La Bretagne au VIe siècle, terre de mythes et de légendes. Arthur règne sur Camelot, entouré de ses Chevaliers...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La forge de Birskyn

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: La forge de Birskyn   Ven 30 Juin à 20:19

La forge de Birskyn est une petite habitation, d’environ 8 mètres de haut, au mur blancs et épais, percé de 3 fenêtres à l’étage.
Marqué par une belle et grande enseigne représentant une enclume, elle possède une grande double porte toujours ouverte donnant directement sur l'atelier en lui même. Celui-ci est composé de 2 âtres un très grand et un autre plus petit. Les lieux sont assez sales à cause de la suie et des morceaux de métal traînent un peu partout. Mais les outils sont bien rangés et les matières premières et les créations aussi. Le brasier principal est toujours allumé et relié à un grand soufflet que l’on peut connecter à l’autre.
Une petite mais solide porte côtoie la forge. Elle donne sur une petite salle pour se dépoussiérer avant de prendre un escalier menant aux appartements du forgeron. Ceux-ci se composent d’une salle principale et de deux chambres. La salle possède une table ronde de bon bois et les trois chaises qui vont avec, d’un meuble bas et d’un poêle. Durant la jouréne, elle est éclairée par la lumière de jour passant par les 3 fenêtres et par des bougies pendant la nuit. Coquet, Briskyn entretien toujours un bouquets de fleur sur le meuble et mange avec une nappe. Tous les murs intérieurs sont aussi en blanc.
Sa chambre est traversée par le conduit de cheminée de sa forge pour la chauffer qui constitue l’angle entre sa chambre et les deux autres pièces. Un grand lit et une armoire en forme tout le meublier. Enfin, la dernière chambre est la plus démunie, ne possédant qu’un seul lit et chauffée uniquement par le mur donnant sur le conduit de cheminée.


Dernière édition par le Sam 1 Juil à 19:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Ven 30 Juin à 20:23

Briskyn est à l'intérieur de sa forge, ranimant le feu qui s'éteignait. En ce moment, il n'a guère de travail et ses petits amis sont partis faire des bétises en ville.
Le désoeuvrement le guette et il hésite à fermer pour aujourd'hui.
Machinalement, il range tout et va même jusqu'à donner un coup de balai sans grande conviction.
Revenir en haut Aller en bas
Sir Bedivere_old
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 242
Date d'inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Sam 1 Juil à 19:44

Un jeune garçon qui devait être un écuyer ,car il portait une tenue simple aux couleures de Camelot arriva essoufflé,poussant une petite charrette en bois .

Il failli rentrer dans le bâtiment lorsqu'il voulut s'arreter mais la charrette était lancée(ra foutu énergie cinétique Razz ) et dut déraper sur 1 m pour pouvoir la stopper,il se précipita devant et arrangea son contenu pour qu'il ne tombe pas par terre.
Apres ce tapage,il se retourna vers la forge en se passant un bras sur son front humide et jetta un regard aux parties d’armures entassée .
Il baissa la tête et posa une main à sa ceinture pour verifier que la sacoche de pièces que lui avait donné se seigneur Bedivere était toujours la.
Il souffla de soulagement et rentra par la grande ouverture .


« Il y a quelqu’un ? » demanda t il timidement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Sam 1 Juil à 20:02

Birskyn s'était arrété de balayer lors du boucan que fit le jeune homme. Un moment surpris par les bruits métalliques, il se dirigea vers la sortie quand l'écuyer passa la tête par la porte en demandant naïvement :

"Il y a quelqu'un ?"

Birskyn fit la mou avant de répondre
"Bien sur que oui ! Il y a moi !! Que me veux-tu ??"
Demanda-t-il en réajustant son large tablier après avoir jeté un oeil au contenu de la charrette.

*Une armure en pièce et un page en sueur doté d'une si belle bourse ... du travail en perspective ... tant mieux.*
Revenir en haut Aller en bas
Sir Bedivere_old
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 242
Date d'inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Sam 1 Juil à 20:55

"Bonjour forgeron,je suis envoyé par Sir Bedivere"

Il pose une main affectueuse sur l'amure.

"Il revient d'un long périple et son armure en est témoin,il m'a chargé de vous l'apporter,elle a subit de mauvais coups et les intempéries eux aussi se sont attaqués à l'armure."

Il lui tendit le plastron qui avait une belle déformation et également une entaille visible un peu plus par la rouille qui s'y formait ,propablement faite avec une grande épée.

"Un tournoi se prépare et il veut une armure digne de ce nom pour cette compétition ,il a également besoin d'un nouveau casque."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Sam 1 Juil à 22:51

Birskyn s'approcha.

-Oui, oui, oui marmonnat-il

Il prit délicatement les pièces d'armures une à une, les soupesa, les mesura du regard, jugea les dégats puis reposat le tout.
Il leva les yeux vers l'écuyer.

-Il y a beaucoup à faire et je n'aurais pas assez de fer. Mais là n'est pas la question ! Cette réparation va être ardues et donc couteuse ... ton maître aurat-il de quoi payer tout le travail et la matière en plus ??

Il prit de nouveau l'armure et la manipula délicatement en attendant la réponse.

-Très belle armure chuchotat-il, quelques petites améliorations peut-être, ... et un casque ... oui, oui, oui ...
Revenir en haut Aller en bas
Sir Bedivere_old
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 242
Date d'inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Sam 1 Juil à 23:11

L'ecuyer fronça un sourcil..en effet plus couteux voulait dire moins d'argent pour lui...

*Ce vieux crouton croit que parce que je suis jeune je suis dupe...quenini [ Razz j adore les expressions pourries Razz ]*

Il bomba le torse et detacha la bourse qu'il secoua un peu pour faire tinter les piéces.

"Des piéces d'or sonnantes et trébuchantes,ca devraient etre bon,mais ne me prenez pas pour un idiot je sais que votre travail est cher mais ce n'est pas une raison pour me le faire payer TRES cher.."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Dim 2 Juil à 12:40

Birskyn fut interrompu dans son examen par la remarque véhémente du jeune homme. Il se releva lentement, et domina de toute sa carrure le jeune impudent.
Les bras croisés sur son torse, l'air menacant il lui demanda calmement :
-Dis donc, jeune homme, crois tu que je ne sais pas évaluer un prix ?? dit-il en détachant chaque syllabe. Je te ferais payer cette armure au coùt qu'elle vaudra ! N'essaye pas de tricher pour garder une partie de la somme ! son ton devenait impétueux et il commenca à frapper le poitrine du jeune homme du doigt, l'obligeant à reculer. Si ton maître t'a donné autant, c'est qu'il estimait que le travail devait être fait et bien fait et pas pour que son écuyer en profite ! Et je suis d'accord sur ce point avec lui !! Le travail sera fait comme il le faudra et l'armure coutera le prix qu'elle vaudra ! Voila comment il sera fait !

Il s'arréta après avoir fait reculer le jeune homme de 3 pas et mis ses mains sur les hanches et finit son blâme d'une voix sourde.

-Si tu n'est pas content, adresse toi ailleurs et débrouille toi avec ton maître après !
Revenir en haut Aller en bas
Sir Bedivere_old
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 242
Date d'inscription : 08/04/2006

MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Mar 4 Juil à 14:47

L'ecuyer reculait à chaque coup de doigt sur sa poitrine et à la fin de sa remontrance,il recula tant qu'il finit par buter contre la charrette et tomber sur l'armure ,le bruit fit retourner les personnes autour d'eux.

Il releva la tete vers lui,en ne cachant pas la moue qu'il faisait et se releva maladroitement en arrangeant sa tunique.Il detacha la sacoche de piece et lui colla sur le ventre.

"je ne fais que veiller aux biens de mon maitre...."

Il leva la tete vers lui.

"Je dois le prevenir quand les actions demandées seront achevées,il viendra lui meme constater le travail fait."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Mer 5 Juil à 9:09

Birskyn eut un petit sourire. Il glissa la bourse dans sa poche et hocha doucement la tête

-Bien, dit-il, maintenant que les affaires sont finis et qu'on c'est compris, aide moi à rentrer ça dans l'atelier et tu resteras le temps que je regarde tout ça.

Sans attendre de réponse, il attrapa la charrette et la rentra dans la forge. Tranquillement, il sortit les pièces une à une et les disposa sur son atelier de manière à les reconstituer grossièrement. Il palpa les morceaux de métal, s’attardant sur les parties abîmées. Il fit la grimace et alla prendre une pince puis il se mit à démonter le torse de l’armure.
Tout en travaillant il lança au jeune homme :

-Il faudrait que ton maître vienne me voir bien avant la fin des travaux. J’ai besoin de lui pour prendre certaines mesures ... en particulier pour son casque. Tu lui diras de passer demain dans l’après-midi …
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Mer 12 Juil à 9:59

[HJ : Désolé mon petit Bedivere, j'ai trop envie de jouer.]

Birskyn se remit au travail en chantonnant. Il ne se souciait plus de l’écuyer qui avait son propre travail à faire.

Il finit de désosser l’armure complexe, triant avec soin jusqu'au moindre petit boulons, ordonnant le désordre de morceaux de fers de manière concise. Il sélectionna minutieusement les morceaux à réparer, auquel il ajouta certaines pièces qui méritait une nouvelle santé. Retirant au passage toute les parties en cuir qui risquaient de brûler, il rangea soigneusement le reste de côté.

Il prit une petite brosse en fer et frotta vigoureusement la rouille qui commençait à s’attacher à certains endroits. Puis il mesura le plastron et les pièces auxiliaires et ajusta un marteau avant de choisir son enclume. Chaque travail devait trouver le bon outillage de manière à être fait vite et bien.
Il se tourna ensuite vers sa forge. Elle était encore rouge mais pas assez à son goùt. Il tira puissamment sur le soufflet pour oxygéner son feu. Les flammes dansèrent follement sous l’arrivée de l’air, envoyant de ombres aux formes invraisemblables sur le fond de l’atelier.
Empoignant une pelle, il commença à pelleter, envoyant de grand jets de charbon dans le feu qui crépitèrent gaiement, s’ajoutant au sifflement du soufflet.

De grosses gouttes de sueur coulèrent sur son front et dans son dos, tachant sa vaste chemise noir, du à l'effort et à la chaleur torride que dégageait maintenant son atre. Il la retira d’un geste avant de réajuster son grand tablier, laissant apparaître un dos au poil déjà blanc, couturé de cicatrices.
Attrapant une longue pince dans le fond de son atelier, il saisit le plastron de l’armure et le déposa délicatement au dessus des braises rougeoyantes.
S’épongeant le visage d’un revers du bras, il recula et regarda l’armure se teinter lentement sous l’effet du charbon qui se calcinait.


[HJ : Viens qui veut. (pitié quelqu'un ^^)]


Dernière édition par le Mer 12 Juil à 18:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Naad ade
Invité



MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Mer 12 Juil à 17:48

Naad qui arrivait tout juste dans la région passait pour rejoindre le château devant la place et aperçus un forgeron en plein travail.Il fit signe à son écuyer de porter ses chevaux à l'écurie et de l'attendre au chateau.Naad s'approcha de l'homme en plein travail qui ne le vu pas et ne l'entendit pas absorber par son travail.Naad commença par regarder les épées puis les armure.Lorsque l'homme l'aperçus Naad le salua respectueusement en s'inclinant et voyant son air interrogatif lui fournit des explication:

"je me présente je suis Naad Adeen nouveau chevalier de Camelot.J'observais votre travail....étonnant.Avec un tel matériel comment perdre une guerre? J’aurais justement besoin heaume pour remplacer mon casque d'un autre âge.Combien prendriez vous?"
Revenir en haut Aller en bas
Guinevere_old
Admin
avatar

Nombre de messages : 699
Date d'inscription : 01/04/2006

MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Mer 12 Juil à 18:53

[attention au dédoublement !! Ca va pour cette fois, mais que je ne t'y reprenne pas! Razz ]

_________________
A passé le flambeau
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Mer 12 Juil à 19:01

Birskyn jugea l'homme, puissament bati. Il renifla un coup et leva les épaules. Ce n'était pas aussi simple que cela. Il n'avait pas des stocks d'objets tous prêts avec un prix dessus. Chaque commande devait être fait celon les mensurations du client afin d'une meilleur conception et d'une meilleure satisfaction.

-Bof ! Tout dépend de la qualité que vous voulez ... Permettez ...

Il s'approcha, compara leur taille et mit sa main au niveau de son visage. Il comptat quelques empans, pouces et palmes tout autour de la tête de l'homme tout en marmonnant des calculs. Une fois ses mesures prises, il recula d'un pas et se gratta la barbe.

-Mouais ... en moyenne une auréus mais ca peut monter bien au-dessus pour un casque de parade. Un bon casque, fait pour la guerre, je vous le vendrais ... alller ... trente-cinq denier ! Ce serait du basique mais efficace et si ca ne résisteras pas à un coup de masse en plein crane, ça vous protégeras au moins des coups à la tête indirectes.

Il se retourna pour aller activer son soufflet, augmentant encore la luminosité des braises. Puis il revint en s'épongeant le front qui ruisselait. Le craquement du charbon sous l'effet de la chaleur était intense et il sortit à l'extérieur pour se rafraichir un peu.

-Alors, demanda-t-il au chevalier. Ca vous intéresse ??
Revenir en haut Aller en bas
Naad ade
Invité



MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Mer 12 Juil à 19:16

Naad réfléchit un instant.Il n'avait pas besoin d'un casque de parade et un casque assez solide lui suffirait.De toute façon un bon chevalier n'est pas atteint par la lame ennemis se dit-il.
"Bien j'accepte volontier.Dans combien de temps pensez vous que je pourrais le récupérer?"
Naad voyait que l'homme semblait déborder de travail par les différent composant d'armure encore rougeoyant posé près des arme attendant leur propriétaire.

(HRP:Guenièvre vas voir dans problème j'ai expliqué^^)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Mer 12 Juil à 20:21

Birskyn laissa son client réfléchir tout à son aise et alla retourner le plastron qui commencait à prendre de belles couleurs. Il allait falloir qu'il le travaille bientôt.
Quand il retourna vers Naad, celui-ci s'était décidé et lui répondit.

Il fit un moue légère à la question du chevalier. Une armure, c'était un gros bout. Avant qu'il n'en voit la fin, la semaine pouvait s'écouler aisément. Et même si ce n'était qu'une réparation cela prendrait quand même son temps. Il se gratta la tête un moment avant de répondre.

-Eh bien ... avec cette commande, je risque de ne pas satisfaire à votre demande avant quelques jours. Si vous êtes pressé, je peux réduire le temps mais il vous en coutera plus cher.

Il haussa vainement les épaules.

-De toutes manières, j'ai un autre casque à faire. comme je ne peux pas faire les deux en même temps pour des raisons pratiques, il vaudrait mieux que vous reveniez d'ici deux ou trois jours. Je serais plus en mesure de répondre à votre requète. Et maintenant, si vous voulez bien me pardonnez, j'ai du pain sur la planche -ou du fer sur l'enclume, au choix- et il ne m'attendras malheuresement pas.

Il rentra dans la forge ou il saisit délicatement le fer rougoyant qu'il sortit du feu ronflant. Il saisit un marteau, aligna la pièce sur son enclume et commenca à marteler la partie abimer. Il s'agissait de l'afiner et de réduire le trou puis de superposer d'autres plaques pour rendre à cette armure son prestige d'avant.
La mesure s'installa dans son bras et il commenca à bien travailler. Mais le fer refroidissait vite et il fut contraint de le remettre au feu.
Une fois en place, il réactiva la soufflerie de quelques tractions puissantes et plongea dans les profondeurs de son atelier pour trouver les plaques nécessaire.
Il revint bientôt, tenant en main une série de petits morceaux de fer qu'il disposa à portée de main. Au moment propice, il n'aurait qu'à les ajouter.
Revenir en haut Aller en bas
Naad ade
Invité



MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Mer 12 Juil à 20:38

Sur ce Naad salua l'homme et se dirigea vers le chateau.Il est heureux la journée s'annonçait bien il avait déja trouvé quelqu'un pour lui faire son casque et réparé les nombreux dégat de sa vieille armure.Il se dirigea à travers les place apercevant les nombreux vendeur de Camelot qui proposaient toute sorte de marchandise,des simple fruit au animaux coutant un prix exorbitant.La grande allée qui traversait le bourg mené droit au donjon de Camelot où l'écuyer de naad l'attendait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Dim 16 Juil à 20:52

L'armure rougissait de nouveau de ce beau cerise si indispensable à un bon travail du fer. Il saisit sa pince qu'il utilisa pour prendre le plastron, le métal crissant sous le métal. Il le sortit des flammes dévorantes et le plaça sur l'enclume.
Le marteau se leva et s'abaissa plusieurs fois, les étincelles volèrent, l'acier s'applatit, prenant lentement la forme voulut.

De nouveau, il fut forcé de remettre à rechauffer le fer. Replacant celui-ci au-dessus des braises, il tira sur le soufflet pour accélerer la chauffe. Puis, se détournant, il alla examiner le reste de l'armure. Tournant et retournant toutes les pièces, il cherchait la bosselure, l'entaille à réparer, nottant mentalement tous les travaux.
Ils étaient nombreux et le chevalier avait du faire de nombreux combats et sortirent de nombreuses batailles glorieuses pour avoir un tel palmarès de coups non mortel à son actif. Où alors, il ne sait pas monter à cheval et tombe tout le temps jugea le forgeron, un sourire dans sa barbe.

Il replaçat les morceaux et fut de nouveau sur la plaque. Il changea le côté de frappe afin d'éviter de la déformer et repris son martelage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Lun 24 Juil à 12:21

Sa journée passa lentement, à travailler ce matériaux qu'il aimait tant.
L'armure qu'il travailla comme un forcené était réparé quand il déposa ses outils pour mettre un terme à une longue journée de labeur. Son trou était rebouché et la plupart des bosselures étaient aplattis. Certes, il restait encore des imperfections et la chaleur avait bruni l'éclat étincelant de l'armure. Mais un bon coup de brosse et il n'y paraitrait plus ...

Mais il y avait encore de quoi faire. Entre le reste de l'armure encore cabossé, le casque du sieur Bédivère à forger, et les finitions, il aurait du travail pour la semaine.
Mais il ne s'en plaignait pas. Au contraire, il avait de quoi occuper ses mains.

Il s'arrosa de l'eau froide du bassin, netoyant les saletés de la journée.
Encore dégoulinant, il se redressa et posa ses mains sur son dos moulu en s'étirant difficilement. Il devenait vieux. Il serait peut être temps de trouver un apprenti pour lui succéder. Le jeune homme de ce matin semblait plein d'allant par exemple.
Il haussa les épaules, repoussant les ans et les problèmes qui allaient de pair. Il était encore robuste. Il verrait ce la plus tard.

Il rangea les pièces de l'armure éparse dans un lourd coffre qu'il referma et dont il rangea la clé dans sa poche.
Puis il rangea sommairement ses outils, jeta une dernière pelleté de charbon sur le feu et sortit.

Il rentra dans sa maison en siflottant, mit ses vêtements sale à une paterre et escalada les marches de l'escalier.

L'obscurité s'apesantissais déjà sur ses pénates et il alluma une ribambelle de bougies qui éclairèrent efficacement la salle, rejetant les ombres en dehors des murs. A la lumière tremblotante des flammèches, il sortit de son meuble un petit chaudron, construit de ses propres mains, au fond plat et épais. Il le posa sur la table, en même temps qu'une assiette de terre cuite, un verre et une cuillère en fer ainsi qu'une grosse miche de pain sèche. Puis il alla chercher dans sa cave quelques légumes qu'il remonta après avoir vérifié l'état du reste de ses vivres.
Il redescendit chercher une jarre d'eau qui lui permit de remplir son chaudron avant de le mettre de côté. Il éplucha méthodiquement choux, poireaux et carottes au-dessus du chaudron qu'il avait mis à mijoter sur son poele. Il rajouta une botte de persil et referma le couvercle.

En attendant que sa soupe cuise, il fini de se débarbouiller, se sécha et changea de vêtements.
Puis il s'attabla, se servant une large louche de sa soupe. Plusieurs morceaux flottaient encore mais il les absorba lentement, accompagnant chaque cuilléré d'une large bouchée de pain qu'il ramollissait en le trempant dans le liquide. Il se resservit deux fois, satisfaisant difficilement son appétit insatiable. Une fois qu'il fut repus, il se leva et prit une petite bouteille de bon rouge. Le mélangeant au reste de sa soupe, déléyant avec sa cuillère, il avala le breuvage d'un coup en buvant à même l'assiette.
Il la reposa dans un lerger claquement accompagné d'un soupir de bonheur.

Puis il rangea la bouteille et le pain, mit le chaudron encore rempli de côté, essuya sommairement ses couverts et les remit à leur place.

Une fois que tous fut rangé, il moucha toutes les bougies sauf une et descendit lentement de chez lui.
Une fois dehors, dans les derniers rayon qu'envoyait un soleil depuis longtemps couché et alors que les lanternes n'avaient pas encore été allumé, il s'accouda au pas de sa porte, profitant de l'obscurité et de la douceur du soir.
Il sortit sa petite pipe qu'il rempli à rabord avant de l'allumer d'une cigarette. Il aspira la fumée, qu'il recracha en de fins volutes qui s'envolèrent dans k'atmosphère léger.

Il se sentait bien. Certes il n'y avait personne, ses petits amis étaient sans doute déjà coucher mais la quiéteur de cette fin de journée était bien agréable.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Ven 8 Sep à 22:00

Birskyn était allé se coucher la veille avec le plaisir du sommeil après une bonne journée de travail, dans une chambre chaude, d’un lit propre et la panse pleine. Il s’endormit la tête à peine sur l’oreiller et dormit d’une traite jusqu’à l’aube. Au environ de 5 heures du matin, une conscience enfouie au plus profond de lui le réveilla. Il bailla, se leva, passa son pantalon, enfila d’un coup de pied ses sabots et se coupa une tranche de pain.
Mordant dedans, il descendit, prit ses vêtements sales dans une main, mangeant son pain dans l’autre. Il sortit dehors et alla poser ses affaires sur une table dans sa forge. Finissant son pain, il ressortit s’étirer profondément dans la semi obscurité de l’aube. La ville dormait encore et rien ne la perturbait. Le soleil n'était pas encore levé mais déjà, le monde s'clairait de cette lueur caractéristique de l'aube. Quelques oiseaux nocturnes sifflaient leurs dernières notes avant de laisser la place à leur cousins diurnes. Un gros chien au poil long errait dans la rue à la recherche d'une pitance. Birskyn lui offrit la fin de son pain, le caressa un moment

Puis, comme le chien repartait, il retourna dans sa forge, écarta les cendres à l’aide d’une vieille tige de fer et activa le soufflet. Une nappe de fumée et de cendre s’éleva et s’engouffra dans le conduit d’évacuation. Il attrapa la pelle et recouvrit les cendres encore rouges d’une gangue de charbon. Le noir se fit dans le local. Il fit alors puissamment jouer le soufflet jusqu’à ce qu’un tapis incandescent lui éclaire la face. Il se retourna pour examiner le travail à faire en enfilant son grand tablier. Prenant l’armure, il la jaugea du regard, attrapa quelques pièces en mauvais états et les disposa en bordure des braises. Il fit encore jaillir l’air du vieux morceau de cuir et poussa les morceaux plus avant dans la chaleur rougeoyante. Il laissa le feu faire son œuvre et mesura les réparations à faire. Il se gratta la barbe, les cheveux, le cou et de nouveau la barbe. Hésitant, il saisit tour à tour les pièces en place, les reposant, les reprenant. Il fini par se retourner ver le foyer, prit une pince et sortit un morceaux, écartant les autres d’une chaleur trop intense qui les aurait abîmer. Il martela un moment, sans réfléchir, changeant régulièrement de pièce, laissant les autres se réchauffer.

Dehors, le ciel s’éclaircissait progressivement. La rue résonnait des tintements joyeux du marteau contre l’enclume. Un cheval et son possesseur passèrent lentement. L’homme salua le forgeron qui lui répondit d’un signe et continua son chemin. Les oiseaux de jour s’envolaient, poussant des trilles et Camelot s’animait progressivement. Le soleil se dessina furtivement derrière les nuages et la place se remplit. Un tocsin sonnait le matin et peut être un peu plus.

Mais le forgeron était plus ou moins sourd au monde extérieur, tout occupé à son travail. Il finit de rajuster les morceaux restants. Les plongeant un à un dans un baquet d’eau pure, il les aligna encore fumant sur son atelier et se retourna vers les autres. Il prit une cordelette à nœuds et commença à faire des calculs sur le plastron. Il mesura, rectifia, calcula et partit fouiller dans derrière les foyers. Il ressortit en portant un lourd tas de plaques, fines comme du papier. Il le posa de coté, en appliqua une sur le plastron, la mit dans sa meilleure position, fit quelques essais et plaça finalement l’armure en bordure du foyer. Il fit d’autres mesures, sortit quelques pinces, cisailles et scies. Il en accrocha une partie à divers crochets sur sa large cote de travail sombre, avec un jeu de marteaux. Il prit quelques fragments d’armures. Il les étala eux aussi près de la chaleur mordante des braises. Il ajouta un brin de charbon, agita un peu la braise, actionna le soufflet. Il saisi le plastron, le posa sur l’enclume et, attrapant un marteau au bout rond, il martela doucement la portion encore abîmé. Sans lâcher la pince, il prit une légère feuille de métal, la superposa et la tint coller à l’armure avec la pince. Il frappa habilement le fer jusqu’à ce que les deux morceaux soit plus ou moins soudés. Il remit la pièce au feu un moment avant de réitérer la manœuvre.

Son travail dura encore quelques heures. De temps en temps, il s’arrêtait et buvait de l’eau fraîche à même un pichet de glaise qu’il entreposait à l’abri de la poussière. Du monde passait, discutant rapidement, demandant un petit travail. S’il était suffisamment court, il le faisait de suite. Sinon, il demandait de revenir plus tard. La matinée tirait à sa fin quand il décida de s’arrêter. Il plongea les pièces qu’il travaillait, les mit de côtés et sortit s’étirer dans la rue. Quelques personnes passaient qu’il saluait d’un geste.


Dernière édition par le Sam 9 Sep à 16:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Maëlan_old

avatar

Nombre de messages : 197
Localisation : Dans l'ombre de son chevalier
Date d'inscription : 28/07/2006

MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Ven 8 Sep à 22:25

A force de trotter dans les rues de Camelot, Maelan dut finir par s'avouer.... Perdue...

Elle c'etait faite "ecarter" de la route d'une facon plutot brutale dans le bourg, autant le dire franchement: elle c'etait fait pousser dans une flaque de boue..., et depuis ce facheux evenement, elle cherchait deseperement a retrouver la taverne ou son cher protecteur trinquait probablement allegrement avec l'autre chevalier....

Mais plus elle trottinait, craignant a present de se faire bousculer ou de gener qui que se soit, et moins elle reconnaissaient les rues... Il faut dire aussi que, pour une etrangere, et encore pire, une paysanne dans son genre, Camelot etait un vrai labyrinthe...

Elle jetait de temps a autres des coups d'oeil inquiet par dessus son epaule, regardant si personne ne la suivait... C'est d'ailleurs comme ca qu'elle fini par rentrer, non sans un certain elan, dans quelque chose qui lui sembla aussi dur qu'un roc!

Elle en recula meme de deux pas, en froncant les sourcils et lachant un jurons en patois.... Lorsqu'elle remarqua que... Ce dans quoi elle etait rentree etait en realite... Une personne! Elle voyait une paire de pied sur le sol, juste devant elle...

Elle vira au rouge ecarlate, presque assortit a sa criniere flamboyante et emmelee, et remonta lentement les yeux vers l'homme dans lequel elle etait rentree... Quelle figure afficherait il?


"Je... Je... Je suis terriblement desolee seigneur!"

Dit elle en rebaissant les yeux et en s'inclinant devant lui... Il ne faut pas oublier que c'etait la premiere fois que Maelan mettait les pied a Camelot, et meme dans une ville, tout simplement... Elle etait jeune, peu renseignee sur les moeurs et coutumes du monde exterieur aillant grandit dans une simple famille de paysans dans la campagne du Kent...

Elle etait seule, perdue, un peu effrayee il faut bien le dire, et terriblement honteuse... Elle ne savait pas comment reagir face a cet homme, elle ne savait pas qui il etait, enfin bref...

Elle attendit, tete baissee, genoux plies, buste incline, et coeur battant a mille a l'heure...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maitresloups.4umer.com/index.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Sam 9 Sep à 16:41

Il fut tout étonné d’être ainsi percuté par une jeune femme qui trottait dans la rue. Le choc ne lui fit pas mal, bien sur, mais il n’en était pas forcément de même pour la demoiselle. Il s’apprêtait à lui parler quand il entendit une petite voix lui dire pardon. Il se fendit d’un rire sonore. C’était bien la première fois qu’on l’appelait « seigneur ». Il posa une grosse patte sur la frêle épaule, juste à coté d’une cascade de cheveux roux et emmêlés. Elle était toute petite et ne devait pas être très agée. Il répondit avec un sourire amical.

-Aucune importance ! J’espère que tu ne t’es pas fait mal petite …

Une ribambelle d’enfant s’approcha, se tenant à distance de l’étrangère. Le forgeron fit un clin d’œil à ses petits amis. Des sourires passèrent sur les bouilles juvéniles. Certains étaient déjà des bouts d'hommes mais d'autres peinaient encore à marcher. Tous aimaient les histoires du vieil homme et il passait dès qu’ils le pouvaient.
Revenir en haut Aller en bas
Maëlan_old

avatar

Nombre de messages : 197
Localisation : Dans l'ombre de son chevalier
Date d'inscription : 28/07/2006

MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Sam 9 Sep à 17:31

Si elle ne comprit pas la raison de l'eclat de rire qui retentit au dessus de sa tete, elle en fut tout de meme grandement soulagee. Elle se permit alors de se redresser, et de fixer le visage de l'homme qu'elle venait de percuter...

"-Aucune importance ! J’espère que tu ne t’es pas fait mal petite …"

Mal? Non pas vraiment, elle avait simplement ete surprise.... L'homme semblait aimable et conciliant. Elle lui offrit alors un visage eclaire d'un sourire a la fois soulage et gene, une legere teinte rose colorant encore le haut de ses joues.

"Nonon, ne vous inquiettez pas, je n'ai rien...."

Elle resta cependant bloquee devant lui... Elle voulait reprendre sa course a travers la ville, retrouver celui qu'elle servait, mais il lui semblait que ses jambes refusaient d'aller plus loin... Non pas qu'elle etait fatiguee, mais parce que la peur peut aussi bien vous faire courir que vous tetaniser sur place.

Elle jeta un oeil intrigue vers les enfants qui venaient de s'approcher, qu'avait elle de si special pour qu'il la regarde comme ca... Une certitude lui traversa l'esprit, elle ne passerait jamais inapercut dans cette ville! Elle etait bien trop peu au courant de comment les choses marchaient pour passer innapercut... Devait elle meme se trouver dans cette rue? Etait ce pour ca que tout ces enfants la regardait?

Qu'est ce qu'il lui avait pris de quitter la protection d'Heilen!! Ca ne risquerai plus de lui arriver, elle se souviendrait de ne plus le faire!!

Elle reporta de nouveau son attention sur le forgeron, et tenta de trouver quelque chose a dire, afin d'expliquer le fait qu'elle reste plantee comme une potiche devant lui.


"Heu... Dites moi, est ce que vous pourriez m'indiquer ou se trouve les portes de la ville?"

De la, elle pensait etre a peu pres capable de retrouver osn chemin... Du moins elle l'esperait grandement!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maitresloups.4umer.com/index.htm
Invité
Invité



MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Sam 9 Sep à 17:48

Il sentit une certaine tension émanant de la demoiselle. Il examina le beau visage de cette jeune fille, y lisant une anxiété. Il remarqua les enfants qui continuait de dévisager la jeune femme sans oser s'approcher. Ils étaient aussi farouche que des bêtes sauvages quand ils le voulaient. Il les gronda en souriant

-Allons les enfants !! Vous avez mieux à faire que de la regarder avec vos grands yeux ! Laissez nous pour le moment ...

La dizaine de gamins s'éparpilla dans les rues en une poignées de secondes. Et les badauds qui s'attroupaient déjà en firent autant. Bientôt la rue reprit son activité normale. Les gens passaient autour d'eux, vaquants à leurs taches propres.

Birskyn pencha la tête en faisant la grimace en entendant Maëlan, ses sourcils broussailleux se joignirent au dessus de ses yeux. Il regarda autour de lui.

-Eh bien ... Tu vois cette large allée la ?

Il tendit un bras poilus vers la rue en question, désignant l'allée principale d'un doigts calleux.

-Tu la remonte jusqu'au bout et tu trouveras l'entrée de la ville. Mais ...

Il la regarda de nouveau en se grattant la nuque.

-Tu vas bien ? Tu as l'air ... effrayée ?

Il n'était pas sur de ce qu'il avancait mais elle semblait être dans cet état. Et il était toujours ouvert à ceux qui en avait besoin.
Revenir en haut Aller en bas
Maëlan_old

avatar

Nombre de messages : 197
Localisation : Dans l'ombre de son chevalier
Date d'inscription : 28/07/2006

MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   Sam 9 Sep à 18:09

Le fait que les enfants disparaissent la soulagea un peu... Elle se sentait completement stupide de paniquer comme ca pour rien, mais decidemment, la ville n'etait pas faite pour elle! La douce quietude des campagnes lui manquait plus que jamais a cette heure la...

Elle suivit ses instructions, avant de lui jetter un regard plein de reconnaissance et de soulagement, ca devait bien faire une heure ou deux qu'elle tournait en rond!!


"-Eh bien ... Tu vois cette large allée la ?"

Elle tourna la tete, regardant ou le doigt pointait...

"Oui..."

"-Tu la remonte jusqu'au bout et tu trouveras l'entrée de la ville"

Elle ouvrit la bouche pour le remercier de tout son coeur, prette a repartir au pas de course, lorsqu'un mot.. Un seul mot sortit de nouveau de sa bouche.

"-Mais..."

Mais?? Mais quoi? Quoi quoi qu'est ce qu'il y avait encore?? Il faut croire que le fait de se retrouver perdu la rendait paranoique en plus d'etre anxieuse et prette a mordre tout ce qui semblait vouloir l'attaquer... Ou peut etre bien que le souvenir de la flaque lui restait trop imprime dans la tete...

"-Tu vas bien ? Tu as l'air ... effrayée ?"

Elle ne put s'empecher de rire legerement. Effrayee? Elle? Pft! Jamais!! Hum... Disons plutot que se l'avouer a elle meme ne lui plisait pas...

"Et bien... A vrai dire, cela fait deja un long moment que je cherche mon chemin a travers la ville, et je commencait a desesperer de pouvoir retourner a mon point de depart! Je vous remercie de me donner la clefs pour sortir de se labyrinthe!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://maitresloups.4umer.com/index.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La forge de Birskyn   

Revenir en haut Aller en bas
 
La forge de Birskyn
Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Camelot :: Archives :: La Place :: Le marché, les commerces-
Sauter vers: