger quelque chose... Mais je ne voudrais pas vous priver de quoi que se soit! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maitresloups.4umer.com/index.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Sam 9 Sep à 22:46

Il éclata de rire.

-Tu risques surtout de me priver d’un peu plus de bonheur si tu pars maintenant. Je suis toujours heureux d’aider tous ceux qui toquent à ma porte –si j’ose dire.

Il écarquilla soudain les yeux en fixant l’épaule de la jeune fille. Il désigna du doigt une large tache. Le vêtement était noire de suie la où il avait posé sa main précédemment.

-Mince ! J’avais oublié ! Attends, on doit pouvoir en enlever une partie à l’eau. Attends.

Il rentra dans son atelier en retirant sa grande veste sombre, dévoilant un torse puissant aux poils blancs et un dos musculeux. Il attrapa un seau, le remplit d’eau et ressortit en penchant d’un côté. Il posa le seau à l’entrée de sa forge et s’y trempa rapidement les mains. Il prit sa veste et en trempa une partie dans l’eau. Il l’essora et s’approcha de la jeune fille. Tendant le tissu humide il demanda :

-Tu permets ?

Les enfants revenaient déjà en portant qui un pain, qui un morceau de lard, qui un chiffon cachant son apport. Certains avaient un fruit, d’autre un légume encore terreux. Ils s’immobilisèrent à l’entrée de la forge se tenant à un mètre des adultes, les examinant avec une curiosité pure, sans trace de moquerie ou de pitié.
Revenir en haut Aller en bas
Maëlan_old

avatar

Nombre de messages : 197
Localisation : Dans l'ombre de son chevalier
Date d'inscription : 28/07/2006

MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Sam 9 Sep à 23:03

Maelan aurait aimee lui dire que ce n'etait pas grave, sa robe etait deja maculee de boue, alors pourquoi pas un peu de suie! Mais l'homme avait deja disparut dans sa forge...

Elle attendit donc quelques minutes, se balancant doucement d'un pied a un autre, plantee en pleine rue... Elle en profita pour regarder un peu autour d'elle... Il lui semblait qu'elle etait deja passee par la dans la matinee, mais sans en etre reelement sure...

Birskyn ressortit enfin, torse nu, ce qui ne choqua pas plus Maelan. A vrai dire, en travaillant dans les champs, il est rare qu'un paysan garde sa chemise...

Il trempa alors un morceau de sa veste dans de l'eau, et lui demanda la permission de lui nettoyer l'epaule... Elle ne voyait pas bien quel mal il y voyait pour lui demander la permission, et sourit en secouant la tete positivement.

Elle rougit tout de meme legerement, pas de son geste, mais plutot du fait qu'il le fasse lui meme. Elle n'avait pas l'habitude qu'on la nettoie en realite... Ni elle ni ses affaires!!


"Ne vous tracassez pas pour ca... Ma robe a deja bien besoin d'etre lavee..."

Les enfants etaient revenues, chacun avec un tresor different, et Maelan se demandait bien d'ou ils pouvaient sortir tout ca... L'innocense de la jeunesse!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maitresloups.4umer.com/index.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Sam 9 Sep à 23:23

Il se gratta la tête un moment, tenant bètement sa chemise mouillée à la main. Il était vrai que sa robe était bien sale. C'était assez triste vu la beauté de la demoiselle. Elle aurait valu qu'on s'occupe mieux d'elle. Il eu un sourire chagriné.

-Tu as raison ...

Il balança la veste sur son établi, saisit le seau de part et d'autre, le souleva à hauteur de son visage et sourit de toutes ses dents. Et il se versa la totalité du seau sur la tête. Une cascade d'eau lui applatit les cheveux et dévala sur son corps, évacuant la chaleur et la saleté de la matinée. Dégoulinant, il reposa le seau et rit de bon coeur avec les gosses.
Ils étaient 14 à s'esclaffer dont le plus jeune s'accrochait désespérement aux jupes de sa grande soeur sans comprendre l'hilarité des grands. Le plus vieux ne devait pas avoir 15 ans et était assis sur une petite enclume, riant lui aussi.
Des passants se joignirent au fou rire communicatifs de la petite assemblée et s'arrétèrent pour regarder l'homme qui était connu dans le quartier.

-Ah ! Ca fait du bien !

Le vieux forgeron s'ébroua comme un chien, éclaboussant l'assistance qui redoubla de rire devant sa pantomine en se protégeant des goutelettes froides.
Revenir en haut Aller en bas
Maëlan_old

avatar

Nombre de messages : 197
Localisation : Dans l'ombre de son chevalier
Date d'inscription : 28/07/2006

MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Sam 9 Sep à 23:37

Si elle c'etait attendue a ca... Elle ne fut pas dans les derniere a eclater de rire d'ailleur! Passe les premieres secondes d'ettonnement... Un rire claire, franc comme l'or, bien semblable a ceux de la douzaine d'enfants qui se tenait autour d'eux... Douze ou meme plus d'ailleur, elle n'avait pas vraiment prit le temps de les compter....

Toutes ses aprehensions a propos du forgeron, s'il y en avait eut, avaient disparus a present. Elle fit comme le reste des gens, se cachant le visage lorsqu'il s'ebroua, riant de plus belle.

Finalement, il n'y avait pas que des rabas joie dans cette ville!! Mais maintenant que celui ci etait propre, voir meme degoulinant, elle se dit qu'elle devrait en faire autant... Elle avait encore les mains pleine de boue de la veille, et sa frimousse ne devait pas etre plus jolie a regarder!


"Me permettrez vous d'en faire autant, et de me rincer les mains dans votre forge? J'ai fais... Une mauvaise chute se matin, et cela me deplairai de gacher la nourriture!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maitresloups.4umer.com/index.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Sam 9 Sep à 23:49

Il la regardait, une joie tranquille brillant au fond de ses yeux.

-Voila un rire qui me plait ! Vas-y, je t'en prie ! On va aussi chercher quelque chose d'autre à mettre. Myrdin !

Le jeune homme interpellé s'élança aussitôt et disparut bien vite.
Les autres étalaient un drap brun sur le sol et y disposait leur précieux butin. La foule se dispersa. Seul un homme resta et s’approcha du forgeron. Il lui glissa un mot à l’oreille. L’autre répondit d’un hochement de tête et l’homme s’éloigna à son tour.

Birskyn invita la jeune fille à entrer dans la forge aux portes grandes ouvertes. D’ailleurs, on pouvait voir le brasier et l’atelier depuis l’extérieur.

-Viens … Comme t’appelles tu jeune fille ?

Il ramassait sa veste qu’il remit avec ses autres vêtements, dans un encart du mur, rangeait quelques outils qui trainaient.
Revenir en haut Aller en bas
Maëlan_old

avatar

Nombre de messages : 197
Localisation : Dans l'ombre de son chevalier
Date d'inscription : 28/07/2006

MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Dim 10 Sep à 0:01

"Maelan, je m'appelle Maelan!"

Dit elle en rougissant de plus belle, entrant a sa suite. Quelque chose pour se changer?? C'etait bien plus qu'elle n'en demandait... Deja, un repas c'etait beaucoup! Alors un nouvel habit...

Elle pensait surtout a la tete que ferait Heilen lorsqu'elle le retrouverai... D'ailleur, ne s'inquiettait il pas de ne pas la voir revenir? En verite elle n'en savait rien... Elle avait bien l'impression que le vieu chevalier bougon avait fini par se faire a sa presence, et meme s'attacher d'une certaine facon a elle, comme elle a lui, mais apres tout, elle n'en etait pas sure...

Elle regarda autour d'elle, la forge qui s'offrait a ses yeux, avec ettonement d'ailleur! C'etait bien la premiere fois qu'elle mettait les pieds dans un endroit pareil! L'odeur acre du brasier et du metal dernierement en fusion, la chaleur qu'il rependait, des outils et des armes qui trainaient un peu partout...


"C'est vous qui avez forge tous ca?"

Demanda t'elle avec naivete et aparemment impressionnee qu'un seul homme puisse abattre autant de travail tout seul.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maitresloups.4umer.com/index.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Dim 10 Sep à 0:25

Un sourire bien différent de tous ceux qu'il avait déjà montré passa furtivement sur son visage. Il saisit délicatement un marteau au bout arrondi, sa main l'empoignant avec sureté dans l'usure du bois aussi vieux que la main qui le tenait.

-Oui, souffla-t-il. Tout cela, est mon travail. C'est toute ma vie et ce n'est pas peu dire. Saches que nous autres forgeron faisons nos propres outils qui nous accompagne jusqu'à notre mort si cela est possible.

Il fit un tour sur lui même en englobant tout l'atelier avec ses bras.

-Les marteaux, les pinces, les scies, les armes ... J'ai tout forgé, tout travaillé. Chaque instrument à son histoire, son nom à lui. Ce sont de fidèles compagnons qui m'accompagneront jusqu'à mon dernier souffle si les ancètres le veulent bien.

Les enfants, impatient, entrèrent eux aussi dans la forge, saisissant les outils, faisant semblant de travailler en copiant les gestes du foregron qu'ils avaient tant regardé. Les plus petits se poursuivais en piaillant, trainant une lourde pince dans la poussière. Les plus grands mimait d'un air aussi sévère que comique une farce que le forgeron avait fait. L'un d'eux commenca à cogner sur l'enclume principale.
Birskyn s'approcha doucement de lui. Le prenant par le bras, il accompagna son mouvement incertain et, entre les martèlements sourd, une note aigue et pure s'éleva dans la forge. Tous s'immobilisèrent.
Le gamin cognait à coups redoublés sur l'enclume, tirant une musique fantastique du large morceau de fer endormie.
Birskyn l'arréta.

-N'abuse pas de cette magie Laou ...

Myrdin revint à ce moment, portant un tissu blanc entre les mains. Il le tendit au vieux forgeron. Celui-ci le saisit délicatement.

-Tu as prévenue ta soeur ?

L'enfant hocha de la tête.

-Bien. Viens Maëlan, Vous les enfants, attendez nous ici sans faire de bêtise d'accord ?

Il sortit tandis qu'un joyeux vacarme recommencait à l'intérieur. Il accompagna la jeune fille à la porte annexe, la fit entrer et lui tendit la robe.

-Tiens, monte, change toi et redescend moi ta vieille robe.


[HJ : C'est une robe en lin blanc qui risque d^'être un peu grande pour toi mais jolie sans pour autant avoir de fanfreluches.]
Revenir en haut Aller en bas
Maëlan_old

avatar

Nombre de messages : 197
Localisation : Dans l'ombre de son chevalier
Date d'inscription : 28/07/2006

MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Dim 10 Sep à 0:49

Pendant qu'un joyeux remu menage reignait dans la forge, Maelan continuait de deambuler lentement, jetant par la meme occasion un oeil a tout ce qui tranait a sa portee...

Elle ne perdait pourtant aucunes paroles du forgeron. Elle commencait meme a se demander si ces enfants, ou au moins la moitier, ne lui apartennait pas, mais elle n'eut pas le temps de poser a question...

Le jeune Myrdin etait revenu, charge de la robe de sa soeur semblait il... Elle suivit le forgeron jusque dans une autre piece, ou il la laissa seule pour se changer...

Elle eut vite fait d'enlever sa vieille robe dechiree et tache, et d'enfiler la nouvelle...

Son tissu, legerement rugueux, etait tout de meme des plus agreable a porter. Elle tenta de demeler un peu ses cheveux a l'aide de ses doigts, mais c'etait peine perdu... Elle avait une criniere bien trop epaisse pour tenter quoi que se soit!

Elle se dirigea alors vers la porte de nouveau, impatiente de retrouver le forgeron... Elle poussa la porte, et entra avec peut etre un peu trop d'enthousiasme.

Elle se prit les pieds dans la robe, qui etait certe tres agreable a porter, mais sans doute un peu grande, et trebucha plusieurs fois... Avant de se redresser en levant un bras, tenant de l'autre le bas de cette fichu robe qui semblait determinee a la voir par terre.

Elle eclata de rire de sa propre maladresse, et rougit legerement en haussant les epaules... Elle semblait nager dedans... Son epaule gauche etait denudee apres ses acrobaties involontaires, laissant voir sa peau blanche, et non tachee de rousseur par l'exposition au soleil...


" Et bien... Voila..."

Elle se pencha pour ramasser sa robe qui avait fini sous ses pieds, et se raprocha du forgeron en prenant bien garde de tenir le bas de la robe cette fois ci.

"Merci pour tout ce que vous faites... Je ne sais comment vous remercier! Si je peux faire la moindre chose..."

A vrai dire, elle n'avait pas la moindre idee de ce qu'elle pourrait faire pour lui... Peut etre le menage de sa forge?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maitresloups.4umer.com/index.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Dim 10 Sep à 1:08

Des éclats de rires acceuillirent la jeune fille. Elle flottait un peu dans sa robe et sa perte d'équilibre avait fait rigoler jusqu'aux plus petits. Birskyn s'y était joint. Il avait ramené un large pain un peu sec qu'il découpait et un jambon qui avait déjà été distribué à la ronde.

-Elle te vas très bien jeune fille ! Et on dirais que tu as été accepté par mes petits compagnons. Regarde les rire ! Ils savent être cruel et aurait pu te faire très mal tu sais ... Enfin ! Viens manger, ta part est là et ... Hey !!

Il attrapa un toute petite gamine qui oscillait encore sur ses deux jambes et tentait de retourner près de sa soeur avec le repas de Maëlan. Il la saisit par son petit bras potelé et récupéras le pain et le jambon.

-Rends ça Hywell ! Ce n'est pas bien !!

Son visage devint sévère un moment et, sans lacher la gamine qui commencait à pleurer, il la sermonna.

-Tu ne dois pas prendre ça ! C'est la part de Maëlan et c'est très mal de lui prendre !

La petite esseya de se libérer et pleurnicha.

-Maiiiis naaaaannnn ....

Il la laissa aller en faisant les gros yeux. Elle courut se réfugier de sa démarche hésitante dans les bras de sa soeur. Le sourire revint sur le visage du forgeron.

-Tiens ! Et la seule chose que tu peux faire pour moi, c'est de continuer à rire comme tu as fait tout à l'heure. Et maintenant ! Bonne apétit les petits !!

Et il mordit à pleine dent dans sa ration. La sécheresse du pain et le sel du jambon séché lui assécha la bouche qu'il rinca d'une large gorgée d'eau prit à même son broc. Autour de lui, les gamins faisaient de même après avoir répondu poliment.
Revenir en haut Aller en bas
Maëlan_old

avatar

Nombre de messages : 197
Localisation : Dans l'ombre de son chevalier
Date d'inscription : 28/07/2006

MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Dim 10 Sep à 1:30

"Bon apetit!"

Elle trouva une place au bord de l'atre, mettant son ancienne robe sous ses fesses pour ne pas tacher la nouvelle de suie.

"Tout ces enfants, d'ou viennent ils?"

Demanda t'elle, alors qu'elle avait recupere sa part. Elle croqua ensuite a belles dents dans le jambon, tirant sur la viande cru un moment avant que celle ci ne se dechire, puis croqua un bon morceau de pain... Il etait facile de voir dans ses manieres qu'elle avait ete elevee a la campagne..!




Hs: Chuis desolee du mini post, j'ai l'esprit un peu encombree, ca me donne du mal a trouver mes mots! :S
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maitresloups.4umer.com/index.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Dim 10 Sep à 1:44

Birskyn s'arréta de manger et regarda les enfants qui dévoraient à pleines dents. Ses yeux se firent rêveurs et il répondit d'une voix éthérée.

-Ce sont ... mes petits. Pour la plupart, c'étaient des gamins qui trainaient dehors, sans famille. Je les ai receuilli, soigné et mis dans de vrais familles. Pour les autres, ce sont les enfants de ces mêmes familles qui suivent leurs nouveaux frêres et soeurs jusqu'à chez moi. Je ne peux pas les acceuillir chez moi. Ce n'est pas que je manque d'argent de place ou de temps mais ... Il leur faut une famille plus sérieuse que moi. Je suis un vieil ours acariatre quand je m'y met. Un père et une mère sont plus important.

Il resta dans le vague un moment tandis que l'agitation règnait. Les gamins se poursuivaient déjà, ke repas dans la main dans les moindres recoins de la forge, organisant une partie de cache-cache spontanément. Birskyn se réveilla un peu.

-Je suis le grand-père de tous les enfants qui ont une oreille pour mes histoires. Je les chéris plus que ma forge ...

Il sourit et machonna une bouchée. Il regarda les petits s'amuser dans son atelier, reprenant tel ou tel.

-Laou, Levias, Rosenn ! Ne vous approchez pas trop du feu !!
-Aenor ! Occupe toi d'Oan au lieu d'embéter ta soeur !
-LAOU ! J'ai déjà dis moins près du feu ! Petit inconscient, tu tiens tant que ça à te faire punir ?!

Et les gamins courbaient la tête, rechignaient et repartaient jouer avec les autres.


[HJ : J'te comprend ^^ Dernier post pour moi ! Bonne nuit ...]
Revenir en haut Aller en bas
Maëlan_old

avatar

Nombre de messages : 197
Localisation : Dans l'ombre de son chevalier
Date d'inscription : 28/07/2006

MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Dim 10 Sep à 3:32

Maelan, qui apres avoir mange la moitier de son repas avait deja l'impression d'en avoir avale assez pour toute la journee, posa le reste sur sa cuisse. Elle regarda alors les petites bouilles cavalant dans tout les coins une par une...

Certains n'etaient pas bien plus jeunes qu'elle en realite, les plus calmes d'etre eux, ceux qui prennaient soins des plus petits... Elle ecouta alors son discour. En realite, il etait un peu comme Heilen... Sauf qu'Heilen lui, la gardait a ses cotes.

Elle fronca les sourcils... Enfin... Peut etre qu'il ne l'avait garde sous sa protection que jusqu'a Camelot... C'etait le terme de leur premiere parole, avait il l'intension de se debarasser d'elle a present??

Elle secoua la tete pour chasser ses idees stupides.


"Pourquoi faites vous ca pour eux?"

C'est un peu comme si elle posait la question a Heilen... Jamais elle n'aurait ose lui demander une telle chose, mais peut etre trouverait elle dans la reponse du forgeron un soupcon de reponses a ses questions...

"Il ne sont rien pour vous, alors pourquoi les aider? Que vous apportent ils?"

Cette question la tracassait deja depuis bien longtemps... Seulement, elle se contentait d'ecouter son chevalier, de le servir, et de lui poser des question pour decouvrir le monde, mais leur relation... Ca, ca restait un sujet tabou, aussi bien pour l'un que pour l'autre. Il en etait ainsi depuis qu'il l'avait prise pour ecuyere jusqu'au portes de Camelot...


Hs: Vi bonne nuit a toi aussi!! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maitresloups.4umer.com/index.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Dim 10 Sep à 15:57

Un sourire mélancolique passa sur ses traits. Ses yeux suivaient les gamins en folie. Il répondit sans la regarder.

-On a toujours besoin de quelqu’un qui vous apporte son amour. Ma seule famille c’est eux. Ils sont plus importants pour moi que la prunelle de mes yeux. Ils réchauffent mon cœur mieux que ma forge réchauffe mon corps. Souviens toi bien de cela jeune fille ! L’amour est plus fort que tout. Sans amour, un homme meurt.

Il découpa un morceau trop dur qu’il engouffra dans sa bouche. Il mâchonna un moment en réfléchissant. Il déglutit et pointa son couteau vers Maëlan et plongea son regard dans les yeux verts.

-Toi-même, tu me sembles bien jeune ! Tu as quelqu’un pour s’occuper de toi ici ?
Revenir en haut Aller en bas
Maëlan_old

avatar

Nombre de messages : 197
Localisation : Dans l'ombre de son chevalier
Date d'inscription : 28/07/2006

MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Dim 10 Sep à 16:22

La petite crapule qui avait tente de lui voler son repas la regardait maintenant avec de grand yeux triste... Maelan, tout en ecoutant Birskyn lui fit un petit sourire, et lui tendit la fin de son repas...

Celle ci le prit avant de retourner se cacher derriere sa grande soeur. Maelan regarda alors de nouveau le forgeron, mettant un certain temps a comprendre sa question, remettant ses idees en place.


"Hein? Oh oui! Oui bien sure, je suis sous la protection d'un chevalier... Enfin... Je suis son ecuyere en realite..."

Elle se demanda s'il allait la croire... A premiere vue, cela devait sembler si farfelu!!

Elle se redressa alors un peu, et dit avec un brin de fierte:


"Et puis, je ne suis pas si jeune que ca vous savez, j'ai deja passe 17 printemps!"

Soudain elle s'arretta, le fixant tout d'un coup avec un air nouveau... Elle se releva meme, et vint poser sa main sur son enorme bras.

"Dites... Vous qui etes forgeron, vous devez voir souvent des chevalier ici, n'est ce pas?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maitresloups.4umer.com/index.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Dim 10 Sep à 17:13

Les enfants se calmaient peu à peu. Il formèrent un cercle autour du forgeron. La petite Hywell vint même prendre la part de Maëlan bien que le vieil homme lui fasse les gros yeux. Uns fois la nourriture récupérée, elle courut se réfugiée derrière sa grande soeur. Birskyn sourit dans sa barbe et regarda la demoiselle.

Ses sourcils se dressèrent d'étonnement. Il n'avait jamais entendu parler d'une fille écuyère. Mais il ne fit nul commentaire et répondit en prenant le plus petit garçon sur ses genous.

-Bien sur. Ils sont nombreux à me demander armes ou armures et sont prèts à payer très cher mon art. Pourquoi ? Tu cherche quelqu'un ?

Les gamins les entouraient à présent en chahutant. Il y en avait trois à leur pied, une petite fille se posta devant Maëlan et tendis ses bras pour monter dans ses bras, Myrdin vint à côté d'elle. Les plus grands garçons pouffèrent et s'assirent sur l'établi, derrière leur grand-père qui était assis sur une chaise. Les derniers enfants roulèrent des billots de bois et une enclume qu'ils utilisèrent comme siège.
Ils continuaient à papoter gaiement mais semblait attendre quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Maëlan_old

avatar

Nombre de messages : 197
Localisation : Dans l'ombre de son chevalier
Date d'inscription : 28/07/2006

MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Dim 10 Sep à 18:25

Maelan ne fit pas d'histoire pour prendre la petite fille dans ses bras... Elle l'installa confortablement contre sa hanche, restant debout devant le forgeron.

"Oui... Je cherche... Je cherche mon frere... Il voulait venir a Camelot pour devenir chevalier..."

Dit elle en souriant faiblement. il y avait longtemps qu'elle n'en avait pas parle... Meme Heilen n'etait pas au courant de sa quette, du moins elle ne souvenait pas lui en avoir parle...

"Il est bien plus grand que moi, mais nous avons les memes cheveux roux... On se ressemble beaucoup parait il... Mael est son nom. Vous ne l'auriez pas vu?"

Son regard etait devenu suppliant, presque embue de larmes... Elle craignait sa reponse, mais se languissait de l'entendre en meme temps...

Elle n'avait pas remarque que le calme se faisait de plus en plus, les enfants s'installant peu a peu autour du forgeron, ni leur regard attentifs et impatient se tourner vers lui...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maitresloups.4umer.com/index.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Dim 10 Sep à 18:58

Le forgeron paru embarrasser. Visiblement, elle cherchait son frère. Il semblait revêtir beaucoup d'importance à ses yeux. Autant que ses gamins aux siens. Il hocha tristement la tête.

-Non Maëlan. Je n'ai pas vu ton frère ... je suis désolé.

Il soupira.

-Je ne suis pas le seul forgeron de Camelot. Je me targue d'être l'un des meilleurs mais jamais je n'ai eu un grand homme roux. Il a du aller ailleurs. J'ai de nombreux confrères ici. Il faudrait que tu les voies.

Il se tu juste le temps que le garçonnet qu’il tenait sur ses genoux bégaie avec un doigt dans la bouche.

-Histoaareuuu …

Il se pencha sur l’enfant et passa son gros doigt dans le petit cou. L’enfant pépia en se cachant la figure entre ses mains.

-Oui Oan.

Il releva la tête vers la jeune fille.

-Maëlan … Tous les jours, après le repas, je raconte une histoire aux enfants. Veux tu l’écouter ou préfère tu essayer de chercher de suite ton frère ?
Revenir en haut Aller en bas
Maëlan_old

avatar

Nombre de messages : 197
Localisation : Dans l'ombre de son chevalier
Date d'inscription : 28/07/2006

MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Dim 10 Sep à 19:29

"Oh oui alors!!"

Une histoire?!! Pas besoin de lui dire deux fois! Elle reposa la petite fille sur le sol, s'assit par terre, aux pieds meme du forgeron, et repris la petite puce sur ses genoux. Elle releva la tete vers lui, prette a ecouter de toute ses oreilles...

Pour ca, encore plus que pour le reste, Maelan remerciait le ciel d'avoir mit le forgeron en travers de son chemin... Elle avait toujours ete une grande fan de contes et de fables, que sa grand mere lui racontait les soir d'hiver au coin du feu lorsqu'elle etait encore de ce monde.

Maintenant c'etait elle qui racontait ces memes histoires de fees, sorcieres et lutins a Heilen, lorsque celui ci bougonnait un peu moins que d'habitude et que la route se faisait longue...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maitresloups.4umer.com/index.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Dim 10 Sep à 22:06

Le visage du forgeron s’éclaira. Il caressa la tête blonde assise devant lui et commença à parler d’une voix profonde et envoûtante. Un silence religieux se fit parmi les enfants qui écoutaient, les oreilles grandes ouvertes.

-Aujourd’hui, nous allons remontez loin, très loin. Quand je n’étais encore qu’un jeune fou. J’étais alors aux frontières du pays, à combattre les barbares du Nord. Ils avaient attaqués par une nuit sans lune, afin de nous prendre au dépourvu. Le camp était encore endormi quand ils nous tombèrent dessus. Quelques rares torches éclairaient une bataille confuse. J’était sorti torse nu de ma tente, juste armé de mon épée. J’aperçus une silhouette, un pas devant moi et sans réfléchir je frappais. L’homme s’effondra et je m’esquivais hors du camp. Je me suis retrouvé tout seul avec des ennemis partout dans les environs. J’ai foncé pour m’échapper et du résoudre plusieurs combats. A la fin, j’étais complètement perdu et je commençais à avoir froid. Je ne savais plus par où aller. J’ai marché droit devant moi, sans m’arrêter, toute la nuit et quand le jour s’est levé, j’avais laissé loin derrière moi la tuerie. Mais je ne reconnaissais rien. J’ai encore avancé pendant toute une journée. La fin et le désespoir commençaient à me gagner. J’ai compris que je m’étais profondément enfoncé dans les lignes ennemies et je croisais de plus en plus de patrouilles. Chaque fois, je me cachais et je réchappais à un cheveu d’une mort certaine.

Le silence régnait et le forgeron s’animait. Il commença à mimer son récit. Les petits étaient suspendus à ses lèvres.

-J’ai fait demi-tour dans l’espoir de retourner chez les notre. Mais je ne parvenais plus à franchir la limite entre les deux armées que j’avais passée impunément de nuit. Toujours aussi affamé et glacé par le temps, je ne savais plus quoi faire. A un moment, je n’en pus plus, je m’effondrais dans une clairière, à bout de force et je sombrais dans un sommeil mortel. Alors que je crus que c’était la fin, une aura douce, chaude, luminescent m’englobas. La faim et la soif me quittèrent et je sentis mes gelures disparaître. Alors, une voix douce, musicale retentit à mes oreilles. Et cette voix me dit : « N’abandonne pas, guerrier de la foi, tes compagnons doivent encore être vengés … ». Morrigane m’exclamais-je! Et c’était elle. La déesse de la guerre, des Corbeaux aux milles visages. Et la voix retentit, plus dure, plus froide. « Oui, guerrier, c’est moi. Vas-tu abandonner tes camarades comme cela, vas-tu laisser leur âme errer ici bas sans leur apporter la vengeance qu’ils réclament ? ». Jamais ! m’écriais-je ! Mais je ne peux rien faire pour le moment. Je suis seul et las. La déesse m’interrompit : « Ai-je jamais abandonné les miens, Birskyn ? Tu n’es pas seul … » Et sa présence s’effaça. Je me réveillais dans la clairière, toujours seul mais je ne sentais plus la fatigue ni la faim ni le froid. Toute peur avait disparu de moi. Une idée était marquée au fer rouge dans ma tête. Je ramassais mon épée et dis d’une voix farouche et meurtrière : « Les traîtres vont payer leur crime ! ». A ces mots, une note pure, puissante sortit d’un cor non loin de moi. Et apparurent sous mes yeux ébahis une horde de créatures que je n’aurais jamais imaginé. Des êtres sylvains, aux longs cheveux bruns ou blonds finement tressés et aux yeux aussi verts que ceux de notre ami Maëlan.

Tous se tournèrent un moment pour contempler le vert des yeux en question puis les regards revinrent sur le vieil homme qui sourit gentiment à la jeune fille.

-Ils portaient des armures de cuir, des lances en bois et en pierre, de large rondache frappées d’une tête de corbeaux ou de cerfs. Ils avaient d’innombrables colliers fait de petites perles et de plumes de toutes les couleurs. Des faunes, mi-homme mi-bouc, gambadais de ci de la et de petites fées virevoltaient entre leur rang. Il y avait aussi des centaures aux muscles saillants qui restaient en retrait, doté d’arc et d’épées. Je restais stupéfait devant cette armée surgie de nulle part. Le plus grand, le plus majestueux des sylvains s’approcha de moi. Il posa une main aux doigts longs et déliés sur mon épaule et me parla. « Voila qui est mieux, Udeinar. Nous attendions tes paroles. Guide nous et sois le fer de la lance qui châtiera ces fourbes. ». Un mugissement d’approbations éclata dans son dos et l’on me tandis une nouvelle épée et un bouclier. Levant mon arme je m’élançais avec vélocité. « A mort !! » Le cri fut repris derrière moi tandis que la troupe me suivait. Nous croisâmes quelques troupes qui furent anéantis par notre seule force. Je me dirigeais avec une certitude que j’étais loin d’imaginer et je revenais bien vite à mon camp initial. Une juste colère bouillonna en moi devant le massacre de mes compagnons qui avaient été laissés tel quel. Nous nous précipitâmes sur le campement adverse qui fut rasé. Nul n’échappa à notre vengeance et le soir tomba sur un champ de cadavres. Mes émotions reprirent le dessus et je m’effondrais en pleurant les morts. Les sylvains ne connaissent pas la pitié. Je tombais dans une torpeur proche du sommeil et quand je me réveillais, tous les sylvains avaient disparus, emmenant avec eux le bouclier qu’ils m’avaient fourni mais me laissant leur épée finement sculptée. Le soir tombait mais mon âme pleurait les morts. Je passais la nuit à incinérer tous les corps sans vie. Les larmes coulaient sur mes joues. L’aube se leva sur une fumée acre qui montait des restes de ceux que j’avais connu, ou pas. Tout mon corps était meurtri mais mon âme connaissait le répit d’avoir aidé tous les morts à rejoindre Dana, notre mère à tous. C’est effondré que la patrouille suivante me trouva. On me soigna et me félicita. Ainsi se termine mon histoire de ce midi.

Un soupir de regret s’éleva de la petite assistance. Hywell regardait sans comprendre le forgeron.

-Aco !

Une petite fille bougonna.

-Elle était trop courte !

Un garçon surenchérit.

-Oui ! D’habitude, elles durent plus longtemps !!

Birskyn sourit et secoua doucement la tête.

-Non les enfants. Aujourd’hui j’ai du travail. Allez, filez !

Les enfants se levait, Hywell commença à sangloter en piaillant « Aco ! Aco ! » mais sa sœur la prit dans ses bras et s’éloigna avec les autres.

-Myrdin ! Reste avec nous s’il te plait.

L’interpellé se retourna et revint près de Maëlan, tout content. Le forgeron regarda la jeune fille.

-Alors ? Cela t’a plu Maëlan ?


Dernière édition par le Dim 10 Sep à 23:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Maëlan_old

avatar

Nombre de messages : 197
Localisation : Dans l'ombre de son chevalier
Date d'inscription : 28/07/2006

MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Dim 10 Sep à 22:57

A peine Birskyn avait il ouvert la bouche, que Maelan se laissa entraine par le fil du recit... Elle avait les yeux grand ouverts, fixant le vieu forgeron avec une admiration sans bornes, la bouche legerement entrouverte, comme figee, hyptnotisee...

Elle etait d'ordinaire plutto remuante comme femme-enfant, presque hyper active, toujours remuant, questionnant ou racontant, mais le simple recit d'un conteur suffisait a l'immobiliser, pendant des heures entieres meme!

Elle oubliait tout ce qu'il y avait autour, suspendu aux levres du conteur, en oubliant presque de respirer! Elle sentait son coeur battre a une allure inconsideree lorsque tout semblait perdu, que l'espoir avait abandonne notre heros conteur, et que celui ci tombait dans une clairiere....

Puis elle retein une exclamation de stupeur et de surprise lorsque les sylvains se joignirent a lui pour venger les morts, tombes au combats...

Bref, en conclusion, aimer etait un bien faible mot en comparaison de ce qu'elle avait ressentit. Aussi, lorsque le forgeron, apres avoir renvoye gentillement sa petite marmaille grouillante et galopante lui demanda si elle avait aimee, elle repondit avec un enthousiasme non faint:


"Oh oui alors!!! J'aurais voulu que vous en racontiez plus!! Cette histoire vous est vraiment arrivee en vrai?? Ou est ce que c'etait? Vous etiez donc chevalier avant d'etre forgeron?"

Il l'avait cherche... La langue de Maelan c'etait enfin deliee, oubliant toute ses aprehensions liees a l'etique! Elle etait redevenue la petite fille qu'elle repugnait de ne devoir plus etre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maitresloups.4umer.com/index.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Dim 10 Sep à 23:13

Son sourire plaqué sur son visage il répondit doucement.

-Je n'ai jamais été chevalier. Je me suis engagé comme soldat et j'ai longtemps guerroyé à la frontière Nord du pays. Les Pictes sont des hommes comme nous, juste un peu plus possesseur. Ils n'ont pas aimé qu'on s'empare de leur terre. Mon histoire est en parti vrai. Mais il ne faut pas le dire. Ils ne te croiraient pas.

Il tendit une main pour aider Maëlan à se relever.

-Je suis heureux que cela t'ai plu. Mais il est temps pour moi de reprendre le travail. Et pour toi de retrouver ton frère. Myrdin va t'aider. Il connait Camelot comme sa poche et t'emmèneras ou tu voudras ! N'est-ce pas Myrdin ?

Le jeune homme avait du mal à cacher sa joie.

-Oh oui ! Et tu sais, quand je serais grand, je ferais comme lui ! Je deviendrais un grand guerrier de la foi !

Il s'exprimait avec la naiveté d'un enfant mais Birskyn le repris durement.

-Non Myrdin ! Je t'ai déjà dit que la guerre est mauvaise et qu'il ne faut pas s'en méler ! Et puis ... J'aurais bientôt besoin de toi ici !

Le jeune homme écarquilla les yeux.

-Vrai ?

Le forgeron hocha la tête. Un hourra sortit de la poitrine de l'adolescent. Il fit une pirouette.
Birskyn le saisit par le bras.

-Maintenant, vous devez y aller ! Dépèches toi ! Allez y.

Il poussa le garçon vers la sortie et se tourna vers la jeune fille.

-Maëlan, ma porte est toujours ouverte aux amis et aux enfants ! Si tu as des problèmes revient me voir ... et puis, je raconterais une autre histoire demain midi ...
Revenir en haut Aller en bas
Maëlan_old

avatar

Nombre de messages : 197
Localisation : Dans l'ombre de son chevalier
Date d'inscription : 28/07/2006

MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Dim 10 Sep à 23:42

Elle fronca legerement les sourcils lorsqu'il lui repondit qu'il lui fallait se remttre au travail... Maintenant, elle aurait pu passer le reste de l'apres midi a lui poser des questions!! Mais lorsque Birskyn lui dit qu'elle pouvait revenir le voir des qu'elle le voudrait, un sourire rayonnant se reinstalla sur son visage.

La joie de Myrdin semblait communicative, et voila que Maelan fremissait de nouveau d'impatience a l'idee de cavaler dans les rues de Camelot a la recherche de son frere... Elle en avait meme oublie Heilen pendant un moment!!

Dans un elan de joie et de reconnaissance, elle grimpa en equilibre sur un bout de bois, qui trainait toujours depuis que les enfants etaient repartis chez eux apres l'histoire, et deposa un baiser d'une fraicheur enfantine sur la joue du vieu forgeron.


"Merci pour tout ce que vous avez fait pour moi! J'essairais de revenir vous voir des que je le pourrais..."

Elle partit alors en courant vers la sortit, laissant derriere quelques nottes de son rire cristalin avant de disparaitre en un eclair cuivre a la suite du jeune Myrdin...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maitresloups.4umer.com/index.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Lun 11 Sep à 0:14

Birskyn se laissa faire. Il avait l'habitude de recevoir des bisous à tout va et surtout des biens baveux. Il salua la jeune fille qui partit à toute vitesse et cria juste avant qu'elle ne disparaisse.

-Tu seras la bienvenue !

Il resta là un moment, la main levé puis il replongea dans son travail. Les enfants avaient tout dérangé comme d'habitude. Il commença à ranger méthodiquement tout ce qui traînait. Des marteaux, des cisailles, des piques, des pinces. Certains avaient du jouer dans le charbon car il y avait des petits traces de pas noires sur le sol qui tirèrent un nouveau sourire au travailleur. Il remit les quelques boulettes de charbon -dont une avait manifestement été suçoté- dans la fosse avec le reste du minéral inflammatoire. Il récupéra sa cote de travail chiffonné dans un coin. Il la repassa autour de sa taille. Il remit un peu d'ordre dans les morceaux de fer divers et revint à l'établi. Ils l'avaient laissé tel quel. Quelques colères monumentales agrémentées de fessées claquantes avaient découragé même les plus joueurs. Il regarda rapidement les pièces alignées, tachant de voir par où il allait recommencer.
Finalement il remit du combustible sur le feu, activa un peu le soufflet et installa le plastron dans les braises. Il arrivait à la fin de cette étape. Il choisit son marteau, le plus rond, sortit le fer légèrement rouge et martela précautionneusement. Lentement, le fer se tassait, reprenait sa forme première. Avec un œil infaillible, il parvint à reproduire, à peu de chose, le plastron initial quoiqu’un peu plus épais. Mais la lime et la brosse prélevaient leur tribu de métal qu’il fallait prendre en compte. Un dernier coup et il plongea dans l’eau. Un léger nuage de vapeur se forma avant de disparaître. Il posa le plastron en bout de table, juste avant les pièces intactes. Il ne lui restait plus que les pièces ayant moins soufferts puis le peaufinage, la partie la plus longue.
Il examina les derniers morceaux. Ils étaient juste un peu bosselés. Ils ne méritaient pas un passage au feu qui aurait terni leur éclat pour peu de chose.

Il passa le reste de son après midi à changer de marteau et d’enclume afin de trouver le bon angle de frappe qui ne déformerait pas le métal. C’était un travail minutieux, de longue haleine. Mais quand il reposa les outils, il en avait fini avec le marteau et l’enclume –ou presque. Il allait devoir maintenant rapporter à cette armure sa beauté d’antan. Ce serait des heures monotones de limage fatiguant mais indispensable. Mais finalement, il y avait moins de chose à faire qu’il ne le pensait. D’ici deux ou trois jours, ce serait fini.

Il rangea l’armure dans un coffre qu’il ferma à clef pour la nuit. Mettant la clef dans sa poche, il s’aspergea de nouveau de l’eau froide du bac. Il accrocha le tablier, récupéra ses vêtements et sortit. Une fois de plus, le soleil avait décliné à l’horizon et disparu. Il s’étira en faisant rouler ses muscles, jetant un coup d’œil autour de lui pour vérifier que personne ne lui rentrerait dedans.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   

Revenir en haut Aller en bas
 
La forge de Birskyn
Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Vente Elysien Forge World (GI)
» Forge World
» Nouveauté Forge World
» FORGE WORLD
» La forge

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Camelot :: Archives :: La Place :: Le marché, les commerces-
Sauter vers: